Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - intelligence

Fil des billets

vendredi 20 octobre 2006

Philippe Quéau, l'enjeu de l'éducation dans les sociétés du savoir

Philippe Quéau (UNESCO) publie un brillant article sur son blog Metaxu à propos de la marchandisation des savoirs à l'époque actuelle mondialisée et de l'enjeu majeur que constitue l'éducation : De la réforme de l'éducation dans les sociétés du savoir. Il propose une augmentation des compétences en sus de l'acquisition de savoirs faire et la nécessité du travail coopératif ; extrait :

"Au moment où certains fossés s'élargissent et s'approfondissent, il faut y insister, la capacité à travailler en groupe, en réseaux, en partenariat devient primordiale. D'où l'importance de créer un environnement d'apprentissage global, ouvert, au service de tous, en tous lieux, à tous moments et dans tous les domaines du savoir. Les réseaux d'écoles, de bibliothèques, de musées, les laboratoires virtuels, constitueront de plus en plus une nécessaire infrastructure coopérative à large échelle. Car le savoir augmente en se partageant. À ce titre il est l'exemple archétypal du bien public.

Si l'éducation comme l'accès à l'information et au savoir sont, par excellence, des "biens publics mondiaux", il faut noter que les tendances à la marchandisation du savoir et de l'éducation risquent d'aggraver les fossés économiques, culturels, sociaux entre ceux qui sont déjà largement bénéficiaires de la révolution de l'information et ceux qui en subissent les effets pervers."


Source :

Quéau, Philippe (19 octobre 2006). "De la réforme de l'éducation dans les sociétés du savoir" (En ligne), Metaxu, Rabat (Page consultée le 20 octobre 2006).

mercredi 18 octobre 2006

Feirouz Boudokhane, Comprendre le non-usage technique, réflexions théoriques, usages et non-usages des Technologies de l'Information et de la Communication

Feirouz Boudokhane est doctorante en Sciences de l'information et de la communication au sein du GREM (Groupe de Recherche et d'Étude sur les Médias) à l'Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3 et prépare actuellement une thèse intitulée "L'Internet refusé : étude sur le non-usage du réseau" sous la direction d'André Vitalis.


Dans un article scientifique (working paper) paru le 16 octobre 2006 : "Comprendre le non-usage technique : réflexions théoriques", Feirouz Boudokhane essaye d'identifier certains éléments explicatifs du non-usage technique des Technologies de l'Information et de la Communication pour sortir du cadre habituel usages/usagers. L'acte de non-usage peut-il être expliqué ? Feirouz Boudokhane présente un état de l'art théorique des recherches sur cette thématique. L'approche est donc multiple : elle va des facteurs explicatifs du non-usage liés aux caractéristiques de la technique (l'inconvénient perçu ; l'incompatibilité perçue ; les risques perçus ; les "faibles" possibilités d'essai et de transfert) aux caractéristiques de l'individu permettant de déterminer le non-usage (l'impact du sentiment d'auto-efficacité sur le non-usage ; autres caractéristiques).


En conclusion, Feirouz Boudokhane fait allusion à Michel de Certeau (le "braconnage", lire à ce propos "Michel de Certeau et la mystique du quotidien" par Pierre Macherey) :

"Dans l'univers des TIC, il n'y a pas que des "braconnages" et des détournements des modes d'emploi, mais il y a aussi des formes de non-usage voir des résistances à ces technologies. Il semble donc nécessaire de comprendre les raisons de ces phénomènes."


Source :

Boudokhane, Feirouz (16 octobre 2006). "Comprendre le non-usage technique : réflexions théoriques" (En ligne), Les Enjeux de l'information et de la communication, Université Stendhal Grenoble 3, 1 p. (Page consultée le 18 octobre 2006). Info via Olivier Trédan.

lundi 9 octobre 2006

Web2Bretagne : une initiative régionale sur le Web 2.0

A l'initiative de Michel Briand, maire adjoint de Brest en charge de la démocratie locale, de la citoyenneté et des nouvelles technologies, et d'acteurs bretons (Ecole Normale Supérieure des Telecoms, France Telecom Recherche & Développement, pôle de recherche M.A.R.S.O.U.I.N, associations, collectivités locales...), vient de naître l'initiative Web2Bretagne qui vise à donner à voir les initiatives locales Web 2.0 (répertorier les actions existantes), à faire naître des projets collaboratifs dans une dynamique coopérative et à mettre en lumière régionalement le Web 2.0 et ses enjeux :

"L'initiative web2bretagne mêle innovation horizontale, informatique en réseau, logiciel libre et espace commun de création collective. Elle s'inscrit dans le mouvement du Web 2.0 et s'appuie sur les territoires. Elle est née de l'initiative plus large Overcrowded".



L'initiative Web2Bretagne s'appuie sur un Wiki et une liste de diffusion Groupe de travail sur le Web 2.0 en Bretagne. Un calendrier d'actions et de rendez-vous en Bretagne est déjà en ligne. Merci à Michel Briand pour ces infos.


Source :


Collectif (9 octobre 2006). Web2Bretagne (En ligne), Association Infini, Brest, Wiki (Page consultée le 9 octobre 2006).

mercredi 4 octobre 2006

Competitio.us : outil de veille gratuit en ligne

Les services en ligne Web 2.0 fleurissent chaque jour. Le site Competitio.us (beta) se différencie par une offre gratuite donnant la possibilité à l'internaute de construire une veille à partir de l'URL d'un concurrent. Competitio.us recherche des infos en terme d'audience, d'évolution de la structure du site Internet (comparaison de fonctionnalités), de citations et d'infos du concurrent sur des sites ou blogs. C'est un outil de veille concurrentiel gratuit basique intéressant ne se substituant pas aux outils spécialisés de veille plus pointus.

mardi 3 octobre 2006

Quividi : système d'intelligence de réseaux d'écrans

Repéré sur le blog d'Olivier Ezratty, les solutions de mesure d'audience, de personnalisation de contenus dans les lieux publics développées par la société Quividi qui utilise un système d'intelligence de réseaux d'écrans.

"Quividi propose une solution matérielle et logicielle permettant d'optimiser les points de vente dans la distribution en mesurant dynamiquement l’affluence devant des rayonnages, boutiques ou écrans.

Concrètement, l'ensemble repose sur un logiciel de détection temps réel de visages capturés avec une simple webcam. Il tourne sur un PC embarqué miniature connecté à la webcam sous TCP/IP. Ce genre de logiciel existe déjà dans différents domaines comme la biométrie, mais ici, il s'agit d'une application véritablement innovante. Et en plus, elle ne présente aucun risque sur la vie privée."

Par un système d'analyse de l'activité, on peut de communiquer à des services des informations anonymes sur la clientèle qui visite ces lieux et ainsi optimiser leur communication avec ces publics.

Les gens regardent-ils les écrans ? S'intéressent-ils aux contenus diffusés ? Manifestent-ils l'envie d'en savoir plus ? Les messages peuvent-ils être adaptés aux spectateurs ? Le système compte et qualifie les regards des personnes qui passent dans le champ de vision de ses capteurs. Il peut ainsi dire combien de personnes ont réellement regardé un objet particulier, par exemple un écran, une affiche, une vitrine… Pour chaque personne détectée, le système précise s'il s’agit d'un homme ou d'une femme, d'un adolescent, d'un adulte ou d'un senior, s'il porte des lunettes, etc.

La solution détecte les regards réels, calcule le temps d'attention de la personne, estime le sexe et l'âge de la personne et interprète les mouvements du corps. Le système n'enregistre aucune image et ne stocke pas d'information nominative, mais délivre des statistiques sur les comportements des visiteurs devant la webcam.

La gamme Vidi de Quividi est lauréate du concours Création d'Entreprise 2006, catégorie "création-développement". La société est actuellement hébergée dans le centre de Paris par l'incubateur Paris Innovation.

Contact :

Quividi - Paris Innovation, 5 rue d'Uzès, 75002 Paris
Téléphone : 01 40 13 53 53
Fax : 01 40 13 53 01
Courriel : info@quividi.com

mardi 5 septembre 2006

William J. Mitchell, la ville du XXIe siècle

William J. Mitchell est professeur au MIT (Massachusetts Institute of Technology, voir son site) et à la tête du MIT's Program in Media Arts and Sciences qui comprend le MIT media Lab.


Dans le numéro 91 de la revue scientifique en sciences humaines et sociales Sociétés, il s'interroge via l'article "L'espace entre les mots : Symboles, espace et ville" sur l'organisation de l'espace urbain comme constitutive de la relation de la communication dans une dimension narrative ; l'espace comme comme environnement qui se dote technologiquement d'éléments, de symboles et d'informations importés et valorisés in situ ; extrait :

"Ces déplacements, dislocations, insertions et combinaisons d'information numérique en rapport avec les environnements architecturaux et urbains ont toujours été lourds de conséquences, et le seront encore davantage à l'avenir. Un acheteur jadis était cantonné au monde clos d'un magasin ; on peut maintenant passer un coup de fil de son portable pour savoir quoi acheter pour le dîner, ou surfer sur Internet pour comparer les prix. Au moment de payer, un appareil sans fil lira les codes barres sur les produits achetés, les encaissera tout en mettant à jour le système d'inventaire des stocks. Un responsable politique peut désormais rester en contact au moyen de son Blackberry et donner des instructions, le tout sans quitter la salle de réunion, ni interrompre le débat qui s'y tient. L'étudiant dans son amphithéâtre n'interagissait auparavant qu'avec les éléments fournis par le professeur ; il peut désormais taper sur Google le sujet de l'intervention depuis son ordinateur portable, et rassembler des ressources accumulées autour du sujet du cours. (...) 

Contrairement à ce qu'on imaginait couramment il y a quelque temps pourtant, l'ubiquité qui caractérise les réseaux numériques n'a pas tout simplement gommé les différences entre les lieux, permettant à n'importe quoi de se produire n'importe où, à n'importe quel moment. Au contraire, cela s'est mué en mécanisme d'injection permanente d'informations au sein de contextes autrefois inaccessibles, ajoutant une nouvelle couche de sens. 

À mesure que ces différents modes et moyens de communication ont fait leur apparition les uns après les autres, ils se sont partiellement substitués à leurs prédécesseurs ; on peut, par exemple, choisir de décrocher le téléphone ou d'envoyer un e-mail au lieu de donner rendez-vous quelque part à un ami pour une conversation en tête à tête. La plupart du temps cependant, les nouvelles formes d'information se surajoutent et viennent compléter ce qui existait auparavant. Le mot écrit n'a pas mis un terme aux échanges parlés, et le mot électronique n'a pas tué l'imprimerie.

Toutes les pratiques de communication que j'ai décrites ici - de la discussion entre personnes rassemblées à portée de voix à propos de choses à portée de main à l'inscription et la lecture d'étiquettes, la construction et le téléchargement de pages web accessibles à l'échelle planétaire, l'envoi et à la réception d'e-mails jusqu'aux réunions en ligne depuis son ordinateur - travaillent ensemble à la fois dans le but de donner sens aux édifices et aux villes et d'en tirer du sens. Les fonctions sociales et culturelles des espaces construits sont devenues indissociables de l'opération simultanée de multiples systèmes de communication à l'oeuvre autour et à l'intérieur d'eux. On ne peut plus (n’a-t-on jamais pu ?) comprendre l'architecture en tant que médium autonome fait de masses, d'espaces et de lumière ; elle sert de nos jours de base construite à la rencontre et à l'extraction de sens à partir de flots d'information auditive, textuelle, graphique et numérique se recoupant au travers de réseaux planétaires."


Source :

Mitchell, William J. (2006). Trad. Bosqué, Clément. "L'espace entre les mots : Symboles, espace et ville" in Sociétés n°91, De Boeck, Bruxelles, pp.20-21

lundi 4 septembre 2006

Sébastien Blondeel, Wikipédia, comprendre et participer

Sébastien Blondeel, ancien élève de l'École Normale Supérieure de Lyon, vient de consacrer un ouvrage à la base de connaissances Wikipédia dans la nouvelle collection à petit prix de Eyrolles : "Connectez-moi!" (ouvrages pratiques très bien conçus) : "Wikipédia : comprendre et participer" :

"Ce livre explique comment l'explorer et y participer, dans quelles limites réutiliser son contenu et quels sont ses secrets de fonctionnement (financement, contexte politique)."


Plusieurs chapitres de ce guide sont téléchargeables gratuitement à partir de cette page du site Internet de l'éditeur :

"Table des matières - Fichier .pdf (169 Ko)
Avant-propos -
Fichier .pdf (278.2 Ko)
Chapitre 1 : Présentation et contexte -
Fichier .pdf (1.1 Mo)
Chapitre 3 : Exploration et recherche -
Fichier .pdf (1.1 Mo)
Chapitre 4 : Réutiliser le contenu de Wikipédia -
Fichier .pdf (384.2 Ko)
Annexe : Projets proches -
Fichier .pdf (233.9 Ko)
Index (pages supplémentaires qui complètent l'édition papier) -
Fichier .pdf (176.3 Ko)"


Source :

Blondeel, Sébastien (28 avril 2006). Wikipédia : comprendre et participer (En ligne), Eyrolles, Collection Connectez-moi!, Paris, 152 p. (Page consultée le 4 septembre 2006)

mercredi 9 août 2006

Umberto Eco : “A reculons, comme une écrevisse” : la carnavalisation totale de la vie contemporaine

umbertoeco.jpg

Dans son nouvel ouvrage “À reculons, comme une écrevisse” (à paraître chez Grasset, le 19 septembre 2006), Umberto Eco (voir le dossier sur U. Eco dans l’Encyclopédie de l’Agora) dans “À reculons, comme une écrevisse” a réuni des textes écrits entre janvier 2000 et fin 2005 évoquant des traits de notre monde d’aujourd’hui. “À reculons, comme une écrevisse” de Umberto Eco propose notamment un déchiffrage du ludique dans notre société ”technologique” ; extrait :

“L’une des caractéristiques de la civilisation dans laquelle nous vivons est la carnavalisation totale de la vie. Cela ne signifie pas qu’on travaille moins, en laissant faire les machines, parce que l’incitation et l’organisation du temps libre ont été une préoccupation sacrée tant des dictatures que des régimes libéral-réformistes. C’est qu’on a carnavalisé le temps de travail aussi.

Il est facile et évident de parler de carnavalisation de la vie en pensant aux heures passées par le citoyen moyen devant un écran de télévision qui, en dehors des très brefs moments consacrés à l’information, répand surtout du spectacle, et, parmi les spectacles, privilégie désormais ceux qui représentent la vie comme un éternel Carnaval, où des bouffons et de très belles filles ne lancent pas des confettis mais une pluie de milliards que tout un chacun peut gagner en jouant (…).

Il est facile de parler de Carnaval en pensant à l’argent et au temps consacré au tourisme de masse qui propose des îles de rêve à des prix charters et qui vous invite à visiter Venise en laissant à la fin de votre mascarade touristique, des boîtes de conserve, des papiers froissés, des restes de hot-dogs et de moutarde, tout à fait comme un Carnaval qui se respecte.

Mais on ne prend pas assez en considération la complète carnavalisation du travail due à ces “objets polymorphes”, petits robots serviables qui tendent, en faisant ce que jadis on devait faire soi-même, à faire ressentir le temps où on les utilise comme un temps du jeu.

L’employé qui, devant son ordinateur, en cachette du chef de bureau, fait des jeux de rôle ou visite le site de Playboy, vit un Carnaval permanent. De même, celui qui conduit une voiture qui, maintenant, lui parle, lui indique la route à prendre, l’expose à risquer sa vie en l’incitant à appuyer sur des boutons pour recevoir des informations sur la température, sur ce qu’il reste de carburant, sur sa vitesse moyenne, sur le temps de parcours, vit son Carnaval.”


Source :

Eco, Umberto (19 septembre 2006). À reculons, comme une écrevisse, Grasset, Paris.

lundi 7 août 2006

Serge Proulx et Johanne Saint-Charles : “L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet” et l’appropriation de la culture technique chez les usagers débutants

sergeproulx.jpg

Dans un article passionnant et synthétique de 2004 pour un numéro de la revue scientifique Informations Sociales sur le Destin des innovations, intitulé “L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet” (6 pages téléchargeables en .pdf), les chercheurs québécois Serge Proulx et Johanne Saint-Charles décrivent à partir d’un échantillon qualitatif stratifié de 48 usagers adultes de l’Internet (exposés ou non à la culture informatique) des trajectoires d’appropriation de l’innovation Internet de manière à bien l’intégrer dans leurs pratiques quotidiennes. Ils s’attachent “au rôle des réseaux personnels (constituant l’entourage des usagers) dans l’appropriation d’Internet : amis, famille, collègues à l’école ou au travail, appuis fournis par la fréquentation des réseaux en ligne”.


Dans une dernière partie, Serge Proulx et Johanne Saint-Charles s’intéressent à l’appropriation de la culture technique, en particulier chez les usagers débutants ; extrait :

“Nous avions décidé de distinguer a priori entre le groupe des “usagers débutants”, des “usagers intermédiaires” et le groupe des “usagers avancés” : au fil de l’enquête, nous avons éprouvé une certaine difficulté avec cette catégorisation. En effet, la plupart des répondants avaient tendance à se situer eux-mêmes dans la catégorie des “usagers intermédiaires”. Cette catégorisation ne permettait peut-être pas suffisamment de discriminer entre les pratiques consistant à simplement faire usage de logiciels (c’est le cas le plus souvent en bureautique, par exemple) et les pratiques liées à la programmation (l’informatique proprement dite). Il s’agit en fait de deux types distincts d’expertise : par exemple, un usager peut être un expert dans l’usage d’un logiciel spécialisé tout en étant en même temps ignare en programmation informatique. Et la proposition symétrique est tout aussi vraie.

D’autres usagers – à plusieurs reprises, il s’agissait de personnes moins scolarisées quoique ce genre de récits s’est retrouvé aussi dans toutes les catégories de répondants – marquaient unfort intérêt pour la quincaillerie informatique (exemples : comparaison des possibilités de performance technique de tel ordinateur vis-à-vis de tel autre ; plaisir éprouvé à monter et démonter un ordinateur personnel) sans pour autant s’intéresser vraiment à des logiciels particuliers et à l’usage effectif de ces logiciels dans leurs pratiques quotidiennes. Comme si, pour plusieurs personnes, l’ordinateur exerçait un intérêt mais, en même temps, ils ne savaient pas trop comment ils pouvaient l’utiliser (dans leur pratique quotidienne, ils n’écrivent pas; ils ne ressentent pas le besoin de faire des recherches avec Internet, etc.). Le plaisir que ce type d’usagers éprouvent serait lié au monde de l’informatique et des logiciels comme un monde à découvrir en soi, indépendamment des usages effectifs que l’on pourrait développer. Parmi ces usagers, nous retrouvons ceux et celles qui développent une attitude exploratoire et ludique face au monde de l’informatique (par opposition à un usage de l’ordinateur comme outil) : ainsi, certains désirent avoir accès à tel nouveau logiciel de manière à pouvoir l’explorer de toutes les manières. Suite à cette exploration relativement rapide, ils chercheront de nouveaux logiciels à découvrir, simplement pour le plaisir de la découverte. Dans une recherche précédente, nous avions désigné cette catégorie d’utilisateurs comme les usagers ludiques en opposition à la catégorie des usagers utilitaires qui se servent de l’ordinateur comme un outil à l’intérieur d’une pratique (…). Ces derniers auront tendance à utiliser le même logiciel pendant plusieurs années sans éprouver le désir d’en changer. Nous avons retrouvé plus fréquemment des usagers ludiques parmi les hommes et parmi les répondants les moins scolarisés. Il serait intéressant d’approfondir cette hypothèse dans une perspective diachronique : alors que les usagers plus jeunes ont vécu l’informatique comme un “donné” rapidement banalisé – un peu comme le téléphone pour la génération précédente – les usagers de plus de 30 ans ont appréhendé progressivement l’univers de l’informatique comme un nouveau monde à découvrir et à explorer, parfois par le jeu, parfois sur les lieux du travail.”


Source :

Proulx, Serge et Saint-Charles, Johanne (2004). “L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet” [En ligne], in Informations Sociales, n°116, Le Destin des innovations, Caisse Nationale des Allocations Familiales, Paris, 6 p. (Page consultée le 8 août 2006)

dimanche 6 août 2006

Céline Metton : internet chez les adolescents et questionnements identitaires

internetado.jpg 

Dans un article pour la revue scientifique Réseaux (n°123, Volume 22, 2004), Céline Metton (chercheuse au Laboratoire Usages, Créativité, Ergonomie de France Télécom Recherche & Développement) s’intéresse à montrer que l’internet est devenu un important support de la socialisation horizontale et de la construction des très jeunes adolescents au collège.


Céline Metton note que la communication par les nouvelles technologies, moins engageante et plus individuelle, permet de décloisonner en partie la barrières de la mixité qui résident dans l’enceinte du collège et relève que l’anonymat de l’internet constitue un allié de poids pour la construction identitaire des uns et des autres pour répondre à leurs questionnements identitaires. Extrait de cet article de Céline Metton titré : “Les usages de l’internet par les collégiens. Explorer les mondes sociaux depuis le domicile” : 

“Si l’on se place du côté des préadolescents et que l’on cherche à comprendre leurs pratiques avant de les juger, les usages de l’internet nous en disent beaucoup. Bien plus qu’un loisir ou une simple source d’information, ils participent à leur processus de socialisation et de construction identitaire, au sens qu’en a donné Margaret Mead. Pour Mead, la construction du Soi s’affirme lorsque l’enfant acquiert une autonomie relative à l’égard de ses premiers “autruis significatifs”, ses parents. En remontant d’autres groupes et d’autres mondes au cours de ses expériences sociales, le jeune découvre de nouvelles valeurs et références : il s’aperçoit alors que le modèle familial n’est pas “le seul monde existant et concevable, le monde tout court”, et il cherche alors à s’en distancier pour construire son identité individuelle propre.

Les pratiques de communication jouent un rôle certain dans cette période charnière du processus de construction identitaire. Elles sont tout d’abord un vecteur d’autonomisation pour le préadolescent vis-à-vis de ses parents : négocier les règles avec eux, les transgresser, c’est se construire et se percevoir comme un individu ayant certains droits et capable de les faire valoir, et s’éloigner de l’enfance. Par l’internet, les plus jeunes découvrent d’autres mondes que l’univers familial, des modèles différents qui leur permettent de construire leurs propres critères de jugement. Sur le chat, ils participent notamment des préoccupations et des références communes, qui participent à la fois à l’élaboration de leur identité collective, et à leur construction singulière. La communication individualisée et neutralisée garantie par l’internet permet enfin aux plus jeunes d’échapper aux contraintes normatives de leur monde social - notamment aux normes sexuées, et d’affronter certains questionnements avec plus de facilité.

Il ne s’agit toutefois pas de surestimer le rôle de l’internet dans le quotidien des préadolescents. Rappelons tout d’abord que cet outil occupe une place certes importante dans leurs loisirs, mais non centrale. Les jeunes en ont un usage fréquent mais néanmoins modéré, et la pratique télévisuelle demeure leur divertissement privilégié. Surtout, la communication par l’internet ne saurait suppléer l’attrait des activités de groupe et des interactions de face-à-face, comme en atteste d’ailleurs la difficulté à maintenir des relations à distance sans rencontre physique. L’internet offre plutôt une modalité de communication complémentaire particulièrement fluide, qui permet de s’extraire des difficultés pour mieux les affronter par la suite. Cet espace est un lieu d’expression libérateur, qui ne contient pas intrinsèquement de solutions, de valeurs ou de repères : il permet simplement de faire circuler des idées et opinions diverses, parmi lesquelles les jeunes devront faire leur choix, armés de leurs capacités de discernement.”


Céline Metton a publié un article scientifique très intéressant (disponible en .pdf) en amont de ce papier pour Réseaux : “Le rôle des nouveaux outils de communication dans le renouvellement des formes de sociabilité et de socialisation des préadolescents”, Communication présentée par Céline Metton aux “premières Rencontres Jeunes et Société en Europe et autour de la Méditerranée, Marseille, 22-23 et 24 octobre 2003 ; résumé :

“Internet et le téléphone portable ont contribué à l’évolution de la sociabilité des préadolescents vers un mode de liens quasi continus, soutenus par des échanges brefs et fréquents. Cette nouvelle modalité de relation, très liée à un souci de rationalisation des coûts de communication, permet en fait aux jeunes d’asseoir une certaine autonomie relationnelle, aussi bien vis-à-vis de leur famille que de leur groupe de pairs. Ces nouveaux moyens de communication se présentent également comme de nouvelles ressources pour répondre à leurs questionnements identitaires.”


Source :

Metton, Céline (2004).  “Les usages de l’internet par les collégiens. Explorer les mondes sociaux depuis le domicile”, Réseaux, Paris, n°123, Volume 22, pp.81-82.

- page 5 de 7 -