Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - innovation sociale

Fil des billets

mardi 6 février 2007

Rencontres Wallonnes de l'Internet Citoyen 2007 à Charleroi, mission de préparation

Je viens de terminer l'écriture d'un document préparatoire de préconfiguration des ReWICS (Rencontres Wallonnes de l'Internet Citoyen), une rencontre annuelle d'une journée qui réunit au CEME de Charleroi (Belgique) en mars plus de 700 participants, pour la plupart du secteur public, associatif et non marchand de l'Internet. L'édition 2007 des ReWICS se déroulera le 19 mars 2007 avec le thème générique "Innover socialement par les technologies de l'information". Retenez la date et n'hésitez pas à vous y rendre. L'inscription en ligne et la participation sont gratuites.


Intervenant habituel et visiteur passionné de ces rencontres depuis plus de 4 ans, je participe cette année à l'élaboration du programme où j'ai établi une problématique générale "Apprendre ensemble, les savoirs en réseau" et une déclinaison de ce thème en débats, ateliers, rencontres et animations qui me paraissent pertinents au regard non seulement de l'actualité de l'Internet mais plus largement des enjeux des Technologies de l'Information et de la Communication.


Vous trouverez à cette adresse, le texte d'introduction à ce document préparatoire pour l'organisation : "Apprendre ensemble, les savoirs en réseau" décliné en 4 points qui traduisent des préoccupations fortes liées à l'utilisation des technologies :

  • Le pouvoir des savoirs est un enjeu de société investi par le secteur économique privé,
  • Les temps et les espaces bouleversés qui produisent des effets de rupture et une désocialisation pour les plus faibles,
  • Construire une identité numérique est une variante de la capacité d'investigation des champs de connaissance sur le Web,
  • La recréation d'un champ de l'apprentissage et des savoirs en réseau par des capacités d'expressivité, d'échange et d'innovation sociale.


Avec l'infobésité actuelle, les discours technicistes voudraient sans doute nous faire oublier que le citoyen lambda n'a pas toutes les compétences que nous possédons, nous qui sommes rompus aux nouveautés "outils" et "plateformes" à la mode. J'ai donc essayé de dégager des traits pertinents : notamment le lien à l'apprentissage tout au long de la vie et à l'éducation critique aux nouvelles technologies qui sont plus que jamais d'actualité mais aussi des enjeux territoriaux d'appropriation et de coopération notamment de l'informatique et de l'internet.


Au-delà de ces considérations qui me semblent essentielles, c'est plus encore dans la mise en réseau des acteurs et l'animation de ces réseaux que se situe la créativité, le dynamisme, les capacités de création d'emplois de demain. Le savoir n'est plus monolithique et les techniques imprègnent les moindres recoins de nos vies. Avec les technologies, le capital humain et immatériel est la source de nouvelles initiatives de proximité, signes de nouveaux faisceaux d'innovation sociale. Aux citoyens d'investir ces potentialités participatives et collaboratives.

L'entrepreneur social, un innovateur ?

Grand succès de l'Espace Entrepreneuriat Social au Salon des Entrepreneurs (Palais des Congrès des Congrès) du 31 janvier au 2 février 2007. C'était une première pour ce salon ; un espace mis en place par l'AVISE (Agence de valorisation des initiatives socio-économiques) et la Caisse des Dépôts et Consignations.


Jeudi 1er février, se tenait sur le stand Entrepreneuriat Social, un atelier pratique "Nouveaux besoins, nouvelles coopératives : des opportunités pour entreprendre autrement" présentant un panorama d'initiatives coopératives innovantes et positionnées sur de nouveaux besoins : Bearstech (Société Coopérative de services et de conseil en logiciel libre), Scop Services 76 (Scop spécialisée dans les services à la personne) et Enercoop (fournisseur d'électricité verte). Quelques propos de Patrick Behm, gérant de la SCIC (Société Coopérative d'Intérêt Collectif) Enercoop à Paris, s'exprimant sur l'entreprise sociale au coeur de l'innovation :

"Pourquoi une entreprise sociale n'irait-elle pas vers les secteurs high tech ? Face à des problèmes d'intérêt général, comme la crise de l'énergie et le réchauffement climatique, les réponses citoyennes peuvent être aussi pertinentes. Dans ces domaines complexes et innovants, on se heurte à des poids lourds industriels. Mais quand on a la volonté de bien s'informer sur le sujet, de rester en vieille face à des paramètres qui bougent très vite et de construire son projet collectivement, l'entreprise sociale a toute sa place."

lundi 5 février 2007

Sentiers.be, les nouvelles technologies pour sauvegarder et entretenir le patrimoine des sentiers et chemins en Wallonie

Ex-assistant social ayant suivi une formation d'éco-conseiller, Christophe Danaux est concepteur du site Internet Sentiers.be. En s'intéressant aux chemins et sentiers de son village près de Walcourt en Belgique, il a créé l'association Chemins et sentiers de la vallée de l'Eau d'Heure pour recenser les sentiers de sa commune sur Internet et ainsi essayer de sauvegarder ce patrimoine méconnu.


En 2004, l'associaton devient Sentiers.be avec pour objectif de développer le site Web et donc l'information auprès du public mais avec la spécificité que les internautes puissent rédiger leurs propres articles. Avec le temps, Sentiers.be a grandi : cartographie, infos sur les sentiers et chemins vicinaux, lois relatives à l'urbanisme, règles de circulation, signalisation, balisage, un glossaire spécialisé et un forum participatif des chemins et sentiers de Wallonie.


Dans le cadre du programme européen LEADER+, cette expérience vise désormais à informer sur des liaisons inter-villages existantes (et parfois oubliées) de l'Entre-Sambre-et-Meuse (Cerfontaine, Florenne, Gerpinnes) permettant d'offrir à terme "la possibilité de rejoindre le village ou le quartier voisin en toute quiétude et dans des conditions de sécurité optimale. Destiné aux promeneurs, sportifs, écoliers, il encourage à pratiquer une mobilité "douce", non polluante en milieu rural".


Des citoyens volontaires assurent des repérages et un inventaire des sentiers et chemins pour Sentiers.be en coordination avec les autorités locales. Christophe Danaux gère la base de données cartographique, le site Internet (motorisé sur SPIP) et sa conception graphique.


Un superbe projet qui associe la sauvegarde et la conservation d'un patrimoine pour sa revalorisation locale en utilisant les technologies tout en tenant compte du bénéfice humain que cela représente pour redévelopper la mobilité rurale : marche ou sports de plein air comme le VTT ou l'équitation.

Le capital humain engendre l'innovation

La dernière édition d'Innovation européenne, magazine de la Commission Européenne (édition de janvier 2007), propose un article très intéressant intitulé : "Comment le capital humain engendre l'innovation" qui reprend des résultats d'une récente étude de Peer Ederer, Philipp Schuller et Stephan Willms (du groupe de réflexion allemand Deutschland Denken) : "Innovation at Work: The European Human Capital Index" (à télécharger ici en .pdf, 24 pages).


Ce rapport indique que les pays Européens doivent consentir d'importants efforts pour aider au développement des compétences et connaissances des citoyens ; extrait :

"Le capital humain représente beaucoup plus que le niveau d'éducation et le savoir-faire professionnel qu'on reçoit dans les écoles et les universités. Le capital humain englobe aussi les compétences culturelles et les normes sociétales que l'on inculque aux enfants à la maison, l'éducation informelle que les adultes acquièrent volontairement durant leur vie, ainsi que l'apprentissage constant qui accompagne les changements dans l'environnement de travail.

Donc pour appréhender le potentiel d'inventivité d'une société - et la croissance économique qui peut résulter de cette capacité d'innovation - il est nécessaire de prendre en considération chacune des cinq composantes du capital humain : l'éducation parentale, la scolarité, l'enseignement professionnel/universitaire, la formation des adultes et l'éducation sur le lieu de travail. (...)

Il y a lieu d'envisager le lien entre le capital humain et capacité d'innovation dans un sens beaucoup plus large que le seul niveau d'éducation reçu dans les écoles et les universités, ou le volume d'investissement dans la R&D et les installations high-tech."


Peer Ederer est membre de The Innovation and Growth Academy, un groupe international de chercheurs et d'acteursde terrain qui ont pour sujet de prédilection : l'innovation.

dimanche 23 juillet 2006

Val de Loire Insertion : un blog de chantier d’insertion

valdeloirinsertion.jpg

Initiative originale et porteuse de sens. L’association Val de Loir Insertion à La Chartre-sur-le-Loir (dans la Sarthe, voir le site) a mis en place depuis début mars avec les communes du canton, un chantier d’insertion où 12 bénéficiaires restaurent des chemins de randonnée et des berges de rivières situées sur le canton ainsi que quelques travaux de restauration immobilière et mobilière (travaux de peinture et de maçonnerie).


Cette initiative est doublée d’un blog Val de Loire Insertion qui présente en textes et en photos les avancées du chantier d’insertion, les techniques découvertes par les salariés et les difficultés du travail au quotidien. Le blog sert d’outil de médiation, de mémoire pour le groupe, de repère pour situer la qualité et la quantité du travail fourni et s’inscrit dans une démarche de réinsertion professionnelle.


Pour ces personnes, le dispositif chantier d’insertion a les objectifs suivants :

“- Apporter un soutien social,
- Mettre en situation de travail et de formation,
- Reprendre confiance,
- Travailler à des heures fixes et régulières,
- Travailler en équipe,
- Définir ou préciser un projet professionnel,
- Réaliser des travaux d’utilité collective et visible par tous,
- Retrouver un rythme et une discipline de travail,
- Redécouvrir des gestes techniques simples,
- Se resocialiser par une activité,
- Favoriser une démarche éducative permettant de développer les capacités d’autonomie et d’initiation…”


Source :

Collectif (juillet 2006). Val de Loir Insertion [En ligne], Association Val de Loir Insertion, La Chartre-sur-le-Loir, Blog (Page consultée le 23 juillet 2006)

lundi 17 juillet 2006

CouchSurfing : échanger de l’hospitalité gratuitement avec 90 000 habitants dans 202 pays

couchsurfing.jpg

“Bienvenue sur CouchSurfing.com, une organisation à but non lucratif. Nous ne sommes pas uniquement des membres, nous sommes des participants”.


C’est le message de bienvenue sur la page d’accueil de CouchSurfing, un site Internet qui permet de trouver un lit pour une nuit voire plus dans le monde entier. En Français, on peut parler de tourisme sur canapé ou touristes sur canapé.


Plus de 90 000 internautes baroudeurs (femmes et hommes avec une grande majorité de jeunes) échangent de l’hospitalité pour un budget hôtelier zéro avec le plaisir de vivre chez l’habitant. Chaque membre de CouchSurfing possède une fiche descriptive de présentation et les routards qui se sont déjà arrêtés chez ce membre bienveillant donnent leur avis sur l’accueil délivré.


L’idée revient à un jeune américain à court d’argent qui a monté ce portail, il y a 2 ans. Chez les CouchSurfers, pas de transaction financière, mais le simple plaisir de découvrir une vie, une culture et de partager des moments d’amitié.


Le site portail de CouchSurfing propose de s’inscrire gratuitement à ce réseau mondial, aussi de créer des groupes par affinité et même de monter des projets en commun. Le portail est le ferment et le catalyseur du réseau mondial des CouchSurfers.


38 000 rencontres entre des CouchSurfers ont déjà eu lieu. 44 000 relations amicales se sont créées dans le réseau… Avec des baroudeurs dans 202 pays. Qui dit mieux ?


Mise à jour : à noter qu’il existe un article de Wikipédia francophone sur le CouchSurfing et un blog collectif du “centre d’information des membres francophones du CouchSurfing” : Touristes sur canapé, né au Québec.


Source :

Fenton, Casey (juillet 2006). CouchSurfing.com : The CouchSurfing Project, version 2.0 [En ligne], Casey Fenton Consulting, Conway, New Hampshire, Site (Page consultée le 17 juillet 2006)

lundi 26 juin 2006

Services d’aide à domicile : un site territorial en Seine-et-Marne pour s’y retrouver

cleri77.jpg 

Les services d'aide à domicile se généralisant, il est souvent difficile de localiser sur un territoire les zones de couverture de ces mêmes services. Le nouveau site Internet du C.L.E.R.I. (Comité de Liaison, d'Etudes, de Recherches et d'Initiatives pour l'Aide à Domicile en Seine-et-Marne) regroupe une cinquantaine d'associations de Seine-et-Marne fournissant des services d'aide à domicile.


Le site, réalisé sur la base du CMS Spip, offre notamment un annuaire de services qui permet de contacter rapidement les prestataires intervenant sur la commune d'habitation. Un principe simple et une aide concrète aux habitants de ce département ; de la solidarité numérique de proximité!


Source :

Collectif (juin 2006). Comité de Liaison, d'Etudes, de Recherches et d'Initiatives pour l'Aide à Domicile en Seine-et-Marne [En ligne], C.L.E.R.I., Melun, Site (Page consultée le 26 juin 2006)

lundi 5 juin 2006

“Le téléphone gratuit pour les sans-abri à San Francisco” (Les Echos)

projectcare.jpgprojecthomelessconnect.jpg

Le quotidien économique Les Echos du 5 juin relève cette initiative à San Francisco en faveur des sans-abris

"Doit-on être privé de téléphone quand on est déjà pauvre et sans abri ? Non, répond Grand Central. Cette start-up de la Silicon Valley vient de s'associer avec la municipalité de San Francisco pour connecter des centaines de SDF parmi les 7.000 que compterait la ville. Depuis plusieurs semaines, ils ont à leur disposition un numéro de téléphone relié à une messagerie vocale. Ils peuvent écouter gratuitement leurs messages à partir de n'importe quel téléphone public de la ville, grâce à un code d'identification personnel. « Un numéro de téléphone peut être un élément essentiel pour un retour vers l'emploi », explique Alex Tourk, directeur adjoint du programme.

L'initiative de Grand Central ne relève pas seulement de la philanthropie ou du coup de pub. Son fondateur, Craig Walker, qui a déjà fait fortune dans des aventures entrepreneuriales liées à Internet, confie que le service à vie offert aux sans-abri de la ville précède une offre plus complète, payante cette fois, qui sera lancée cet été dans la Silicon Valley. Les services de communications gratuits, car sponsorisés par des grandes firmes ou de la publicité classique, sont de plus en plus à l'ordre du jour dans les modèles économiques de la nouvelle génération de firmes Internet qui se relancent actuellement aux Etats-Unis."

Le service a déjà bénéficié à 237 personnes. L'initiative n'est pas sans rappeler Community Voice Mail, un service américain à but non lucratif qui fournit gratuitement l'accès à des boîtes aux lettres vocales pour des personnes exclues.

Sources :
Anonymous (June 2006). Project Homeless Connect [En ligne], City of San Francisco, Site (Page consultée le 5 juin 2006) 
Ktitareff, Michel (5 juin 2006). "Le téléphone gratuit pour les sans-abri à San Francisco" [En ligne], Les Echos, En marge, Paris, 1 p. (Page consultée le 5 juin 2006)
Lazarus, David (April 12, 2006). "Startup will help homeless" [En ligne], San Francisc Chronicle, San Francisco, 1 p. (Page consultée le 5 juin 2006)
Raymond, Jean-Luc (12 décembre 2005). "Community Voice Mail aux Etats-Unis : lutter contre l'exclusion grâce à des boites aux lettres vocales" [En ligne], Jean-Luc Raymond, Paris, Blog (Page consultée le 5 juin 2006)
Roesch, Andrea (June 2006). "GrandCentral - Project C.A.R.E." [En ligne], GrandCentral Communications, San Francisco, Rubrique (Page consultée le 5 juin 2006)

page 2 de 2 -