Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - bibliotheque

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 6 décembre 2006

La téléphonie mobile dans le monde, l'utilisation des CMS dans les Espaces Publics Numériques, la peur des français de devenir SDF... (brèves citoyennes de clavier)

Près d'une personne sur trois dans le monde utilise aujourd'hui un téléphone mobile, selon le rapport "Internet Report 2006: Digital.Life" de l'Union internationale des télécommunications (UIT) publié le 4 décembre 2006 (à télécharger en anglais à partir de cette adresse). Dans le monde, il aura fallu 125 ans pour dépasser le milliard de personnes ayant accès à des lignes fixes et 21 ans pour arriver au même niveau pour la téléphonie mobile. En parallèle, une étude du Gartner Group (cf. l'article "Gartner Says Emerging Markets Hold the Key to Future Telecoms") révèle que 62% d'appels mobiles sont réalisés dans des pays dits émergents. Le recul mondial des communications à partir de lignes fixes est souligné par cette même étude.


Compte-rendu du rendez-vous des Jeudis des Espaces Publics Numériques à Gentilly (94) sur l'utilisation des CMS et wiki dans des espaces multimédias en France et en Belgique pour une appropriation citoyenne des Technologies de l'Information et de la Communication. A noter la mise en perspective brillante d'Alain Giffard en fin de matinée.


"La vidéo annonce des révolutions en chaînes" dit le journaliste David Carzon pour 20 Minutes. "Une webcam ou une petite caméra numérique et un logiciel de montage, chacun peut donner libre cours à son imagination" ajoute-t-il.


L'UNESCO et la bibliothèque du Congrès des Etats-Unis organisent aujourd'hui au Siège de l'UNESCO, à Paris, une réunion afin de préparer le terrain pour le lancement de la bibliothèque numérique mondiale, une banque de connaissances multiculturelles et multilingues sur Internet. Explications avec ce communiqué de l'UNESCO.


"Un Français sur deux redoute de devenir SDF", c'est l'enseignement majeur d'une d'une étude BVA pour Emmaüs-La Vie-L'Humanité révélée aujourd'hui. L'exclusion concerne de plus en plus de français et leur environnement familial. L'étude précise l'importance perçue par les Français du rôle joué par les travailleurs sociaux : "Ce sondage constitue aussi un jugement sévère pour les politiques, puisque 45 % des personnes interrogées estiment que le problème des SDF pourrait être résolu définitivement, avec une volonté politique suffisante". Consultez les résultats complets du sondage en .pdf (33 pages).


Les citoyens peuvent aussi être des citoyens-marketeurs : c'est le leitmotiv du nouveau livre "Citizen Marketers: When People Are the Message" par Ben McConnell et Jackie Hub (chez Kaplan Business) qui s'intéresse aux citoyens qui créent sur Internet, échangent, diffusent et influencent la consommation des internautes. Les gens deviennent le message. Le médium n'est plus le message (Via le Blog à Ollie).


Blogueur parisien réputé spécialiste de l'innovation, Roland Piquepaille a ouvert un photoblogue original sur le thème des "fautes d'orthographe parisiennes".


Un logiciel gratuit simple d'utilisation pour créer des calendriers : TKexe Kalender, à télécharger (Via Loïc Marot de l'Espace Public Numérique Vineuil Multimédia, 41). Quelques exemples de créations.


"L'avenir de la musique est dans le mobile" comme le souligne l'étude de Johnny Davis pour l'opérateur britannique 3UK à télécharger en .pdf (16 pages) : "Is Mobile the future of the music industry?" : "L'étude passe en revue pourquoi les jeunes utilisent cette technologie, la manière dont ils y accèdent et l'écoutent" (Via Marketing et Droit de la musique dans l'environnement numérique).


Pédagogique : "10 conseils pour lire intelligemment ses fils RSS", "Comment créer une petite Organisation Non Gouvernementale" (document en anglais et en .pdf de 82 pages : avec bonnes pratiques, où chercher le financement, management...) et les recommandations de Noël de l'UFC-Que Choisir pour les achats en ligne de fin d'année.


Le Ministère de l'Economie de l'Economie et des Finances souhaiterait créer un pôle de compétitivité sur les logiciels libres en Ile-de-France. Ceci dans la suite du rapport sur "l'Economie de l'immatériel : la croissance de demain" (184 pages en .pdf, à télécharger ici) dévoilé en début de semaine dont les auteurs sont Jean-Pierre Jouyet (chef de l'inspection générale des Finances) et Maurice Lévy (président de Publicis). Ce rapport présente 68 recommandations.

Alberto Manguel, sa bibliothèque non numérique

L'essayiste argentin Alberto Manguel publie aux Editions Actes Sud "La Bibliothèque, la nuit", un ouvrage passionnant où il explique comment il s'est installé en 2000 dans un hameau de Poitou-Charentes, près de Châtellerault, pour amener, dès 2001, les 30 000 ouvrages qu'il possède, dans un même lieu ; une expérience rare. Lire à ce sujet l'article "Alberto Manguel : la bibliothèque, point fixe"


Dans le Nouvel Observateur du 30 novembre 2006, Alberto Manguel répond aux questions du journaliste Didier Jacob sur cette aventure de bibliothèque au coeur du rural et est interrogé sur les bibliothèques en ligne ; extrait :

"Je ne rejette pas du tout l'électronique. Ce serait absurde. Comme cette amie d'Horace Walpole qui s'exclamait un jour : "J'accepte l'Univers!" Et Walpole avait répondu : "Tant mieux!" L'électronique est là, inutile de se demander si on l'accepte ou non. Elle permet des choses très utiles. Elle permet d'indexer les textes, par exemple. De retrouver facilement un mot ou une phrase. Mais la lecture n'est pas seulement ça. Si j'ai besoin de lire un livre, pas seulement pour le consulter, le texte électronique n'est pas un moyen commode. Qui peut lire un roman entièrement sur internet ? Le livre reste indispensable. Et qu'on ne me parle pas d'interactivité. Je cite volontiers en exemple le cas d'un écrivain français, Joseph Joubert, qui ne gardait dans sa bibliothèque que les livres qu'il aimait. Il arrachait même, dans ses ouvrages préférés, les pages moins bonnes, et les jetait au feu. Si ce n'est pas une bibliothèque interactive."

lundi 27 novembre 2006

Centre for Social Innovation à Toronto, l'innovation sociale collaborative en action

Ovni de l'innovation, lieu qui n'a pas encore d'autre équivalent dans le monde occidental, superbe idée mise en mouvement, le Centre for Social Innovation (Centre pour l'innovation sociale) réunit à Toronto (Canada), dans un même bâtiment, des structures d'innovations qui développent des approches créatives, entrepreneuriales et à des stratégies collaboratives s'intéressant à des thématiques sociales, culturelles, environnementales et économiques.


Sous la forme d'une entreprise sociale, le Centre for Social Innovation aide des porteurs de projets de l'innovation sociale (acteurs associatifs, entrepreneurs sociaux, artistes, animateurs de réseaux et artistes) qui croient à de nouvelles idées pouvant changer le monde. Cette organisation, unique en son genre, catalyse, informe, inspire et fournit son expertise à des initiatives sociales.


Le Centre for Social Innovation est un centre "communautaire" qui accueille des innovateurs sociaux au sens large du terme en leur proposant des espaces de travail, services partagés et une aide à l'incubation de projets en montrant ce qu'est l'innovation sociale (documentation, repérage des meilleures pratiques), en explorant de nouvelles idées, en expérimentant de nouvelles formes de collaboration, en apportant des solutions pratiques, de l'information et de l'aide organisationnelle aux innovateurs.


Le Centre for Social Innovation accueille actuellement plus d'une dizaine d'associations, fondations et entreprises sociales dans ses locaux et 6 structures en mode "virtuel" (hébergement de sites, bureaux virtuels...). Il comprend une bibliothèque et un répertoire de sites Internet sur la thématique du secteur associatif et caritatif.


Tout au long de l'année, le Centre propose un programme de séminaires et de formations à prix très réduit qui mettent en avant l'expertise des structures accueillies et permettent de formaliser des projets avec des acteurs locaux.


Ce "hub" de l'action sociale va s'agrandir dès février 2007 avec la mise à disposition aux innovateurs de 10 000 m2 d'espace pour créer, collaborer, échanger, se réunir et entreprendre. Un projet passionnant en plein développement.

vendredi 20 octobre 2006

Philippe Quéau, l'enjeu de l'éducation dans les sociétés du savoir

Philippe Quéau (UNESCO) publie un brillant article sur son blog Metaxu à propos de la marchandisation des savoirs à l'époque actuelle mondialisée et de l'enjeu majeur que constitue l'éducation : De la réforme de l'éducation dans les sociétés du savoir. Il propose une augmentation des compétences en sus de l'acquisition de savoirs faire et la nécessité du travail coopératif ; extrait :

"Au moment où certains fossés s'élargissent et s'approfondissent, il faut y insister, la capacité à travailler en groupe, en réseaux, en partenariat devient primordiale. D'où l'importance de créer un environnement d'apprentissage global, ouvert, au service de tous, en tous lieux, à tous moments et dans tous les domaines du savoir. Les réseaux d'écoles, de bibliothèques, de musées, les laboratoires virtuels, constitueront de plus en plus une nécessaire infrastructure coopérative à large échelle. Car le savoir augmente en se partageant. À ce titre il est l'exemple archétypal du bien public.

Si l'éducation comme l'accès à l'information et au savoir sont, par excellence, des "biens publics mondiaux", il faut noter que les tendances à la marchandisation du savoir et de l'éducation risquent d'aggraver les fossés économiques, culturels, sociaux entre ceux qui sont déjà largement bénéficiaires de la révolution de l'information et ceux qui en subissent les effets pervers."


Source :

Quéau, Philippe (19 octobre 2006). "De la réforme de l'éducation dans les sociétés du savoir" (En ligne), Metaxu, Rabat (Page consultée le 20 octobre 2006).

mardi 3 octobre 2006

Centre Pompidou public handicapé : un site Internet accessible et décloisonné

Le Centre Pompidou (Paris) propose un site Internet à destination des personnes handicapées avec une interface visant à décloisonner les handicaps (mentaux, moteurs, auditifs et visuels) à personnaliser selon ses difficultés de vie (caractères, fichiers sonores, vidéos en langue des signes). Le site permet aux internet de préparer leur visite au centre Georges Pompidou avec des informations pratiques spécifiques, présente des témoignages de visiteurs, comprend des ressources documentaires et propose d'échanger ses impressions sur la visite du Centre. Accessible et ergonomique, le site Centre Pompidou Public handicapé développé par des étudiantes des Gobelins - L'École de l'Image est consultable aussi par un lien dès la page d'accueil du site Internet "classique" du Centre Pompidou.

Source :

Collectif (novembre 2005). Centre Pompidou public handicapé (En ligne), Centre Pompidou, Paris, Site (Page consultée le 3 octobre 2006)

dimanche 1 octobre 2006

Le blog Bruits et Chuchotements sur le devenir des bibliothèques et les outils collaboratifs professionnels

Le blog Bruit et Chuchotements s'avère une lecture pertinente si l'on s'intéresse au devenir du monde des bibliothèques et de la documentation sans cesse "secoué" par les technologies de l'information et de la communication. Son auteur cherche à trouver du lien entre des outils "collaboratifs" et à les rendre utiles pour ses confrères bibliothécaires.

Il maintient aussi un fil d'actualités personnalisé sur des projets innovants agissants du monde des livres comme SpecFlic 2.0, installation interactive sous d'une performance multisupports (acteurs + décor + diffusion d'un film vers les PC et téléphones du public, cf. photo ci-dessus), qui s'est déroulée le 9 août dans la cour de la Bibliothèque de San Jose en Californie et qui imagine un bibliothécaire devenu en 2030 "l'Infosphérien", celui qui aide l'usager à voyager dans l'Infosphère, réceptacle mental de l'information universelle. Dans 25 ans, la bibliothèque sera-t-elle un musée ?

La notion de services se développe de plus en plus dans les bibliothèques donnant lieu à de fines analyses, avec comme corollaire des stratégies marketing souvent éloignées des conceptions culturelles classiques d'une bibliothèque de service public et non de services au public. Ce débat sur fond d'arguments budgétaires introduit un système économique dans l'antre des bibliothèques donnant lieu à des débats : Des services (Des services pour concrétiser le rôle social des bibliothèques ; Les services se développent sous la pression & la motivation ; Offrir du bruit ou du calme ? Les deux).

En lien chez Bruit et Chuchotements, Bibliopédia, un wiki "pour le partage d'expériences et de ressources en bibliothèques et centres de documentation" avec de nombreuses ressources pratiques, méthodologiques et de connaissances des publics.

samedi 30 septembre 2006

Utilisation du wiki dans un contexte coopératif et collaboratif d'organisation de taille importante

Via le blog Collaboratif, très intéressante présentation de la bibliothécaire et auteur américaine Meredith Farkas, très active au sein de l'American Library Association (A.L.A.)  sur l'utilisation des Wikis dans un contexte coopératif d'organisation de taille importante : Wiki The Ultimate Tool For Online Collaboration qui donne une définition du wiki, qui explique ce pour quoi il est intéressant d'utiliser des wiki et comment leur utilisation dans un contexte de conférence, d'organisation ou d'association peut s'avérer judicieuse. Meredith Farkas clôt sa présentation par quelques conseils pour un wiki participatif et coopératif qui fonctionne techniquement et utilisé par des personnes. À compléter par une seconde présentation de Meredith Farkas sur l'édition d'un wiki, la question du spam et du vandalisme sur un wiki et enfin un point sur la gestion d'un wiki : Wikis : Getting to the Nitty Gritty.

Source :

Farkas, Meredith (2006). Information Wants To Be Free (En ligne), Meredith Gorran Farkas, Vermont, Blog (Page consultée le 29 septembre 2006)

jeudi 28 septembre 2006

La bibliothèque du 911 avenue Prestes Maia, squat de Sao Paulo au Brésil, née à partir de livres récupérés dans les ordures

911squat

Le 20 septembre, l'émission hebdomadaire ARTE Reportage a présenté un reportage étonnant qui a pour cadre Sao Paulo, plus importante ville d'Amérique Latine (Brésil) et le squat du 911 avenue Prestes Maia, où habitent près de 2000 personnes, dans un immeuble de 25 étages considéré comme le plus grand squat d'Amérique Latine.

Le reportage présente un portrait de Severino de Sousa, 56 ans "cartoneiro" (il trie les poubelles et revend les déchets aux usines de recyclage) qui a sauvé en 6 ans plus de 10 000 livres dans les ordures pour créer une bibliothèque dans ce bâtiment de 25 étages. Ce qui rend cette expérience merveilleuse, ce sont les paroles d'un homme avide de culture malgré les difficultés de la vie quotidienne. Il poétise sur la culture :

"Notre vie est un livre ouvert. Chaque jour est une nouvelle page. Mon rêve, c'est de développer au maximum la littérature et la culture dans le squat. Montrer qu'un sans-abri a aussi de la culture."

Parmi 20 frères et soeurs, Brasiliano da Silva, autre habitant du 911, vend des boissons fraîches sur les voies rapides de São Paulo au péril de sa vie et ne manque pas de conseiller ses livres préférés à l'automobiliste pressé. Lui aussi a une pensée sur le rôle des livres .

"Pour moi, la littérature est la lumière au bout du tunnel, comme si on vivait totalement dans le noir. Mais la littérature nous aide à oublier les problèmes de tous les jours. Grace à la littérature, je me sens l'égal de tous ces gens qui passent à bord de leurs voitures de marque et même supérieurs à eux, car moi, je suis le personnage d'un livre. J'ai le pouvoir de transformer le monde à chaque instant. Il suffit de tourner la page pour changer d'histoire."

Les habitants du 911 s'organisent et proposent des activités pour les 500 familles. Le sous-sol est un lieu de vie et de culture avec des cours d'alphabétisation, des expos... La bibliothèque du 911 est un lieu de refuge où l'écrit aide à poser des mots sur des vies, à partager avec d'autres, avec souvent de la politique au centre des débats. Une bibliothèque d'une prise de conscience en devenir, lieu d'espoir d'un monde où l'on parle de possibles en évoquant la destinée du Président brésilien Lula.

Source :

Monteiro, Melissa (20 septembre 2006). La bibliothèque du squat (En ligne), Arte Geie, Melting Pot Productions, Paris, Reportage vidéo, 12 minutes (Page consultée le 28 septembre 2006)