Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - microblogging

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 23 avril 2010

Cours au CELSA en Sociologie des Médias informatisés, Twitter et Facebook comme objets

Je suis nouvellement chargé de cours au CELSA (Ecole des Hautes études en Sciences de l'Information et de la Communication rattachée à l'Université Paris-Sorbonne - Paris IV) en Master 1 Métiers de la communication et également en Master 2 Communication des entreprises et des institutions. Pour ce dernier parcours diplômant, je dispense un cours de Sociologie des Médias informatisés. Mes remerciements à Valérie Jeanne-Perrier, Maître de conférences CELSA Paris-Sorbonne.

Deux séances ont été consacrés à l'analyse d' "objets" média présélectionnés du point de vue du récepteur afin d'envisager une description critique de ceux-ci via des dispositifs/grilles permettant de proposer une approche décelant les mutations actuelles à l'oeuvre dans les médias.

Chaque séance a alterné une présentation de l'objet média dans son caractère pluriforme et un travail à partir d'exemples d'objets, avec capitalisation permettant d'en distinguer des traits d'analyses du point de vue du récepteur ou de l' "imaginaire" du récepteur : caractéristiques / contextualisations / capitalisations / discours / effets / modes de rediffusion et de re-création / modèle économique en jeu / structuration de la publicité... Ci-après, le plan de cours des deux séances

La Fanpage Facebook : de "l'ami de mon ami" à la figure du "fan"

Contexte

A distinguer de la page individuelle Facebook construite autour du profil et du Mur, le Fanpage Facebook (cf. http://www.facebook.com/pages/create.php ) s'invite comme une exposition d'une entreprise, d'une administration, d'un groupe (communauté, entité), personnalité et comme l'un des objets de communication "tendance" visant à communiquer au sens large (produit, marque, positionnement social et/ou politique...) via un mouvement d'adhésion : "Devenir fan".

Il y a désormais une exploitation communicationnelle majeure de la Fanpage construite comme un dispositif de communication "marketé". Les fameux "community managers" (en agence ou en entreprise) en font un des focus essentiels de leur mission d'animation de "communauté(s)". Le récepteur est au coeur du dispositif dans ce qu'il y a de bâti tout comme l'aspect publicitaire directement associé ; l'entreprise Facebook incitant fortement à promouvoir sa page sur Facebook via un apport publicitaire (régie interne Facebook).

Plan


1. De la relation de pair à pair individuelle à la relation "one to many"

Sur Facebook, le récepteur-acteur se construit comme un individu professionnalisé et utilitaire. La fanpage tend-t-elle à exacerber cette double fonction ? Quel est la place du récepteur en tant que "fan" et que signifie être "fan" ?

2. Le "hacking" ou piratage Web désiré par Facebook du récepteur-contributeur

La structure de la fanpage est assemblée via des applications différentes reconstituant un Web dans le Web : le FBML remplace le HTML, les systèmes de votes/sondages/avis sont possibles, l'agrégation via RSS peut y figurer de toute part, les possibilités d'analyses de l'audience y sont présentes et renforcées avec le temps.

La page ne « fait plus acte de » page mais peut être envisagée comme un jeu d'acteurs où un piratage « conventionnel » fait l'objet d'une forte invitation. Le récepteur "alimente" la fanpage, la rendant davantage attractive (contenu / applications / interactions / commentaires / jeu des onglets) et il se crée une méta-conversation comme variante de Facebook vs. Web.

3. La Fanpage Facebook s'imposant comme page Web : notion de "hub" identitaire

Noeud d'un réseau de récepteurs-contributeurs consommateurs, la fanpage se caractérise également comme un "dazibao" discursif et communicationnel d'interactions mêlant l'annotation, le statut comme témoignage-humeur instantané, l'aspect asynchrone conversationnel et une méta-discussion commentée ("j'aime", "je partage", "je commente").

S'y ajoutent la capitalisation d'éléments visant à constituer chez le récepteur une "identité-réseau" en ligne à la croisée d'affinités avec une stratégie plus ou moins affirmée (selon le positionnement de l’individu).

Bibliographie

ALLARD Laurence, "Blogs, Podcast, Tag, Locative media : le tournant expressiviste du web" in 2.0 ? Culture Numérique, Cultures Expressives, MédiaMorphoses n°21, Paris, INA, Armand Colin, 2007

BAUMAN Zygmunt, "S'acheter une vie", Paris, Actes Sud, 2008

GIFFARD Alain "Des lectures industrielles" in STIEGLER Bernard (dir.), Pour en finir avec la mécroissance, Flammarion, Paris, 2009

ILLOUZ Eva, Les Sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006

LEVY Pierre, "Le Jeu de l'intelligence collective" in Technocommunications, Réseaux n°79, Bruxelles, De Broeck, 2003

McKENZIE WARK Kenneth, Un Manifeste hacker, Paris, CriticalSecret, 2006

PETIT Pascal, "TIC et Nouvelle économie : Entre mirages et miracles" in Hermès n°44, Paris, CNRS Editions, 2006

PROULX Serge, "Les Communautés virtuelles : Ce qui fait lien" in PROULX Serge (dir.), Penser et Agir en réseau, Lévis, Québec, Presses de l'Université Laval, 2006

SCHOPFEL Joachim, "Animer le web 2.0 : Community manager" in Veille et recherche de l'information sur le Web, Archimag Guide Pratique, Paris, 2009 (Web)

VOIROL Olivier, "Les Luttes pour la visibilité", Réseaux n°129-130, Paris, Hermès, 2005
Coll., "Sémiotique et visualisation de l'identité numérique: une étude comparée de Facebook et Myspace", Working paper, Montpellier, 2009 (Web)


Le ReTweet chez Twitter : une nouvelle forme de la culture du commentaire ?

Contexte

Twitter est un objet média Web bien particulier, hybride dans sa forme, pluriel dans ses utilisations et au coeur d'un écosystème d'applications (via le dispositif technique partagé des API - Interface de Programmation). Dans le champ des échanges via Twitter, la pratique du ReTweet (republier un message de 140 caractères antérieurement publié par un autre utilisateur) s'est largement diffusée.

Quelle est la place du récepteur lors du ReTweet et que "vaut" le RT (ReTweet) : connivence, approbation, confiance, acceptation du message émis, de l'individu dans son champ relationnel ? Peut-on dire que le RT est une nouvelle forme de commentaire (vs. commentaire des blogs) ?

Plan

1. Le ReTweet scruté, analysé, catégorisé : de l'audience à la stratégie de communication

Aux RT, sont attachés des services tiers de Twitter permettant d'analyser les liens cliqués dans les messages rediffusés. Ces mêmes messages rediffusés sont agrégés, catégorisés et audités au sein de plateformes de popularité.

Le récepteur qui ReTweete est donc aussi un rediffuseur pouvant potentiellement ajouter à son discours une marque d'intérêt, une valeur et assure donc une capillarité du message redistribué vers d'autres récepteurs potentiellement redistributeurs.

Cette rediffusion peut tout à fait s'inscrire dans une stratégie de communication avec des données quantifiées et qualifiées. S'agit-il là d'une nouvelle mesure d'audience en ligne ? D’une syndication « masquée » ?

2. ReTweet et popularité : Sens, concurrence et publics symboliques

Aujourd'hui, popularité faisant, les acteurs de Twitter les plus RT sont souvent considérés comme des "influenceurs" par les marques et les acteurs économiques. Les publics qui RT sont des publics acteurs et leurs RT valent une forme d'approbation et de confiance.

Plus que cela, ces locuteurs « ReTweetés » et « ReTweetant » cherchent à affirmer une position dans la communauté des utilisateurs de Twitter et au-delà dans une perspective liée à un écosystème d’une présence en ligne (blog, réseaux sociaux tels Facebook, LinkedIn...) définie par des acteurs économiques comme « identité numérique », « gestion de la e-réputation », « personal branding » (stratégie de marque personnelle).

L'acte du ReTweet s'affirme-t-il comme un vote, un consentement, un encouragement... ou autre de la part du récepteur ? Essayons de caractériser ce que ReTweeter symbolise. Les publics des ReTweets sont loin d'être uniformes et les récepteurs ne rediffusent-ils pas vers des "figures" de l'internaute-consommateur imaginaire ou imaginé ?

3. Le ReTweet comme commentaire

L’acte du ReTweet met en valeur le message et son univers (contexte, émetteur, lieu de l'énonciation, organisation, représentation). En outre, le ReTweet publié joue sur un espace-temps délimité, et par un aspect éphémère du message diffusé (140 caractères noyés dans une ligne du temps où la diffusion de messages est "réactualisée" techniquement de façon permanente).

Le RT et sa rediffusion valent-ils force de commentaire ? S'agit-il d'une production différenciée et d'un trait de la "culture remix" comme nouvelle « figure de l’amateur » ?

Bibliographie

ASCHER François, "L'Ambition moderne de maîtrise individuelle des espaces-temps : outils et enjeux" in L'Age des métapoles, Paris, L'Aube, 2009

BOYD Danah, GOLDER Scott, and LOTAN Gilad (2010), "Tweet Tweet Retweet: Conversational Aspects of Retweeting on Twitter" - Proceedings of HICSS-42, Persistent Conversation Track. Kauai, HI: IEEE Computer Society. January 5-8, 2010, (Web)

BROUDOUX Evelyne,"L'exercice autoritatif du blogueur et le genre éditorial : un exemple avec le microblogging de Tumblr", Working paper, 2009, (Web)

CASTEL Robert, "Le Défi de devenir individu" in La Montée des incertitudes, Paris, Seuil, 2009

CRAIPEAU, "Le Collectif dans les mailles du réseau" in Communautés et Nouveaux modes de (Télé)communication, Terminal n°97-98, Paris, L'Harmattan, 2006

DOUEIHI Milad, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2008

JOANNES Alain, Le Journalisme à l'Ere électronique, Paris, Vuibert, 2007

GALAN Jean-Philippe, VIGNOLLES Alexandra, Twetnographie: Utilisation de Twitter pour la recherche en marketing, 14èmes Journées de Recherche en Marketing de Bourgogne, Dijon, 2009 (Web)

GALAN Jean-Philippe, VIGNOLLES Alexandra, Identification des leaders d'opinion sur internet : utilisation des données secondaires issues de Twitter, International Marketing Trends Conference, ESCP Paris, 2010 (Web)

KLECK Véronique, "L'Internet... et sa disparition" in Numérique et Compagnie, Paris, Ed. Charles Léopold Meyer, 2007

MAHAN Alexander, "De la Société de contrôle au désir de contrôle" in Google et au-delà, Multitudes n°36, Paris, Difpop, 2009

REBILLARD Franck, Le Web 2.0 en perspective, Paris, L'Harmattan, 2008

RHEINGOLD Howard, Smart Mobs, Cambridge, MA, Etats-Unis, Perseus, 2002

STIEGLER Bernard, Réenchanter le monde, Paris, Flammarion, 2006

Crédit photo : Ebauche du projet de logiciel Twitter par Jack Dorsey. Cliché sous Licence Creative Commons.

lundi 23 novembre 2009

Twitter en français, 10 tendances chez les nouveaux utilisateurs



Twitter est disponible en français (et en version grand public) depuis le vendredi 20 novembre au matin (heure de Paris) par un message sur le blog de Twitter : Nouvelle saveur Twitter en français. L'attente de la version française a donc été plus courte que prévue même si les signes annonciateurs de l'oiseau gazouillant dans la langue de Molière semblaient s'accélérer depuis quelques jours, l'équipe dirigeante annonçant il y a quelques jours une disponibilité sous trois semaines.

Chaque utilisateur de Twitter peut très simplement opérer la bascule vers la version Twitter en français via le menu Settings > Account > Language.

Un nouveau Twitter pour apprendre Twitter :
http://twitter.com/ApprendreTwiter

Pour information, je viens de créer un Twitter uniquement en français pour signaler des ressources pédagogiques pour apprendre et se familiariser avec Twitter : http://twitter.com/ApprendreTwiter en ayant donc une pensée particulière pour les nouveaux arrivants de Twitter en français qui peuvent se sentir déboussolés par ce service. (Nota Bene : ApprendreTwiter avec un "T" car Twitter interdit la création de comptes où l'on reprend le mot "Twitter").

Twitter en français : 10 tendances chez les nouveaux utilisateurs

Voici les 10 tendances que j'ai pu observées chez les nouveaux utilisateurs de Twitter en français :

1. Une aide partiellement francisée

Twitter en français, c'est d'abord une version bêta imparfaite, une traduction inachevée signifiant que les traducteurs bénévoles sont encore nécessaires pour pousuivre la laborieuse tâche. Toutefois, la plateforme a fait un effort appréciable avec une Assistance Twitter - en français, une "documentation de l'aide" assez fournie pour que le quidam souhaitant plonger dans Twitter puisse s'y retrouver. Peu de services en ligne commerciaux nouvellement francisés offrent déjà un menu d'aide consistant tel celui-ci.

2. La liste d'utilisateurs suggérée francophone est Française et Canadienne

Alors que Twitter a annoncé la fin prochaine (mais non datée) de la liste d'utilisateurs suggérés, le service américain poursuit étrangement cette politique avec une liste de 47 utilisateurs suggérés francophones (à ce jour) recouvrant majoritairement des comptes français et canadiens, offrant pour le moment une vision restrictive de la langue française : pas de compte Belge ni Suisse indiqué dans cette liste. Twitter a volontairement choisi d'implémenter une liste d'utilisateurs suggérés sans aucun doute pour créer un effet de levier rapide de progression du nombre d'utilisateurs en Français : le rattachement à des comptes "phares" créant une émulation et une popularité de la plateforme liée à quelques comptes présentant des usages variés a l’avantage de démontrer à l’utilisateur lambda son "non isolement' sur Twiter.

"Peut-être avez-vous entendu parlé de ces personnes ? Choisissez qui vous voulez et abonnez-vous" et d'un clic, les nouveaux Twitter francophones peuvent donc s'abonner à ces comptes... C'est donc ce qui est suggéré et ce qui m'a servi à établir quelques tendances fortes : un portrait en instantané des nouveaux utilisateurs de Twitter qui se retrouvent donc dans les abonnés (followers) des 47 comptes. Qui sont ces comptes suggérés ? Des particuliers (évoluant plutôt dans le domaine de l'internet et de l'informatique), des journalistes, des médias, quelques hommes politiques, un évènement Web, de rares associations, administrations et entreprises.

Ma méthodologie : Les nouveaux inscrits ont une forte tendance à s'abonner à l'ensemble de ces comptes suggérés (lorsqu'ils cochent au bon endroit!). En collectant les données sur 48 heures (vendredi et samedi) sur 3 comptes suggérés figurant en début de liste, on peut dégager des profils et usages types compilés ci-dessous. Ces caractéristiques n'ont bien sûr aucune valeur scientifique.

3. Le flot "automatisé" de ces nouveaux abonnés déconcerte certains utilisateurs suggérés

Il semble que Twitter n'a pas prévenu les utilisateurs suggérés qu'ils figuraient dans cette liste. C'est la surprise qui domine et l'incrédulité. Tous se retrouvent à gérer un flux entre 500 et 700 nouveaux abonnés par jour. Certains se plaignent de la non qualité de ces nouveaux abonnés mais ne peuvent pas y faire grand-chose. Le vécu de ces nouveaux comptes stars sera donc fait d'abonnés "non sollicités" en quelque sorte où il leur est bien difficile de distinguer la valeur et la qualification des comptes qui les suivent.

4. L'avatar oiseau par défaut, peu de profils avec photos et encore moins des images-logos

L'avatar est une sorte de signature affirmée sur Twitter. L'énorme majorité des nouveaux comptes Twitter en français ne choisissent pas d'avatar, de photo ou d'image logo préférant opter pour le petit oiseau fourni en standard par défaut. Seuls 15 % des comptes retirent l'oisillon pour une démarche personnalisée. On voit là que la préoccupation est bien de tester la plateforme plus que de s'affirmer dans une présence numérique bien identifiée. En outre, les fausses images des comptes de spam habituels qui inondent Twitter dans sa version de base anglophone sont encore peu présentes en français.

5. Une présentation extrêmement sommaire de chaque compte

Seuls 40 % des nouveaux utilisateurs en moyenne ont renseigné la partie biographie de leur compte. Celle-ci reste sommaire pour la majorité des cas. La plupart du temps, c'est l'indication géographique qui est indiquée. Il n'y a pas de mise en avant de l'identité de l'utilisateur : à peine un utilisateur sur 3 indique un prénom et un nom. On reviendrait donc à un certain anonymat sur Twitter ce qui tranche évidemment avec Facebook où la réelle identité est une caractéristique forte d'utilisation du service. Les noms d'utilisateurs restent pauvres en information : souvent un pseudonyme comme nom d'utilisateur, plus rarement un vrai nom.

6. Des utilisateurs perdus qui se demandent ce qu'est Twitter

Bon nombre de premiers tweets (messages) de ces nouveaux utilisateurs font état de leur isolement ("Bjr, suis nouvelle et attends des contacts. Please don't leave me alone !!!") et du fait qu'ils se sentent perdus sur Twitter. En filigrane ou directement, les questions posées varient du : "Comment ça marche ?" ("coucou quelqu'un pe m'expliqué le but de ce sit") au "A quoi ça sert ?" ("Encore Perdue Bon ^^ On est des Habituées maintenant ^^ = " ; "Twitter c'est quoi cette M.... :s" ; "Twitter.. sa sert à quoi ça encore") en passant par la recherche d'un plus ("Je commence à en avoir marre de Facebook, donc voyons voir Twitter..."). Le fait d'y être présent est souvent vécu comme une "petite" victoire personnelle ("je suis un nouveau abonner de twitter" ; "ben voilà,je suis enfin sur twitter !").

7. Un contenu majoritairement... vide!

Plus de 2/3 des nouveaux comptes n'affichent aucun tweet. Cela montre que la barre "psychologique" de la publication n'est pas franchie par le nouvel utilisateur (au moins dans un premier temps... tout en sachant que ces mêmes comptes restent désespérément vides 2 jours après leur création). Si le compte Twitter est bien créé, le stade suivant n'est pas franchi. Est-ce que le statut compte plus que le contenu pour ces utilisateurs ? Plus de la moitié des nouveaux tweets rappellent une énonciation de type "chat" (abréviations avec phonétique simplifiée) ; il y a tout lieu de penser que Twitter en français est donc "massivement" investi par des publics jeunes (adolescents, jeunes adultes).

Qu'est-il exprimé sur la plateforme Twitter par les nouveaux utilisateurs ? Des articles ayant trait à l'actualité (la main de Thierry Henry, Twilight...), un dialogue intérieur extériorisé (extime), une expression sur ce que la personne est en train de faire (réponse à la question type figurant en en-tête de Twitter : "Quoi de neuf ?"). Souvent, le contenu est marqué par la solitude. Peu de "replies" (réponses) ceci d'autant plus évident que le nouvel utilisateur de Twitter n'a pas/peu d'ami(s) sur Twitter.

8. 20 % des nouveaux comptes sont privés

Mesure intéressante si elle vient à se confirmer : près de 20 % des nouveaux comptes créés sont privés. Twitter en français jouerait-il dans le cadre d'une communication plutôt interpersonnelle ? Tout le laisse à penser. Le taux d'activité de ces comptes sera par nature plus élevé que des comptes créés et abandonnés. Bien évidemment, il est difficile d'imaginer l'utilisation de comptes en mode privé : cela relève-t-il uniquement de la fonction phatique du langage appliquée à Twitter ? Nul ne le sait.

9. D'où sont les nouveaux utilisateurs ? Une sur-représentation française et à un degré moindre du Maghreb

Il est possible d'avoir quelques informations sur la localisation des utilisateurs (par un autre moyen que la fonction "géolocalisation" de Twitter), ceci via la biographie du compte ou l'indication portée dans le pseudonyme (code postal, indication du numéro du département en France... des pratiques similaires d'ailleurs à la présence sur la plateforme Skyblogs). On note une sur-représentation de nouveaux comptes français et plus surprenant une adoption rapide dans les pays du Maghreb (du plus présent au moins présent : Tunisie, Maroc et Algérie). Pour ces comptes du Maghreb, une expression mixte en français et en arabe est très commune.

10. Une minorité de présence de la part des entreprises, des associations, des collectivités territoriales et des administrations

Parmi ces nouveaux comptes créés en français, il y a très peu d'entreprises, d'associations, de collectivités locales et d’administrations encore présentes. Le monde de l'entreprise est surtout représenté par un mode de travail individuel (indépendant, consultant, micro-entreprise). Quelques associations sont nouvellement actives sur Twitter en français tout comme les collectivités territoriales et administrations (en très faible nombre pour ces dernières). Le contenu est encore trop peu développé pour se livrer à une analyse fondée.

Notons simplement que pour l’univers de l’entreprise, le premier tweet sert souvent à indiquer l'adresse du site Web et/ou à mentionner l'activité de la structure et/ou à mentionner directement une démarche commerciale.

lundi 2 novembre 2009

Twitter Street Art, Paris, 1000 first twits of @ff_ff


Young talented French graphic designer
Florent Guerlain has made a poster of his 1000 first tweets and some stats/figures about his Twitter account (@ff_ff) now featured on the walls in two streets of Paris: Passage des Petites Écuries (10th arrondissement) et Impasse Lamier (11th arrondissement). Go there! You can find more pictures and a video of this new street art projet here and there. What are you doing ? 1000 first twits of @ff_ff.

Qu'est-ce qu'utiliser Twitter ? Est-ce laisser une trace dans l'éphémère, composer et publier des articles qui s'évanouissent dans une ligne du temps sans cesse éperdue comme une accélération sans fin ? Twitter, espace de publication qui nie partiellement la mémoire et les archives de dialogue interrompus ou à parachever. Ecrire, diffuser, échanger, projeter, imaginer, rediffuser avec des URL raccourcies... Et puis ces chiffres qui défilent : nombre de tweets, following/followers... Twitter, c'est un peu beaucoup s'épancher. Chaque tweet est inséré dans une page privée ou publique, gazouillis général, message direct (glissé à l'oreille) ou réponse sur le dazibao ante-chronologique. "What are you doing ?" est la question-clé imperturbable qui invite à la réponse via un rectangle où les 140 caractères se font expression. L'écriture demeure et les pages s'en emparent...

Parce que la mémoire des Tweets a besoin d'un objet tangible et que le Twitter Art sait se fondre au présent, Florent Guerlain, graphiste, a décidé ce week-end d'afficher sur 2 murs parisiens, Passage des Petites Écuries (10e arrondissement) et Impasse Lamier (11e arrondissement), une frise papier collée de 5 mètres de long affichant les 1000 premiers twitts de son compte Twitter (@ff_ff), comme une sorte de bilan avec quelques chiffres-clés à l'appui. Expérience intéressante qui n'est pas sans rappeler quelques caractéristiques de Twitter. What are you doing ? 1000 first twits of @ff_ff est un projet et un objet éphèmère. Voici quelques clichés de ces deux posters saisis cet après-midi. Pour les parisiens, il n'est pas trop tard pour lire les 1000 premiers twits de Florent Guerlain. Du Twitter Street Art qui en est juste à ses balbutiements. Cf. les photos et vidéo de cette "installation" sur cette page et cette autre page.



Crédit photos : Jean-Luc Raymond. Novembre 2009.

mercredi 28 octobre 2009

5 nouvelles tendances Twitter

Les pratiques de Twitter sont mouvantes. Certaines se popularisent de façon éphémères, d'autres sont largement adoptées de façon durable. Voici une revue sommaire de 5 tendances notables qui cherchent à s'imposer dans l'écosystème Twitter.

La nouvelle hiérarchie des listes sur Twitter

Mini-révolution de palais chez Twitter avec l'introduction progressive des listes autrement dit des groupes de contacts que chaque Twitterer peut suivre, des listes d'abord publiques. Twitter propose ainsi une nouvelle hiérarchie des twitterers : ceux que l'on suit et ceux que l'on suit en priorité... Ceci ajoute un 4e niveau de lecture à la plateforme : après les messages publics de ses followers, les "replies" (réponses), les "direct messages" (messages directs), voici venu le temps des messages de groupes. A n'en pas douter, ce module va faire naître de nouvelles pratiques communautaires et tendre à unifier des listes d'utilisateurs par centres d'intérêt, passions, professions, volontés associatives... Sur un plan commercial, le ciblage et le monitoring seront plus aisées pour les marques et les entreprises.

L'avatar Twitter animé comme signe distinctif

Comment se distinguer et sortir du lot sur Twitter ? Une des manières de ne pas être noyé dans les flots des profils est de travailler à rendre son avatar signifiant en se détachant du commun des mortels. Afin d'éviter de transformer en "sapin de Noël" permanent les vignettes des twitterers, la firme Twitter a interdit des avatars en gif animé mais rien n'empêche de contourner cette barrière technique avec un fichier png. Un mode d'emploi à suivre qui semble-t-il séduit un nombre grandissant d'utilisateurs à travers le monde. Attirer l'oeil sur Twitter via un avatar animé pour convaincre du bien-fondé d'être "followé" ; c'est un procédé de communication flashant... Reste à savoir s'il est percutant en terme de résultats.

L'internationalisation par l'adaptation culturelle de la plateforme et le renforcement du service à l'étranger

Twitter s'internationalise à tout va non seulement via une traduction collaborative en cours de la plateforme en Allemand, Français, Espagnol et Italien ; en s'offrant donc à moindre frais (un dérivé de crowdsourcing volontaire) une adaptation du service dans des langues occidentales... Mais aussi via le retour progressif de la fonction SMS hors Amérique du Nord. Ce fut d'abord la Grande-Bretagne en juillet et désormais l'Inde. Twitter va encore plus loin en internationalisant désormais sa fonctionnalité de comptes vérifiés ("Verified Account")... Cela concerne des comptes français et francophones (voir quelques exemples dans la liste des traducteurs francophones de Twitter les plus actifs).

Twitter, mots-clés et Temps réel pour une communication et publicité différente

La capitalisation de mots diffusés sur Twitter et de hashtags ("mots clés") est utilisé par des dispositifs de publicité / marketing en ligne en fonction de l'humeur du moment. La chaîne de restauration rapide Wendy's vient de lancer un site Web dédié Wendy's Real Time avec une section de tweets reprenant des mots-clés d'une sélection thématique qui peut varier selon l'actualité (évènement sportif...) et la campagne de communication en cours (menus...). Se glissant parmi les tweets publics diffusés sous forme de bulles, des vidéos Wendy's et des bons de restauration à gagner. Procédé similaire pour la firme de cigares E.P. Carillo qui a choisi l'affichage en temps réel sur une cartographie Google Maps, de tweets géolocalisés où apparaissent les termes "cigar(s)" et/ou "Carillo". Créativité et jeux de mots sont une constante de ces nouveaux dispositifs de communication, marketing, publicité en ligne associant la notion de temps réel partagé l'outil basique Twitter.

Le Twitter gig

L'artiste Diane Tell évoquait il y a quelques quelques jours le Twitter Gig de Jamie Cullum. Alors que le chanteur-pianiste anglais s'apprête à sortir un nouvel album, il annonce sur son Twitter un Twitter gig. Principe de l'exercice ayant eu lieu vendredi soir dernier : un mini-concert à la maison ("dans sa cuisine") sans fioriture devant son piano, set diffusé en direct (mode vidéo) gratuitement via la plateforme Ustream à destination des internautes souhaitant y participer. En live, les internautes ont pu commenter le concert et la prestation de l'artiste. Jamie Cullum a déclaré vouloir fêter son 20 000e "follower" sur Twitter. Caractéristiques d'un Twitter gig : Simplicité (pas d'artifice sonore ou de lumière) avec une captation via une webcam, dans un cadre du quotidien, quelques titres interprétés (mini-concert) en mode acoustique live, commentés entre les morceaux par l'artiste (qui peut également répondre aux questions des internautes) ; un concert enregistré dont on peut aussi rediffuser des extraits ou l'intégralité sur une plateforme vidéo. Dans le monde francophone, le compositeur et pianiste belge Domenico Curcio se produit régulièrement en Twitter gig à domicile et de plus en plus souvent invité chez des particuliers (dans son pays, en France...) : un concept artistique original et chaleureux de "proximité" entre l'artiste et le "fan".

A savoir...

Je fournis du conseil spécialisé sur l'utilisation de Twitter : formation Twitter (depuis 2007) et consulting (depuis 2008) : Création, Editorial, Coaching concernant Twitter et le microblogging. Références: TPE-PME, Grandes entreprises, Institutions, ONG. N'hésitez pas à me contacter : jeanluc.raymond@gmail.com

jeudi 22 octobre 2009

Pourquoi les adolescents utilisent peu Twitter ?

Avec comme titre choc "Abandonner Twitter", un des articles phare du Cahier de Tendances de Courrier International qui vient de paraître, évoque un fait indéniable recoupé par plusieurs études : Twitter a du mal à séduire les populations adolescentes ; un fait américain souligné par plusieurs études dont le dernier rapport Pew Internet ("Twitter and Status Updating, Fall 2009") qui nous informe que l'âge moyen de l'utilisateur de Twitter est de 31 ans.

Dans sa publication, Courrier International donne la parole à Geoff Cook, fondateur du réseau social MyYearBook, qui livre une analyse fondée du désintéressement des jeunes publics pour Twitter :

"Les adolescents actualisent déjà religieusement leurs statuts (en écrivant une phrase pour décrire leur humeur du moment) sur d'autres sites tels que Facebook, MySpace et myYearbook. Ils utilisent MySpace pour suivre l'actualité des musiciens et des célébrités - le point fort de ce site. Pour rester proches de leurs amis, ce qui est une de leurs préoccupations principales, ils privilégient là encore Facebook et MySpace.

La plupart des adolescents n'utilisent pas Twitter parce que cela ne leur offre pas de nouvelles possibilités par rapport à ce qu'ils peuvent déjà faire ailleurs, ce qui est aussi une raison pour laquelle la plupart des adultes n'utilisent pas le site. Cet état des choses peut se résumer en une simple question : où est la valeur ajoutée de Twitter ?"

lundi 19 octobre 2009

5 tendances Twitter du moment : hashtag bombing, mesurer une opinion, avatar comme soutien à une cause, la mosaïque de followers


Les pratiques de Twitter sont mouvantes. Certaines se développent de façon éphémères, d'autres gagnent en intensité. Voici une revue sommaire de quelques tendances émergentes qui cherchent à s'imposer dans l'écosystème Twitter.

Hashtag bombing

Trop peu souligné, Twitter s'affirme également comme un "média" d'opinion. Si les hashtags permettent de tweeter en direct en commun lors d'évènements (conférences, émissions télévisées...), de marquer un témoignage qui compte lors d'une information à grande résonnance (actualité), le Hashtag bombing permet de générer un flux de messages d'opinion à partir d'un fait ou d'une situation donnée. C'est le cas depuis le vendredi 9 octobre avec l'impressionnant flot de tweets en français portant le hashtag ("#") #jeansarkozypartout (voir les tweets publiés mentionnant ce hashtag via le moteur de recherche de Twitter, TwitterSearch) mêlant un Google bombing à la sauce Twitter (Twitter bombing ?) partageant des tweets qui font part d'humour, d'analyses personnelles et d'une créativité débordante. L'initiative de ce hashtag est née du journaliste Florent Latrive et l'effet boule de neige est vraiment conséquent.

Mesurer l'opinion sur Twitter

TwtPoll
est un outil de sondage bien connu utilisant Twitter. A chacun de créer son sondage, diffusé ensuite à ses followers ; une application en ligne pratique et simple à utiliser. D'autres outils de l'écosystème Twitter se sont spécialisés dans la mesure d'opinion d'un nombre important de tweets publics en essayant de dégager des tendances. Ce communiqué de Presse laisse par exemple entrevoir que, sur un panel de 25 000 tweets, l'obtention du Prix Nobel de la Paix par Barack Obama est perçue positivement. Le traitement des données a été effectué à partir d'une solution professionnelle payante baptisée Attensity Cloud. Mesurer l'opinion publique est sans doute l'un des usages professionnels en devenir les plus prometteurs lié à Twitter.

L'avatar Twitter comme soutien à une cause

La dernière élection présidentielle aux Etats-Unis, les manifestations à Téhéran (Iran), le refus d'utiliser tel ou tel navigateur Internet... Ont ceci en commun qu'ils donnent lieu à une pratique Twitter qui consiste à transformer son avatar pour mettre en avant son adhésion à un mouvement d'opinion. Aujourd'hui, avec un outil tel que Twcauses, il est possible de monter des campagnes de marketing spécialisées cherchant à générer l'adoption à une cause de charité ou humanitaire et aussi à favoriser des donations sonnantes et trébuchantes pour des associations, organisations non gouvernementales... Un exemple de l'utilisation de TwCauses : la campagne de la Fondation One Drop ("Ajoutez une goutte à votre avatar Twitter") qui dédie une page complète à ce moyen de mise en avant par le Twitterer de son "oui" pour promouvoir une initiative de cette Fondation avec un avatar identifiant la cause.

Twitter cherche à réintégrer des fonctionnalités de pratiques popularisées

L'application en ligne Twitter est relativement sommaire dans ses fonctionnalités. Jusqu'à maintenant, Twitter a laissé l'écosystème des applications tierces fournir des fonctionnalités annexes. Le changement de cap est évident avec la nouvelle fonctionnalité de listes préselectionnées d'utilisateurs s'affichant sur son compte (actuellement en bêta) et la fonctionnalité ReTweet en développement qui permettra de faire apparaître aussi bien une liste non exhaustive des twitterers ayant retweeté une URL que d'identifier le twitterer ayant posté pour la première fois l'article sur Twitter. Ne pas laisser filer des fonctionnalités clés de Twitter en dehors de son propre giron, est-ce une nouvelle stratégie imposée par la réalité économique et les investisseurs de Twitter ?


Afficher ses "followers" en arrière-plan

Parmi les applications tierces liées à Twitter les plus en vogue actuellement, soulignons un fort engouement pour Twilk, un outil qui, après identification, vous propose d'afficher en arrière-plan une mosaïque de l'ensemble des avatars de vos "followers". Twilk est une caisse de résonnance de son identité Twitter ; il montre aussi le mille-feuilles relationnel qui s'établit sur la plateforme et entre les interlocuteurs ; ce puzzle de petits carrés forme un cliché instantané d'un faisceau tissé de connaissances ou de reconnaissance. Twilk n'hésite d'ailleurs pas à parler de "friends" et non de "followers" ; un simple glissement sémantique ?

samedi 10 octobre 2009

Profession Twitterer de star ou Twitterer de personnalité

Le journaliste Yves Eudes consacre un truculent article distancié sur un nouveau métier : le nègre Twitter de star dans l'édition du Monde Magazine daté du 10 octobre. Si la profession de Twitter pour les stars est bien établie aux Etats-Unis, elle fait aussi en chemin en Europe et en France ; des missions exercées dans "l'ombre" et très peu publicisées.

En avril 2009, Laura Desjardins consacrait un article à cette profession qui se répand aux Etats-Unis : "Profession: Twitterer de stars" brossant un bref panorama de cette pratique alors naissante avec un aspect réducteur dans les propos relevés d'Annie Colbert qui exerce ce genre de missions : "Le but est que l’on vienne à vous, d’être retweetée".

Outre-Atlantique, la profession s'organise et il devient courant, pour des artistes et des personnalités, que l'offre de webmaster éditorial (site, blog...) se double de la présence et du contenu en ligne sur 4 médias sociaux - réseaux sociaux phare : Facebook, Twitter et MySpace voire YouTube. La gestion du temps chez la personnalité est comptée mais la fidélité du propos est essentielle tout comme celles de l'action de cette même star. Ainsi, un artiste musical connu aux Etats-Unis m'a récemment confié que son Twitterer pro avait publié un message sur Twitter indiquant que ce même client - artiste se trouvait alors dans un avion alors qu'il n'en était rien... Les limites de l'exercice...

Yves Eudes propose un portrait du Twitterer de star ou Twitterer de personnalité très précis et présentant les différentes facettes de ces missions ardues ; un spécialiste portant le pseudonyme de Damien :

Il propose deux types de prestations, car il y a déjà deux écoles chez les Twitterers pro américains : certains se font carrément passer pour la star, d'autres se présentent comme une membre de son entourage, un proche qui la suit partout, un confident. Bien sûr, c'est du boulot. Le Twitterer pro doit s'imprégner de la personnalité de la star, reproduire ses tics de langage.

D'autres Twitterers ont le problème inverse : des tas de choses à raconter ou à vendre, mais peu de suiveurs. Le marché est vaste : génie méconnu, politicien qui tente un come-back ou commercial sur le retour... Damien peut faire en sorte que ces anonymes explosent sur Twitter en quelques jours.

D'abord, établir avec le client le profil-type du "suiveur" idéal - âge, revenus, etc. Puis trouver un logiciel capable de scanner le moteur de recherche interne de Twitter afin de collecter des données sur des millions d'utilisateurs, et faire le tri. Enfin, envoyer des messages aux cibles sélectionnées pour les inciter à suivre le compte Twitter du client. Compliqué, mais une start-up australienne s'est spécialisée dans ce type de prestation. En attendant de s'équiper, Damien pourra sous-traiter.

mardi 15 septembre 2009

Sound Design, Trop de proximité nuit, Followers as consumers, Remplir le vide : Tendances

Reprise sur ce blog de la rubrique Tendances. Mots ou expressions du temps, bribes de réflexion sur notre temps, concepts en vogue... Les mots soulignés correspondent  à des amorces de Tendances. Notre monde est en perpétuel devenir. Bonne lecture!

Sound Design : Quelques notes valent mieux qu'un long discours

"Après des décennies de dictature de l'image, l'identité sonore est désormais reconnue comme un argument de vente et une valeur ajoutée dans la communication, constate Julian Treasure, PDG de la Sound Agency à Londres et auteur de Sound Business. Une prise de conscience liée aux évolutions technologiques - podcasts, mp3, plate-formes de téléchargement - qui sont autant de nouveaux moyens d'aller à la rencontre du public. (...) Chez Brandy Sound, on parle de "déterminisme" et de "bonding". "Le but est de créer une intimité entre la marque et le consommateur en entraînant ce dernier sur le registre émotionnel", explique Olivier Covo, son directeur associé et... ancien d'Apple."

(Les Echos, Série Limitée n°76, Septembre 2009)

Trop de proximité nuit : effet limite

"Professeur de Sciences Politiques à l'Université de Lille 2, Rémi Lefebvre met en garde contre le culte de la proximité : "L'imaginaire de la politique fut longtemps marqué par la grandeur et la distance. Celle-ci était gage d'impartialité, de neutralité, d'efficacité et d'égalité. Cette légitimité s'est affaiblie. Les élus doivent montrer qu'ils sont en prise avec le "terrain", autre mot magique. L'action publique doit être réactive et territorialisée. Le terme de proximité s'est un peu usé. Mais la légitimité que le terme désigne reste centrale (...) La proximité, cela peut être aussi l'enfermement territorial ou identitaire le "court-termisme", l'absence de perspectives, la réponse en temps réel aux demandes des citoyens, et donc le consumérisme.""

(La Gazette des Communes, 31 août 2009)

Twitter: Don't Speak to your followers as consumers

"The key thing about Twitter is not to speak to your followers as consumers. Instead, you need to engage them as real people. If you ask them what they think about your programming, you have to have a real give-and-take. This is what motivate people to follow us on Twitter and helps us strengthen their ties to us," said Andrea Chiu, an associate producer with CBC's Radio programming department."

(Radio World International Edition, August 2009)

La consommation : façon de remplir le vide

"Philippe Moati, professeur à l'Université de Paris-Diderot, directeur de recherches au CREDOC : "(Avec la crise), il n'y a pas réellement de prise de distance par rapport à la consommation mais une aspiration à ce qu'elle tienne enfin ses promesses. Les offreurs ont jusqu'ici concentré leurs efforts sur le déclenchement de l'acte d'achat. L'enjeu pour eux est désormais la satisfaction du client en visant, au-delà de l'achat, les usages et les effets utiles. (...) Il faut bien comprendre que la consommation comme affirmation de soi est d'abord une façon de remplir le vide. Réduire son emprise suppose que le vide soit rempli par autre chose, par l'idéologie, par la culture, par d'autres formes de production du lien social. La crise ne devrait donc pas remettre en cause la place de la consommation dans notre société. Elle pourrait accélérer le passage à un modèle de consommation davantage centré sur les effets utiles pour les consommateurs et pour la société dans son ensemble.""

(Alternatives Economiques, Septembre 2009)

Crédit photo : Jean-Luc Raymond. Oeuvre de Street Art. Paris 4e. Septembre 2009.

mercredi 9 septembre 2009

Qu'est-ce que Twitter en 10 tweets ?


Qu'est-ce que Twitter en 10 tweets ? Une définition de Twitter en 10 tweets ; voici un petit exercice amusant de définition et de concision auquel je me livre :


1.
Twitter est un média social hybride donnant la possibilité de publier des messages sous forme de mises à jour de 140 caractères tout au plus

2. Pour publier des messages, s'enregistrer sur Twitter.com . Choisissez une image profil, renseigner la biographie et changer le fond de page

3. Utiliser Twitter: communiquer avec des personnes, partager un centre d'intérêt... Les clés: Objectif, stratégie, personnalité, contenu, style

4. Choisissez l'option "Find people" (trouver des personnes) pour rechercher des profils. Cliquez sur "Follow" (suivre) comme "ami sur Twitter"

5. Répondez publiquement à un message publié (tweet) en utilisant le signe @ suivi (sans espace) du nom d'utilisateur Twitter ou l'icône Flèche

6.
Envoyer un Message Direct ("Direct Message") à un ami Twitter ("Follower" qui doit aussi vous suivre) à partir de son profil puis "Message"

7.
Signaler un article et/ou un lien publié sur Twitter, c'est le "Retweet": tapez RT ou "ReTweet" puis @ et le nom d'utilisateur suivi du tweet

8. Twitter en groupe en créant un Hashtag: # suivi (sans espace) de l'intitulé de l'évènement, du sujet indexe chaque tweet publié sur le thème

9.
Profitez de la fonction "Search": le moteur de recherche Twitter Search pour interroger en temps réel les tweets et Twitter par critères

10. Twitter est multi-plateforme: on peut consulter et publier des tweets via Internet, un téléphone avec connexion Web. L'instantanéité prime


Tweet subsidiaire


11. Les applications liées à Twitter: lecture/écriture, photos, vidéo, localisation... Associées à votre compte. A vous de choisir lesquelles


A savoir...

Je fournis du conseil spécialisé sur l'utilisation de Twitter : formation Twitter (depuis 2007) et consulting (depuis 2008) : Création, Editorial, Coaching concernant Twitter et le microblogging.

Références: TPE-PME, Grandes entreprises, Institutions, ONG.

N'hésitez pas à me contacter : jeanluc.raymond@gmail.com

samedi 25 avril 2009

Usages de Twitter par les stars, communication et marketing



Le Nouvel Observateur (n°2320, du 23 au 29 avril 2009) s'attarde au phénomène Twitter et à son appropriation dans un cadre communicationnel et promotionnel par les stars.

Ce groupe d'utilisateurs est largement mis en avant par Twitter, favorisé par le service. Rien de plus évident : ces stars permettent, avec facilité, de publi-informer le grand public sur Twitter, de les inviter à rejoindre la plateforme pour faire nourrir le "rêve" d'une connivence de proximité avec le fan : ce fut le cas la semaine dernière avec une séquence Twitter dans le show américain d'Oprah Winfrey (1,2 million de nouveaux utilisateurs de Twitter en une journée!) ou encore l'acteur et humoriste anglais Stephen Fry (qui a aidé à faire connaître Twitter en Grande-Bretagne) et dont l'audience sur Twitter est très importante (cf. l'effet marketing Frying Point).

Le Nouvel Observateur s'interroge donc sur Twitter comme média utilisé par les stars avec cet article : "Le phénomène Twitter : Stars, Web et ragots" (couplé à un encadré "Quand les politiques "twittent"..." : "Ce site de «microblogging» sur lequel chacun peut diffuser ses petits commentaires fait fureur, notamment parmi les célébrités, qui l'utilisent pour tenir leurs fans en haleine. Décryptage".

On retiendra les propos intéressants et critiques de Stéphane Hugon, sociologue au CEAQ (Centre d'Etudes sur l'Actuel et le Quotidien, Université René Descartes - Sorbonne, Paris 5) sur le service Twitter et ses utilisations :

"Une expérience sociale hypnotique (...) C'est ce qui fait le côté fascinant de tous ces réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Le contenu en tant que tel est proche de zéro. Ce qui compte, c'est l'interaction, le flux d'informations... (...) Contrairement à ce qui passe dans les médias traditionnels, sur internet l'information n'a de valeur que si elle est validée par le public (...) Il n'y a plus de modèle charismatique. L'espace utopique, c'est désormais celui du quotidien".

Virginie Spies
, sémiologue (Maître de Conférences à l'Université d'Avignon et chef du Département des Sciences de l’Information et de la Communication), usagère de Twitter, décrypte, quant à elle, l'intérêt de Twitter pour les stars :

"Le people, c'est le VIP de proximité, quelqu'un à qui le public peut s'identifier Demi Moore, elle, joue sur les deux tableaux, un peu comme Angelina Jolie. Ce sont des icônes glamour, mais aussi des people, bref, elles habitent à la fois dans Gala et dans Voici (...) Comme des marques, elles se doivent d'être présentes sur tous les supports."


- page 1 de 2