Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - citation

Fil des billets

jeudi 31 août 2006

La révolution Web 2.0, Quand le Net devient une communauté, Dossier de Courrier International

L'hebdomadaire Courrier International, dans son édition du 31 août (n°826), consacre sa couverture et un dossier central de 7 pages à l'actualité de l'Internet marchand : "La révolution Web 2.0 : Quand le Net devient une communauté" montrant les différentes facettes du concept Web 2.0, d'un enthousiasme certain à un scepticisme affirmé. Retour sur ce dossier et ses composantes.


Quand les internautes tissent eux-mêmes leur toile (Newsweek, Etats-Unis) - (à lire en ligne ici)


Le premier article reprend des extraits d'un papier de Newsweek du 3 avril 2006 intitulé "The New Wisdom Of the Web" (par Steven Levy et Brad Stone) traduit en un titre évocateur : "Quand les internautes tissent eux-mêmes leur toile". Les auteurs décrivent le phénomène Web 2.0 comme une nouvelle génération de sites dont le fonctionnement est fondé sur la participation des internautes prenant pour exemple le succès commercial fulgurant des mini-sites MySpace et la stratégie exemplaire de la plateforme FlickR, qui permet la création d'espaces en ligne de partage de photos.


Le contenu apporté par les utilisateurs ("user-generated content") est le nerf de la guerre que se livrent les services Web 2.0 mais cela va plus loin, les internautes (consommateurs) étant invités à organiser ces données (souvent l'un ne va pas sans l'autre). C'est l'exemple de Del.icio.us créé il y a 2 ans par l'américain Joshua Schachter, un site où les internautes du monde entier inscrivent des URL, les caractérisent et catégorisent par des marqueurs ou mots-clés ("tags"), le tout étant réutilisé et partagé par les utilisateurs de Del.icio.us.


L'article des deux journalistes va plus loin en insistant sur la porosité des données échangées et partagées entre des sites et plateformes concurrentes rendue possible via les API, le RSS ou AJAX :

"La plus belle illustration de ce fonctionnement est le système des mash-ups (mixages ou applications composites). C'est au départ une technique de hackers, qui consiste à extraire des éléments (vidéos, musique, images...) de leur site initial et à les combiner avec d'autres, pour informer ou faire rigoler. Certains ont aussi "emprunté" une liste d'appartements libres proposés sur Craigslist [un service de petites annonces classées et localisées] pour l'installer sur une carte de Google Maps".


La conclusion sonne comme un hymne au Web 2.0 dans une forme très lyrique et inconditionnelle :

"MySpace, FlickR et les autres ne sont pas des endroits où aller, mais des choses à faire, un moyen de s'exprimer, de rencontrer d'autres personnes et d'étendre ses propres horizons. Le cyberespace était un endroit lointain. La Toile, c'est chez nous".


Web 2.0, un concept à tiroirs (Slate, Etats-Unis)


Deuxième article du Dossier Web 2.0 de Courrier International, "Web 2.0, un concept à tiroirs", paru sur Slate le 29 mars 2006 sous le titre originel : "Web 2.0: The new Internet "boom" doesn't live up to its name" ou un essai de définition du Web 2.0 par Paul Boutin. S'agit-il d'une technologie, d'un état d'esprit ou d'une manière de monétiser Internet ?


A cela, le journaliste et ex-ingénieur au Massachusetts Institute of Technology s'interroge sur la terminologie Web 2.0 recouvrant des réalités différentes et non imbriquées (Paul Boutin parle même de "choses antinomiques") dès lors qu'on se place du côté de Tim O'Reilly, celui a qui a lancé le terme en 2003 ("un méli-mélo d'outils et de sites qui encouragent la collaboration et la participation"), du côté des développeurs ("tous les logiciels et langages utilisés pour créer les fonctionnalités époustouflantes des sites labellisés en tant que tel") ou dans une troisième acception dite "tactique Web 2.0" vue de la Silicon Valley ("une volonté de faire de l'argent en finançant un site alimenté en contenu par ses utilisateurs").


Au delà de l'image cool du "2.0" utilisé à toutes les sauces du marketing aujourd'hui, Paul Boutin fait preuve d'ironie au regard du marché de l'Internet :

"La récupération commerciale du Web 2.0 est la clé pour comprendre ce que le terme désigne réellement. C'est parce qu'ils ont raté le boom du Web 1.0 que la nouvelle génération de créateurs d'entreprises colle l'étiquette Web 2.0 sur tout ce qui se fait. (...)

Il existe un moyen tout simple de décrire la nouvelle culture de la participation en ligne sans avoir à invoquer le Web 2.0. Dites simplement Internet. Vous verrez alors que tout le monde comprend enfin ce que vous voulez dire".


Transférer son bureau en Sicile (Aera, Japon)


Tiré de l'hebdomadaire nippon AERA, l'article de Hiroki et Hideo Sato "Transférer son bureau en Sicile" montre qu'Internet modifie les habitudes de travail au Japon dans le secteur des nouvelles technologies, que l'internationalisation des services est nécessaire et permet le développement de certaines contrées dans le monde.


Il est montré en exemple un groupe de 5 personnes (collègues de travail et confrères) en "voyage de création" de 24 heures dans une ville thermale proche du Mont Fuji, qui ont pour objectif de créer un produit durant ce laps de temps, une pratique qui tend à se répandre au pays du soleil levant, le concept du "bureau à l'étranger" pour transférer temporairement son lieu de travail en dehors du Japon (dans le cas évoqué à Florence, en Italie) ou le "one day free" pendant lequel l'employé ingénieur de la société Mixi (blogs, partage de photos en ligne...) est bien à son bureau, mais ne participe durant cette journée au choix dans la semaine à aucune réunion et est dispensé des tâches courantes.


Autre fait japonais, une expression inédite prononcée par Yosuke Akatmatsu, créateur de l'entreprise Sidefeed, une société "au coeur de la tendance Web 2.0" avec système de notation de blogs : privilégier les blogueurs influents qu'il appelle les "intellectuels commerciaux" et propose la plupart des services de son entreprise en anglais... La moitié de ses utilisateurs habitent un pays anglophone!


Enfin, il est cité dans cet article les propos de Sayaka Murata, de l'ONG japonaise Kamonohashi Project qui donne accès à l'informatique et à l'Internet à des enfants cambodgiens défavorisés et leur enseigne l'outils informatique :

"Des adolescents qui fouillaient les montagnes d'immondices pour trouver de quoi survivre chaque jour sont capables aujourd'hui de créer un site Internet"...


... Et de citer le service Google Adsense qui permet à des internautes de ce pays de gagner avec ce programme de publicités plus de 10 000 yens par mois (soit 68 euros)... Ce n'est pas de l'argent de poche dans cette contrée! Et de conclure en franchissant un pas, avec un optimisme forcené:

"La véritable valeur du Web 2.0 sera peut-être de réduire la fracture entre les pays industrialisés et ceux en voie de développement."


Le nouveau royaume des idiots (Der Spiegel, Allemagne)
  - (à lire en ligne ici)


Dernier article du Dossier Web 2.0 de Courrier International, une interview pour Der Spiegel du philosophe allemand et spécialiste de la Communication et des médias Norbert Bolz qui est très critique sur les utilisations des nouvelles formes de communication : "[Elles] conduisent au règne de l'opinion, de l'exhibitionnisme, de la précipitation et à la fin de la raison". Norbert Bolz n'est pas tendre en effet dans ces propos :

"En quoi la navigation sur le Net change-t-elle nos habitudes de pensée ? La raison occidentale avec sa structure thèse-antithèse-synthèse peut-elle encore fonctionner dans notre culture versatile du clic ?

Chez Kant, la raison n'est assurément pas limitée par le temps. Avec Habermas, on peut encore discuter pendant un temps infini. Cela est toutefois de plus en plus irréaliste. Aujourd'hui, il s’agit de passer au crible le plus de matériel possible en un temps le plus court possible. En un mot : la raison classique était indépendante du temps ; aujourd'hui, nous n'avons pas la tranquillité nécessaire pour traiter les informations les unes à la suite des autres. Il vaut mieux repérer l'important en quelques secondes que maîtriser la déduction."


Une conclusion en forme d'interrogation et de doute sur le Web 2.0, sur les valeurs défendues par ses plus ardents partisans et sur la perte de recul temporel pour porter un regard critique et citoyen sur les outils Web 2.0, leur impact, les données diffusées, disponibles et échangées dans une "culture de l'instantanéité" qui prône l'immédiat comme constante essentielle de la valeur de l'information.

mardi 29 août 2006

Fracture numérique d’utilisation de l’Internet en France et facteurs discriminants d’accès à l’Internet confirmés par l’enquête Ipsos Média Profiling

internautes.jpg

Ipsos Média (voir site) a communiqué ce lundi les tendances de sa 17e enquête “Profiling” version 2006, baromètre semestriel concernant les habitudes média des Français de 15 ans et plus (échantillon représentatif de la population française interrogé par téléphone, complété par un questionnaire en ligne auprès de sites partenaires).


VNuNet reprend substantiellement l’information phare diffusée par Ipsos Média avec l’article ”Plus de la moitié de la population française est connectée à Internet” :

“La France compte aujourd’hui 26,9 millions d’internautes : plus d’un Français sur deux âgé de quinze ans ou plus est désormais connecté à Internet.”


Dans le même papier, la journaliste Sophie Fiévée relativise cet enthousiasme :

“En un an, le taux de pénétration d’Internet a augmenté de 10 points, passant de 44,1% en juin 2005 à 54,6% en juin 2006. Une statistique à relativiser néanmoins, car Médiamétrie indique de son côté un taux de pénétration de 38,8% en France pour la fin du premier semestre 2006.”


Le Figaro, dans son édition du 29 août, donne un relief en panorama sur l’enquête via l’article “Plus d’un français sur deux surfe sur l’Internet“. Si l’on apprend que la population féminine est plus encline à “surfer”, on retiendra la confirmation de certains facteurs discriminants d’accès à l’internet (lieu de vie, catégorie socioprofessionnelle et âge) :

“Les barrières du pouvoir d’achat et de l’âge demeurent. Les internautes se recrutent toujours plus nombreux parmi les catégories socioprofessionnelles aisées : les « CSP + » qui ne représentent que 11 % de la population, comptent 38 % des internautes.”


Easy Bourse affine ces chiffres :

“En ce qui concerne les catégories socio-professionnelles (CSP), les CSP supérieures sont majoritaires avec 38 % d’internautes contre 29 % appartenant aux CSP-.”


La progression de connexion chez les séniors est notée par 01 Net :

“À noter une légère progression chez les seniors (plus de 50 ans) qui représentent désormais 22 % des internautes (contre 19 % auparavant).”


Ipsos-Média classe les usagers de l’internet en 7 profils avec un vocable en anglais : “Master Développeurs” (5 %), “Mass Downloaders” (9 %), “Traders” (6 %), “Companions” (9 %), “Chineurs” (16 %), “Passengers” (27 %), “Expectateurs” (29 %). Bien évidemment, les utilisations d’Internet se croisent entre ces profils qui ne sont pas distincts qu’il y paraît. La fracture numérique d’usages est visible dans ces profils : “Expectateurs” et “Passengers” sont largement majoritaires dans la population des internautes et peu aguerris dans leur autonomie et leur but d’utilisation de l’Internet.


Dans leur ensemble, les médias français demeurent bien silencieux sur le volet de ces internautes débutants et ne s’interrogent guère sur la population des non-internautes qui reste un socle prégnant, dans notre pays.


Source :

Anonyme (29 août 2006). ”Web : 27 millions de français connectés” [En ligne], Easy Bourse, Chiffre du jour, Paris, 1 p. (Page consultée le 29 août 2006)

Fiévée, Sophie (29 août 2006). “Plus de la moitié de la population française est connectée à Internet” [En ligne], VNUnet, Paris, 1 p. (Page consultée le 29 août 2006)

Rédaction (29 août 2006). “La France compte 26,9 millions d’internautes” [En ligne], 01Net, Paris, 1 p. (Page consultée le 29 août 2006)

Renaud, Marie-Cécile (29 août 2006). “Plus d’un français sur deux surfe sur Internet” [En ligne], Le Figaro, Paris, 1 p. (Page consultée le 29 août 2006)

dimanche 20 août 2006

Daniel Thoulouze : le besoin de “relais” de la connaissance est donc crucial

web.jpg

Daniel Thoulouze est directeur de recherche au C.N.R.S. et directeur du Conservatoire National des Arts et Métiers (C.N.A.M.) à Paris. Dans le numéro de juillet-août 2006 du Monde de l'Éducation intitulé “Penser les savoirs du XXIe siècle”, Daniel Thoulouze répond aux questions du journaliste Marc Dupuis.


Daniel Thoulouze s’exprime sur l’engouement pour les nouvelles technologies qui ont envahi nos vies. En parallèle, on constate un dédain pour la culture technique ; extraits :

“Quasiment absentes des voies générales, les technologies sont ce qu’on laisse à un élève qui semble ne pas présenter suffisamment de dispositions pour la conceptualisation… Il y a un enjeu d’intérêt national à enrayer la dévaluation de l’enseignement technique et à y voir une voie de réussite, parce qu’il y a des débouchés professionnels à la clef de cet enseignement et parce qu’il est un excellent instrument d’intégration : quel que soit leur milieu d’origine, tous les jeunes sont égaux devant les techniques. Dans leur vie, les jeunes, même les plus installés dans la réussite scolaire, sont très attirés par les techniques - portables, musique, sports -, qui reposent sur des prouesses technologiques. (…)

Plus les progrès sont intenses, moins l’accès de tous à un niveau utile de connaissance pour exercer son jugement est réaliste. Le besoin de “relais” de la connaissance est donc crucial. C’est là que les structures culturelles ont un rôle important à jouer de façon indépendante de l’enseignement. Il est urgent de rétablir la confiance dans les scientifiques et les ingénieurs, de mettre un terme aux polémiques sur les enjeux de l’avenir. On peut mieux faire comprendre aux citoyens les longs processus longs de la recherche et ses méthodes de travail pour redonner de la grandeur au débat scientifique.

L’histoire des techniques est importante. Elle permet de retracer toute la richesse de l’inventivité humaine, de faire comprendre que les innovations naissent dans des sociétés qui savent les favoriser, que les progrès ne tombent pas du ciel et que toujours, c’est l’homme qui est derrière.”


Source :

Dupuis, Marc (juin-juillet 2006). "Daniel Thoulouze : “Montrer et surtout expérimenter”", Le Monde de l’Éducation, Paris, n°349, pp. 50-51  

Guide pratique sur les Espaces Publics Numériques en Hongrie : “Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre”

telecottage-handbook.jpg

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (U.N.D.P. - United Nations Development Program) vient de publier un guide - vademecum en anglais sur l’expérience hongroise des telecottages hongrois (équivalents de nos Espaces Publics Numériques français, voir le site Telehaz.hu) : “Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre” (en .pdf, 90 pages, à télécharger à cette adresse) dans une dynamique de faciliter le développement de télécentres et d’EPN en se posant des questions sur le montage du projet : gestion du projet en amont,  idées d’activités à développer, questions financières à prendre en compte, indicateurs des effets de leviers créés par la fréquentation des telecottages.


Le point fort de ce guide pratique est d’insister sur les bénéfices locaux de l’implantation d’un telecottage en terme de dynamiques citoyennes participatives, d’administration électronique, de développement économique. Des bonnes pratiques sont présentées tout au long de ce guide, agrémenté de tableaux récapitulatifs et points explicatifs.


Ce guide est à compléter par un document pratique (livre d’exercices de 30 pages, à télécharger en document Word) co-écrit par Matyas Gaspar (fondateur du 1er telecottage en Hongrie en 1996, et actuel président de l’Europen Union of Telecottage Association, E.U.T.A. à Budapest), Eva Bernat et Peter Palvolgyi : “How community telecentres serve local development - guide for local practitionners” (Comment les Espaces Publics Numériques peuvent contribuer au développement local - guide pour les acteurs de terrain) qui aide à l’analyse des pratiques et de l’environnement d’un Espace Public Numérique dans le cadre d’une création d’E.P.N. ou d’une redéfinition de projet.


Source :

Misnikov, Yuri (June 2006). Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre. A practical guide for community development practitioners on strategies for ICT-enabled community empowerment (based on the Hungarian telecottage movement experience) [En ligne], Collection How to Build Open Information Societies, UNDP Regional Bureau for Europe and the Commonwealth of Independent States, Bratislava, 1 p. (Page consultée le 20 août 2006)

samedi 19 août 2006

Jean-Noël Jeanneney : Internet est une innovation aussi importante que l’invention de l’imprimerie

jeanneney.jpg

Dans le magazine L’Express du 17 août 2006, Dominique Simonnet interroge Jean-Noël Jeanneney, président de la Bibliothèque Nationale de France, sur le devenir de l’écriture au regard de l’Internet, ceci dans le cadre du 7e et dernier volet de la série d’entretiens “Il était une fois l’écriture” ; extraits :

“En cinq millénaires, depuis les scribes de Sumer, l’histoire de l’écriture a connu plus d’une mutation. Avec Internet, voici maintenant le temps des textes mondialisés, numérisés, instantanés. Révolution majeure ?

Il s’agit d’une innovation aussi importante que l’invention de l’imprimerie, qui bouleverse non seulement la diffusion de l’héritage culturel, mais aussi les comportements des gens, leurs pratiques quotidiennes, leurs désirs. De là à dire que rien ne sera plus comme avant… Chaque fois que naît un nouveau média, on craint qu’il ne tue le précédent. Dans l’entre-deux-guerres, on était persuadé que la radio allait éliminer les journaux. Dans les années 1980, quand je présidais Radio France, on me disait que la radio publique allait disparaître si on autorisait la télévision le matin. Or Gutenberg n’a pas supprimé l’écriture manuscrite, la presse n’est pas morte avec la radio, et celle-ci rassemble aujourd’hui plus d’auditeurs le matin qu’il y a vingt-cinq ans… Je ne crois pas davantage que la numérisation marque une rupture dans l’histoire de l’écriture. Elle s’inscrit dans le prolongement de ce qui existait auparavant. Les différents types d’écriture vont perdurer, en concomitance (…)

On dit que l’acte d’écrire, lui aussi, change devant l’écran, que l’écriture s’abâtardit, se désacralise…

J’ai commencé ma carrière d’historien en étudiant les lettres des combattants de 14-18 dans les archives des commissions de contrôle postal : il y avait déjà une très grande diversité dans la manière de s’exprimer, une inégalité dans la qualité de plume. L’évolution des écritures tient plutôt à un climat, à l’évolution des rhétoriques, qu’à l’outil technologique. Malgré ce qu’on répète, le contenant a une influence limitée sur le contenu. L’arrivée de la machine à écrire n’a pas beaucoup transformé le style des écrivains. D’une certaine manière, nos écrans sont plus proches de l’écriture manuscrite que ne l’était la machine à écrire: on peut corriger, recommencer sans fin. L’orthographe va-t-elle se simplifier ? Y aura-t-il une “novlangue” ? Là encore, à chaque nouvelle invention, on nous explique que la pensée va être bouleversée. Daniel Halévy, en 1948, se plaignait de la TSF en ces termes : “Énorme, informe, incessante, la chronique de la planète Terre est portée à domicile, à la table et au lit. La lecture est remplacée par un gavage sonore qui engloutit le tragique même. Le Français reçoit les sons avec soumission et méfiance, l’une et l’autre instinctives, moins humaines qu’animales…” Rien que ça! Aujourd’hui, je ne nie pas le formidable changement que constitue cette circulation nouvelle dans l’espace et le temps : là est la vraie révolution de Gutenberg et d’Internet. Mais n’exagérons ni l’inédit ni l’inéluctabilité des conséquences qu’imposerait la technique à nos pauvres intelligences prétendument bousculées. Tant qu’il y aura des hommes, beaucoup auront envie de se colleter à l’expression la plus juste, la plus pertinente, la plus subtile, et il y aura des lecteurs pour les suivre.”


Source :

Simonnet, Dominique (17 août 2006) “L’Entretien : Jean-Noël Jeanneney : “Le livre utilisera Internet en riant sous sa cape…” [En ligne], L’Express n°2876, Dossier Il était une fois l’écriture, 7. Le futur de l’écrit, Paris, pp.76-79 (Page consultée le 19 août 2006)

mercredi 9 août 2006

Utilisation d’internet par les personnes à la rue, sans domicile fixe

espacemultimedia.jpg

Dans un remarquable article pour le quotidien Le Monde (mercredi 9 août 2006) : “Arthur, Le campeur du pont Marie”, le journaliste Yves Eudes conte le parcours et la vie de Arthur (”électricien à Varsovie, venu tenter sa chance en France ; il y a vécu quelques belles années avant de se retrouver à la rue”… à Paris).

Dans l’histoire d’Arthur en France, l’accès à l’Internet a joué un double rôle ; celui d’une arnaque tout d’abord :

“Fin 2003, Arthur, qui surfe souvent sur Internet, reçoit par e-mail une proposition commerciale : un promoteur cherche des sous-traitants pour construire tout un lotissement de pavillons. Pour entrer dans l’affaire, il suffit d’investir 1 000 euros. Aussitôt, il envoie un chèque et souscrit un prêt bancaire de 35 000 euros pour acheter du matériel. Puis il attend, mais rien ne vient. Quand il va se renseigner à l’adresse indiquée sur Internet, il découvre que le promoteur n’existe pas : “Une arnaque toute simple, comment ai-je pu être aussi naïf, aussi con ? J’avais confiance en la France.”"


Vivant dans la rue, sous le pont Marie, à Paris, en plein hiver, l’accès public à l’Internet, lui a sauvé la vie, en quelque sorte :

“Après avoir passé un hiver épouvantable, recroquevillés à quatre sur un seul matelas, ils réussissent à obtenir des tentes : “Quand on a entendu dire que Médecins du monde distribuait des tentes, je suis allé à la bibliothèque de Beaubourg pour leur envoyer un e-mail, et ensuite on est allé les voir. Ils nous ont fait attendre deux mois, mais une nuit, ils ont débarqué avec les tentes. Notre vie a changé d’un seul coup : maintenant on a un chez-nous, comme un petit village. On est protégé, on a un peu d’intimité, on se repose mieux. C’est aussi un endroit pour laisser nos affaires, c’est essentiel.” Depuis, ils vivent dans la hantise d’être expulsés : “On organise des tours de garde. L’un de nous doit toujours rester près des tentes pour les surveiller, pour empêcher les services municipaux ou la police de profiter de notre absence pour tout jeter à la Seine.”


L’Internet n’est pas salvateur mais le besoin d’informations utiles est souligné par les pratiques de certains usagers à la rue fréquentant des espaces multimédias gratuits à Paris. Encore faut-il être capable de localiser les infos nécessaires à leurs besoins et à leurs envies et à accompagner ces personnes dans un parcours d’apprentissage des technologies. Aussi, il ne faut pas choisir les champs d’utilisation de l’ordinateur et de l’Internet à la place de ces publics.


En parallèle, aux États-Unis, le célèbre blogueur sans domicile fixe (”homeless”) Kevin Barbieux qui s’est lui-même surnommé “The Homeless Guy” (consulter son blog) vient de créer une page de vente sur eBay sur un mode décalé : il souhaite mettre en vente des objets ayant trait à son statut de SDF et débute par la mise aux enchères de sa carte lui ayant permis de se nourrir à Las Vegas.


En juillet dernier, Kevin Barbieux a créé un second blog Cheap Advice où il répond à des questions moyennant de toutes petites sommes versées sur un compte PayPal concernant la vie dans la rue ou les services sociaux. Kevin Barbieux, “l’expert”, cherche à partager son savoir et ses connaissances des services d’aides avec les internautes ; une idée judicieuse.

Source :

Eudes, Yves (9 août 2006). “Arthur, Le campeur du pont Marie” [En ligne], Le Monde, Paris, p.10 (Page consultée le 9 août 2006)

Umberto Eco : “A reculons, comme une écrevisse” : la carnavalisation totale de la vie contemporaine

umbertoeco.jpg

Dans son nouvel ouvrage “À reculons, comme une écrevisse” (à paraître chez Grasset, le 19 septembre 2006), Umberto Eco (voir le dossier sur U. Eco dans l’Encyclopédie de l’Agora) dans “À reculons, comme une écrevisse” a réuni des textes écrits entre janvier 2000 et fin 2005 évoquant des traits de notre monde d’aujourd’hui. “À reculons, comme une écrevisse” de Umberto Eco propose notamment un déchiffrage du ludique dans notre société ”technologique” ; extrait :

“L’une des caractéristiques de la civilisation dans laquelle nous vivons est la carnavalisation totale de la vie. Cela ne signifie pas qu’on travaille moins, en laissant faire les machines, parce que l’incitation et l’organisation du temps libre ont été une préoccupation sacrée tant des dictatures que des régimes libéral-réformistes. C’est qu’on a carnavalisé le temps de travail aussi.

Il est facile et évident de parler de carnavalisation de la vie en pensant aux heures passées par le citoyen moyen devant un écran de télévision qui, en dehors des très brefs moments consacrés à l’information, répand surtout du spectacle, et, parmi les spectacles, privilégie désormais ceux qui représentent la vie comme un éternel Carnaval, où des bouffons et de très belles filles ne lancent pas des confettis mais une pluie de milliards que tout un chacun peut gagner en jouant (…).

Il est facile de parler de Carnaval en pensant à l’argent et au temps consacré au tourisme de masse qui propose des îles de rêve à des prix charters et qui vous invite à visiter Venise en laissant à la fin de votre mascarade touristique, des boîtes de conserve, des papiers froissés, des restes de hot-dogs et de moutarde, tout à fait comme un Carnaval qui se respecte.

Mais on ne prend pas assez en considération la complète carnavalisation du travail due à ces “objets polymorphes”, petits robots serviables qui tendent, en faisant ce que jadis on devait faire soi-même, à faire ressentir le temps où on les utilise comme un temps du jeu.

L’employé qui, devant son ordinateur, en cachette du chef de bureau, fait des jeux de rôle ou visite le site de Playboy, vit un Carnaval permanent. De même, celui qui conduit une voiture qui, maintenant, lui parle, lui indique la route à prendre, l’expose à risquer sa vie en l’incitant à appuyer sur des boutons pour recevoir des informations sur la température, sur ce qu’il reste de carburant, sur sa vitesse moyenne, sur le temps de parcours, vit son Carnaval.”


Source :

Eco, Umberto (19 septembre 2006). À reculons, comme une écrevisse, Grasset, Paris.

lundi 7 août 2006

Serge Proulx et Johanne Saint-Charles : “L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet” et l’appropriation de la culture technique chez les usagers débutants

sergeproulx.jpg

Dans un article passionnant et synthétique de 2004 pour un numéro de la revue scientifique Informations Sociales sur le Destin des innovations, intitulé “L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet” (6 pages téléchargeables en .pdf), les chercheurs québécois Serge Proulx et Johanne Saint-Charles décrivent à partir d’un échantillon qualitatif stratifié de 48 usagers adultes de l’Internet (exposés ou non à la culture informatique) des trajectoires d’appropriation de l’innovation Internet de manière à bien l’intégrer dans leurs pratiques quotidiennes. Ils s’attachent “au rôle des réseaux personnels (constituant l’entourage des usagers) dans l’appropriation d’Internet : amis, famille, collègues à l’école ou au travail, appuis fournis par la fréquentation des réseaux en ligne”.


Dans une dernière partie, Serge Proulx et Johanne Saint-Charles s’intéressent à l’appropriation de la culture technique, en particulier chez les usagers débutants ; extrait :

“Nous avions décidé de distinguer a priori entre le groupe des “usagers débutants”, des “usagers intermédiaires” et le groupe des “usagers avancés” : au fil de l’enquête, nous avons éprouvé une certaine difficulté avec cette catégorisation. En effet, la plupart des répondants avaient tendance à se situer eux-mêmes dans la catégorie des “usagers intermédiaires”. Cette catégorisation ne permettait peut-être pas suffisamment de discriminer entre les pratiques consistant à simplement faire usage de logiciels (c’est le cas le plus souvent en bureautique, par exemple) et les pratiques liées à la programmation (l’informatique proprement dite). Il s’agit en fait de deux types distincts d’expertise : par exemple, un usager peut être un expert dans l’usage d’un logiciel spécialisé tout en étant en même temps ignare en programmation informatique. Et la proposition symétrique est tout aussi vraie.

D’autres usagers – à plusieurs reprises, il s’agissait de personnes moins scolarisées quoique ce genre de récits s’est retrouvé aussi dans toutes les catégories de répondants – marquaient unfort intérêt pour la quincaillerie informatique (exemples : comparaison des possibilités de performance technique de tel ordinateur vis-à-vis de tel autre ; plaisir éprouvé à monter et démonter un ordinateur personnel) sans pour autant s’intéresser vraiment à des logiciels particuliers et à l’usage effectif de ces logiciels dans leurs pratiques quotidiennes. Comme si, pour plusieurs personnes, l’ordinateur exerçait un intérêt mais, en même temps, ils ne savaient pas trop comment ils pouvaient l’utiliser (dans leur pratique quotidienne, ils n’écrivent pas; ils ne ressentent pas le besoin de faire des recherches avec Internet, etc.). Le plaisir que ce type d’usagers éprouvent serait lié au monde de l’informatique et des logiciels comme un monde à découvrir en soi, indépendamment des usages effectifs que l’on pourrait développer. Parmi ces usagers, nous retrouvons ceux et celles qui développent une attitude exploratoire et ludique face au monde de l’informatique (par opposition à un usage de l’ordinateur comme outil) : ainsi, certains désirent avoir accès à tel nouveau logiciel de manière à pouvoir l’explorer de toutes les manières. Suite à cette exploration relativement rapide, ils chercheront de nouveaux logiciels à découvrir, simplement pour le plaisir de la découverte. Dans une recherche précédente, nous avions désigné cette catégorie d’utilisateurs comme les usagers ludiques en opposition à la catégorie des usagers utilitaires qui se servent de l’ordinateur comme un outil à l’intérieur d’une pratique (…). Ces derniers auront tendance à utiliser le même logiciel pendant plusieurs années sans éprouver le désir d’en changer. Nous avons retrouvé plus fréquemment des usagers ludiques parmi les hommes et parmi les répondants les moins scolarisés. Il serait intéressant d’approfondir cette hypothèse dans une perspective diachronique : alors que les usagers plus jeunes ont vécu l’informatique comme un “donné” rapidement banalisé – un peu comme le téléphone pour la génération précédente – les usagers de plus de 30 ans ont appréhendé progressivement l’univers de l’informatique comme un nouveau monde à découvrir et à explorer, parfois par le jeu, parfois sur les lieux du travail.”


Source :

Proulx, Serge et Saint-Charles, Johanne (2004). “L’appropriation personnelle d’une innovation : le cas d’Internet” [En ligne], in Informations Sociales, n°116, Le Destin des innovations, Caisse Nationale des Allocations Familiales, Paris, 6 p. (Page consultée le 8 août 2006)

CF2M à Bruxelles et ENDA Graf à Dakar : Projet Réemploi informatique

endagraf.gif

Avant de travailler dans les Technologies de l’Information et de la Communication, Bernard Goffinet était assistant social. Il fut aussi chercheur en sociologie. En 1988, il rejoint le CF2M (Centre de Formation 2 Mille, voir le site), une ASBL établie à Bruxelles créée par des Marocains d’un quartier populaire. L’association se démarque alors en mettant en place des actions d’insertion par l’emploi dans le domaine de l’imprimerie.


Dès 1998, CF2M s’engage dans un partenariat fructueux avec l’O.N.G. sénégalaise ENDA GRAF (ENDA Groupes Recherches Actions Formations, voir le site) où une imprimerie déménage. Mais Bernard Goffinet désire aller plus loin. Avec l’équipe de CF2M, il récupère des ordinateurs ne fonctionnant plus sur le territoire belge, les répare et les envoie au Sénégal, ENDA GRAF assurant uniquement le prix de la main-d’oeuvre utilisée en Belgique. Résultat : un PC ainsi réparé coûte 50 % moins cher qu’un ordinateur à l’achat au Sénégal. En outre, ENDA GRAF revend ces ordinateurs à 75 % du prix du marché. Plusieurs personnes peuvent ainsi vivre de cette activité à Daklar et 7 techniciens informatiques originaires d’Afrique (Mozambique, Togo, Maroc, Burundi…). Description résumée de l’initiative :

“Le projet “Banlieues-Dakar” vise l’envoi de matériel informatique déclassé, de logiciels et de compétences de maintenance, permettant la mise en place de réseaux d’échange avec des initiatives locales (coopératives d’habitat, groupes de socio-alphabétisation…) soutenues par des ONG.

Le projet à Bruxelles vise quant à lui le soutien des ASBL sous-équipées en leur offrant du matériel informatique. En nous cédant votre matériel, vous participez au renforcement de projets dans les quartiers populaires de Lomé, Dakar, Kinshasa, Oujda et au soutien de projets pédagogiques, culturels et sociaux à Bruxelles.”


Bernard Goffinet de CF2M déclarait en 2002 :

“On constate que dans nos pays le matériel est vite obsolète, mais qu’il peut être très utile dans les associations de quartiers : une connexion et un ordinateur installé en réseau servent à environ vingt associations différentes, augmenter l’efficacité des groupes dans les quartiers. Il fonctionne même la nuit. À Dakar, beaucoup de personnes ont une adresse e-mail même si elles n’ont pas d’ordinateur. Il y a une grande pratique d’Internet. Cette information relativise la notion de fracture numérique qui n’est pas toujours le fait d’un public pauvre. Il y a autant de fracture numérique chez nos stagiaires [à Bruxelles] qu’à Dakar. Enda développe des contenus populaires et effectue des échanges avec des universitaires sur des propositions de solutions à leurs problèmes de quartier. (…)

Les TIC doivent permettre de parler autrement des problèmes. Il fait le constat qu’il y a peu d’originalité de la parole et que la parole est peu donnée au public (…) Les TIC sont un moyen de favoriser la prise de parole des gens, l’expression de contenus spécifiques, et les aspects techniques doivent passer au second plan.”


Pour que ce projet entre CF2M et ENDA GRAF soit mené à bien, un pacte engage les deux partenaires avec notamment une traçabilité des PC destinés uniquement aux associations locales, l’interdiction de les revendre au secteur privé ou à des particuliers.


Éthique et autonomie de gestion sont 2 pièces maîtresses de ce programme s’inscrivant dans une démarche d’économie sociale et solidaire… numériquement!

Contact : CF2M ASBL, rue Berthelot 114/116, 1190 Forest, Belgique. Tél. : 02 539 03 60.


Source :

Collectif (août 2006). CF2M - Centre de formation 2 mille [En ligne], ASBL CF2M, Forest, Belgique, Site (Page consultée le 7 août 2006).

François Zimmermann : “La génération des astucieux” : “J’e-pense donc j’e-suis”

francoiszimmerman.jpg

François Zimmermann, réalisateur de films d’entreprise, de cédéroms de formation et spécialiste de la communication d’entreprise s’interroge en 20 chapitres dans son ouvrage “La Génération des astucieux” (aux Éditions Le Manuscrit, voir cette page et aussi celle-là) sur les usages quotidiens de l’internet en évoquant l’ambivalence des discours dominants sur les nouvelles technologies.

François Zimmermann présente ainsi son livre :

“Les médias modifient l’homme qui modifie les médias. Le Net a pulvérisé l’espace temps en nous amenant à fonctionner en “tout, tout de suite, que pour moi”. Les gourous qui ne manquent pas de discourir sur le net sont sûrs de se tromper avec un média en perpétuelle mutation.”


Extrait du chapitre sur le thème : “L’éducation, c’est le groupe, le “e” c’est l’individuel, l’hiatus” :

“Parlerions-nous modem subitement ? Si oui, alors nos dictionnaires, Baudelaire, Ferré, Flaubert, Aristote, Proust, et autres rimailleurs mourraient une deuxième fois, effacés, par des zéros et des uns. Autrefois, les bibliothèques faisaient l’admiration, la préciosité, l’oeuvre d’un savoir, d’une érudition. Avec l’accélération du temps, on stocke sur des surfaces de plus en plus petites, des oeuvres qui bientôt ne seront plus assez nombreuses. On range le tout dans des boîtes en plastique. Mais stocker n’est pas accéder. Voir du lettrage défiler sur un écran n’est pas lire. Voir n’est pas lire, apercevoir n’est pas apprendre. Une histoire de sentiment avec ses émotions et ses surprises, compilée de la sorte ne représente plus grand intérêt. On stocke par manie, par peur de perdre des éléments qu’on ne lira jamais, pas assez de temps, trop de choses à graver. Plus on veut de la mémoire dans nos machines, plus on perd la tête dans nos têtes. Voir des principes de physique ou de chimie s’animer en trois dimensions ne mute pas la démonstration en données acquises. Le temps a transformé l’acquisition en voyeurisme béat. Suffirait-il d’avoir vu quelque chose pour l’avoir intégré.

La connaissance qui est la transformation de l’information en savoir, la connaissance se satisfera-t-elle que des gigas octets prennent racine dans nos têtes de démos toujours plus curieux, avides de savoir ? Les machines dupliquent, l’imprimerie diffuse, les rotatives dispersent les infos, la télévision les diffuse en boucle pour mieux les rendre crédibles, la radio bégaie à longueur de flash si bien que parfois on a l’impression d’avoir eu accès à l’événement avant qu’il ne se produise. Mais les machines enseignent-elles ? Oui, peut-être, mais en se basant sur des simulations. Elles décrivent, médiatisent des théories, de là à attendre qu’elles remplacent un expert ou un professeur, il y a un mensonge, une supercherie qu’il faut s’empêcher de valider.”


Source :

Zimmermann, François (2005). La Génération des astucieux, Éditions Le Manuscrit, Paris, pp.149-150

- page 10 de 14 -