Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - site internet

Fil des billets

lundi 2 avril 2007

Reversible, sacs et accessoires recyclables en bâche résistante

Jean-Marc Imberton a eu une idée ingénieuse : recycler les bâches publicitaires d'affichage en PVC pour en faire de jolis sacs et donc leur donner un nouvel usage. La boucle de recyclage créée va de la récupération des bâches à leur distribution. L'emballage façonné est réversible et permet d'y faire figurer une nouvelle publicité ou bien de le remettre à disposition de la société Réversible qui se charge de sa retransformaton en matière première.

En janvier 2007, Jean-Marc Imberto a obtenu le Trophée de l'Environnement de la Région Rhône-Alpes pour cette innovation écologique qui créée de l'activité économique artisanale à Vaulx-en-Velin (et donc non délocalisée).

Les sacs Réversible (modèles uniques) sont disponibles en magasin ou via la boutique Internet de l'entreprise.

dimanche 1 avril 2007

Formation MySpace : informer, créer, diffuser et distribuer sur Internet avec MySpace

Je modélise et conduis une nouvelle formation MySpace au centre de compétence Technofutur TIC à Gosselies (Charleroi, Belgique) dès juin prochain intitulée : "Informer, créer, diffuser, distribuer et échanger sur Internet avec MySpace". Cette formation MySpace vise par la pratique à créer son MySpace, à l'animer et à valoriser ses activités via cet immense portail d'échanges mondiaux.

Présentation

Aujourd’hui, MySpace ( http://www.myspace.com et http://fr.myspace.com ) est la plateforme communautaire de personnes la plus importante au monde en nombre sur Internet avec plus de 140 millions de membres dont plus d’un million de francophones.

Contenu de formation MySpace

Si les MySpace personnels foisonnent, les artistes, les créateurs, les associations (ou ASBL) et le monde de l’entreprise investissent de plus en plus MySpace dans leur stratégie de diffusion et/ou de distribution de leurs productions, en mettant en place des actions de marketing viral, en favorisant le lancement et l’animation de groupes par affinités, ou en partageant avec d’autres personnes, que l’on nomme « amis » sur MySpace.

Plateforme de réseaux sociaux sur internet par excellence, cette formation propose de découvrir MySpace et ses trucs et astuces, en créant concrètement son MySpace.

Principaux points abordés lors de la formation MySpace

- Création et personnalisation de son MySpace avec intégration de photos et images, insertions de vidéos, diffusion et partage de musique,
- Personnalisation de la mise en page et de son profil sur MySpace,
- Construire et entretenir son/ses réseaux d’amis via les invitations, les groupes, les bulletins, les évènements et la messagerie instantanée MySpace,
- Exemples liés au monde de l’entreprise mettant en avant les potentialités d’utilisation des MySpace en termes de webmarketing viral, buzz marketing via MySpace, communication, publi-information, marketing de fidélisation, intermédiaires d’intérêts.

Le plus

En fin de session, sera abordé le phénomène de nouvelles plateformes de micro-communautés sociales sur internet comme Ning ou des réseaux métiers.

Ce qu’ils disent de MySpace

"Certains détaillants en ligne s’aventurent sur le territoire de MySpace. Evogear, qui vend des planches de snowboard et de l’équipement sportif, a permis à ses clients d’afficher leurs photos à côté de leurs commentaires sur le produit qu’ils évaluent. 25 % des opinions maintenant incluent des images.
"Dès que les photos sont publiées sur notre site Internet, les clients passent le lien à leurs amis et cela représente une autre forme de marketing, » dit Nathan Decker, le directeur d’e-commerce à Evogear, basée à Seattle.""

- Article "Les détaillants s’inspirent de MySpace" (dans Business Week du 22 février 2007).

"MySpace permet de contourner le parcours classique de construction d’une carrière. C’est un capteur de tendances et un lieu de découverte d’artistes."
- Le couturier créateur de mode Jean-Charles de Castelbajac (dans Le Nouvel Observateur du 15 février 2007).

"Le fonctionnement de MySpace correspond à ce que recherchent les professionnels et du marketing d’aujourd’hui."
- Erick Viollet, responsable du développement new media et digital group chez Sony-BMG (dans Le Monde du 8 janvier 2007).

"La vraie nature de la liberté sur MySpace pour ses utilisateurs générateurs de contenu, c’est aussi ce qu’il y a de plus difficile à comprendre et peut bouleverser l’approche de la communication par des  marques traditionnelles. Cela permet à MySpace de faire des choses pour des marques plus convaincantes qui ne peuvent pas s’exprimer ailleurs."
- Mark Naples, consultant en marketing Internet et affaires publiques (dans iMedia Connection, le 5 juillet 2006).

Surf Rider Foundation Europe : protection et mise en valeur de l'océan

La Surfer Rider Foundation Europe est une association à but non lucratif dévouée à la protection et la mise en valeur de l'océan, des vagues et du littoral avec plus de 3500 adhérents sur notre continent.

Elle lutte contre la pollution des océans (marées noires, dégazages, déchets flottants, pollutions bactériologiques), prône une meilleure information du public en ce qui concerne la qualité des eaux, les législations et les risques réels en cas de pollution et tient à une prise de conscience de nos enfants (il est important que les décideurs de demain comprennent dès aujourd'hui les enjeux de la protection de l'océan).

Dans le cadre de ses activités, la Surf Rider Foundation développe des outils d'information disponibles dans la rubrique Education/Sensibilisation du site internet de l'association : outils pédagogiques (posters, brochures, jeux...) et une exposition Vagues et littoral. Par ailleurs, la fondation invite les vidéastes amateurs à réaliser de petits films pour montrer aux bénévoles comment s'y prendre pour organiser un nettoyage de plage.

jeudi 8 mars 2007

MySpace, confessional du 21e siècle ?

MySpace est le site communautaire où l’on a "que des amis". Créer et posséder sa page sur MySpace, c’est figurer sur une plateforme qui comprend 140 millions de membres dans le monde dont 1,3 millions d’inscrits en France. Dans son édition du 15 au 21 février 2007, l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur décrit en 3 pages sous la plume de la journaliste Ména Mauger le phénomène MySpace dans un article "E-moi, e-moi, e-moi".


Le journaliste, écrivain et scénariste Serge Raffy parle de MySpace et d’autres plateformes comme des lieux où se développe un nombrilisme de masse :

"Les adeptes de MySpace.com, Second Life, YouTube vivent par procuration dans de espaces virtuels. Ils s’y abîment au sens littéral, se perdent, se retrouvent dans un extraordinaire labyrinthe d’images, de sons et de couleurs, à la recherche de l’âme sœur, de l’idéal ou de la bonne occase. Ils cherchent des amis, des compagnons de voyage dans le monde virtuel. Ils s’inventent des vies, comme si la leur sentait le rance et l’ennui. Ils courent, courent, zappent, s’épuisent dans des marathons qui s’appellent des forums, chats. Des confessionnaux du XXIe siècle où l’on peut tout dire, puisque tout est possible, comme dirait un candidat à l’élection présidentielle ? Cette explosion des ego annonce-t-elle l’ère de la générosité ou bien celle de la schizophrénie généralisée ?"

jeudi 22 février 2007

Formation Web 2.0

Depuis juin 2006, j'ai modélisé et je conduis régulièrement une formation Web 2.0 au centre de compétence TechnofuturTIC à Gosselies (Charleroi, Belgique), lieu aidé par la Région wallonne et des Fonds structurels européens, qui propose des formations techniques de tout niveau et des séminaires sur les enjeux et l'innovation dans le domaine les Technologies de l'Information et de la Communication. Ma prochaine session de formation Web 2.0 à TechnofuturTIC se déroulera en avril.


La plupart des séminaires sont en accès gratuits pour les Wallons et la mixité des publics (fonctionnaires territoriaux, chefs d'entreprises, cadres , employés, personnes du secteur associatif, checheurs d'emploi...) accueillis lors des sessions en font des ferments de questions, réponses mais surtout des échanges constructifs et nutritifs car chacun selon sa problématique, ses centres d'intérêt peut apprendre de l'autre, comprendre un positionnement professionnel ou associatif, ou saisir un projet qui se façonne. Cet univers est véritablement passionnant. Il enrichit intellectuellement et techniquement aussi bien les stagiaires que le formateur.


Une formation Web 2.0 participative


Conduite sur deux jours, la formation Web 2.0 intitulée "Réseaux sociaux et web collaboratif : enjeux du Web 2.0", permet par une approche participative des stagiaires de définir un visage du « nouveau Web », à réfléchir sur les usages d’outils qui façonnent le Web d’aujourd’hui et de demain avec, bien entendu, une mise en pratique effective et un recul critique nécessaire.


Des ressources écrites sur le Web 2.0


A la place de la traditionnelle présentation PowerPoint donnée aux stagiaires, il est offert à chaque participant un dossier documentaire de plus de 30 pages comprenant : des définitions du Web 2.0, un glossaire spécialisé, une liste d’outils, services et plateformes Web 2.0, des références de sites et blogs sur le sujet ainsi que des schémas explicatifs sur le Web 2.0.


En complément, il est délivré à chaque stagiaire une Revue de Presse exhaustive (couvrant un an d’actualités) de plus de 50 pages sur le Web 2.0.


Un contenu de formation en constante évolution


Ces deux ressources sont mises à jour à chaque session tout comme le contenu de la formation qui présente 20 % de nouveautés  à chaque nouvelle session.


Des résultats et l'avis des stagiaires


A l’issue de ces sessions, des stagiaires ont créé des blogs, utilisent Del.icio.us dans leur travail de veille, placent leurs vidéos sur YouTube et échangent avec d’autres internautes… Les messages suivants sont un aperçu de l’avis de stagiaires à la suite de la formation.


«Merci pour ces informations et pour les 2 jours de formation. C’est vrai que si Internet évolue techniquement tous les jours dans un monde «virtuel», il est aussi important de garder l’aspect humain et donc ce contact direct au travers de sessions où chacun peut partager et exprimer ses expériences.»

Olivier D., Charleroi, créateur d’entreprise.


«Un tout grand merci pour la documentation et pour la formation.»

Elise G. Bruxelles, cadre dans une association Européenne dans l’industrie chimique.


«Je recommande vivement cette formation sur le Web 2.0. C’est une mine d’informations.»

Caroline M., Bruxelles, chef de projet dans une agence Web.


«Et encore bravo pour votre remarquable prestation.»

Roland M., Bruxelles, dirigeant d’association de projets Européens.


«Netvibes est un outil intéressant que je consulte maintenant régulièrement.»

Richard B., Hotton, employé communal.


«Plus j'y repense, plus j'ai trouvé cette formation pleine de choses très très utiles. Je suis en train d'en faire une synthèse pour mes collègues.»

Sophie F., Bruxelles, cadre dans une association Européenne.


Contenu de la formation


L'accès à Internet de plus en plus généralisé permet d'envisager de nouveaux modes de relations collaboratives entre les individus dans la sphère privée et dans le milieu des Asbl, le monde de l’entreprise et les entités administratives.


D’une micro-informatique à base de logiciels installés sur son ordinateur, l’utilisateur travaille, partage, interagit et coopère en ligne via de multiples applications gratuites disponibles sur le Web qui replacent l’individu au cœur de la production d’informations ; données qui peuvent se lier à d’autres et être la source de nouveaux projets et activités, jouer un rôle prépondérant dans le domaine de la veille et du marketing viral.


Ce séminaire de fomation propose de faire le point sur ce qu’on appelle le Web 2.0 et sa réalité par une approche concrète du concept (aspects techniques, collaborations sociales, transformations organisationnelles et modèles économiques) via la présentation, des exercices guidées et la mise en perspective d’outils internet :

  • blogs,
  • syndication de contenu,
  • marqueurs et réseaux sociaux,
  • cartographies d’échanges,
  • logiciels collaboratifs en ligne,
  • partage audio et vidéo,
  • etc.


Sont également abordés des notions générales du Web 2.0 qui transforment et structurent l’Internet d’aujourd’hui et de demain :

  • le journalisme citoyen,
  • les indicateurs d’influence,
  • l’intelligence coopérative,
  • et les tendances majeures de l’utilisation de l’Internet par les moins de 25 ans.

mardi 13 février 2007

Aveclesaidants.fr, un site portail sur la dépendance et l'aide aux aidants par la MACIF

Le 20 février, la MACIF va lancer le site Aveclesaidants.fr sur le sujet de la dépendance et de l'aide aux aidants (personnes âgées dépendantes, personnes handicapées, personnes les aidant). Il comporte des conseils et informations administratives, financières, médicales ou encore des conseils pratiques ; un contenu textuel très fourni.


On regrette cependant le côté très figé de ce portail et la faiblesse de l'interactivité (suggestions et témoignages se font par formulaire). A l'heure d'un internet plurimédia, sons et vidéos manquent cruellement ainsi qu'une navigation et une ergonomie (dans les rubriques, le contenu...) adapté au public concerné par le site : handicapés et personnes âgées.


Vous pouvez consulter l'ensemble du site en avant-première sur www.aveclesaidants.fr, en indiquant comme identifiant : "presse" et mot de passe : "aveclesaidants". Bonne découverte!

jeudi 8 février 2007

A vous de juger sur France 2 introduit un nouveau dispositif participatif via webcam

Prenant exemple sur ses homologues chaînes de télévision aux Etats-Unis, France 2, inaugure ce soir 8 février en prime time, avec l'émission politique de Arlette Chabot "A vous de juger", un nouveau dispositif participatif intéressant intégrant Internet qui pourrait faire tâche d'huile et se généraliser dans des émissions politiques et de débat sur les chaînes généralistes à des grandes heures de grande écoute.


Ce service permet à tout internaute, via une webcam, d'enregistrer ses questions, à l'adresse des invités d'Arlette Chabot pour son émission, et dans un deuxième temps, d'enregistrer des réactions à l'émission et de visionner en vidéo les commentaires des internautes. Vos contributions peuvent être postées dès maintenant à partir de la page d'accueil de l'émission. Via Ars Industrialis.

mardi 6 février 2007

DixiemeFamille.com, la solidarité de proximité multipliée par dix

A dix, sommes-nous plus solidaires ? Oui, on est certainement plus forts et mieux à même de porter des initiatives solidaires. Dans l'innovation sociale, le principe de tutorat est adapté pour partager des compétences, épauler, motiver.


Gary Généreux, simple citoyen, a réussi à adapter un principe d'entraide efficace : l'association qu'il a créée en 2003, DixièmeFamille.com met en relation via un site Internet une famille en grande difficulté aidée par 9 autres familles, résidant tous dans la même ville ou à proximité. Les 9 familles interviennent selon leurs disponibilités et compétences dans un partage de savoirs. Ce sont donc entre 30 et 40 personnes qui forment autour du foyer en difficulté une galaxie où chacun apprend à se connaître, à résoudre au jour le jour des problèmes, en élaborant des solutions concrètes à partir d'idées par le relationnel et la rencontre de gens qui ne se connaissent pas en amont. L'association Dixième Famille crée du lien social avec cette façon nouvelle de parrainer et d'aider ceux qui en ont besoin en favorisant les échanges intergénérationnels et de différents milieux sociaux.


Le site Internet DixièmeFamille.com permet de s'inscrire en tant que famille ressource ou d'obtenir l'aide d'une famille. Le réseau de partage est organisé en compétences que l'on déclare maîtriser (figurant dans une Banque Universelle des Savoirs) afin de créer de échanges solidaires.


Enfin, dernier projet en date, l'association Dixième Famille souhaite gracieusement mettre à disposition du milieu associatif solidaire, le Solidariciel : "son application logicielle disponible en ligne et permettant  de rassembler la multitude d'initiatives mise en oeuvre sur le terrain dans une banque des actes solidaires, de mutualiser l'expérience de terrain et les ressources en s'appropriant ces idées et d'offrir aux acteurs du tissu associatif une plate-forme permettant de faire connaître et reconnaître le travail réalisé localement".

lundi 5 février 2007

Le capital humain engendre l'innovation

La dernière édition d'Innovation européenne, magazine de la Commission Européenne (édition de janvier 2007), propose un article très intéressant intitulé : "Comment le capital humain engendre l'innovation" qui reprend des résultats d'une récente étude de Peer Ederer, Philipp Schuller et Stephan Willms (du groupe de réflexion allemand Deutschland Denken) : "Innovation at Work: The European Human Capital Index" (à télécharger ici en .pdf, 24 pages).


Ce rapport indique que les pays Européens doivent consentir d'importants efforts pour aider au développement des compétences et connaissances des citoyens ; extrait :

"Le capital humain représente beaucoup plus que le niveau d'éducation et le savoir-faire professionnel qu'on reçoit dans les écoles et les universités. Le capital humain englobe aussi les compétences culturelles et les normes sociétales que l'on inculque aux enfants à la maison, l'éducation informelle que les adultes acquièrent volontairement durant leur vie, ainsi que l'apprentissage constant qui accompagne les changements dans l'environnement de travail.

Donc pour appréhender le potentiel d'inventivité d'une société - et la croissance économique qui peut résulter de cette capacité d'innovation - il est nécessaire de prendre en considération chacune des cinq composantes du capital humain : l'éducation parentale, la scolarité, l'enseignement professionnel/universitaire, la formation des adultes et l'éducation sur le lieu de travail. (...)

Il y a lieu d'envisager le lien entre le capital humain et capacité d'innovation dans un sens beaucoup plus large que le seul niveau d'éducation reçu dans les écoles et les universités, ou le volume d'investissement dans la R&D et les installations high-tech."


Peer Ederer est membre de The Innovation and Growth Academy, un groupe international de chercheurs et d'acteursde terrain qui ont pour sujet de prédilection : l'innovation.

dimanche 28 janvier 2007

Constructions durables Aquitaine, site Internet du Centre de ressources construction et aménagement durable en Aquitaine

Capitaliser les informations dans le développement durable sur Internet devient un enjeu de poids tant les savoirs dans ce domaine semblent épars. En outre, les français ont été peu sensibilisés jusqu'à maintenant par les pouvoirs publics aux bons gestes pour sauvegarder l'environnement et avoir une démarche globalement responsable tout au long de la vie.


Internet investit ce champ et en particulier les collectivités territoriales qui au-delà d'une politique d'Agenda 21 ("projet de développement durable, conçu à l'échelle d'un territoire") mettent en place sur leurs sites des informations en premier lieu relatives au recyclage des déchets et aussi à de bonnes pratiques responsables.


Plus rares, les initiatives régionales thématiques exemplaires tel le nouveau site Internet Constructions Durables Aquitaine (Centre de ressources construction durable et aménagement durable en Aquitaine) lancé le 16 janvier 2007 par la Région Aquitainel'Ademe Aquitaine et Nobatek (centre de recherche technologique spécialisé dans la construction durable) avec pour double objectif :

"1) Informer sur les démarches environnementales dans la construction et l’aménagement afin de promouvoir leur application en Aquitaine, en proposant une information claire et structurée sur les démarches et leurs avancées : mise à disposition de références (bibliographie), d’outils, agenda, etc.

2. Capitaliser et illustrer par l’exemple en créant un observatoire des opérations en Aquitaine. Certaines de ces opérations sont analysées de manière détaillée afin de mettre en avant les solutions techniques mises en place pour répondre aux problématiques posées."


Ce site est donc destiné aux institutions, collectivités locales, aux professionnels du bâtiment et au grand public pour répondre à la question  : Comment construire durablement en Aquitaine ? Un enjeu de taille lorsqu'on sait que le secteur du bâtiment représente en France : 46 % des consommations énergétiques, 25% des émissions de CO2, 16% de nos consommations d’eau et plus de 31 millions de tonnes de déchets par an...

- page 2 de 16 -