Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - association

Fil des billets

lundi 5 février 2007

Sentiers.be, les nouvelles technologies pour sauvegarder et entretenir le patrimoine des sentiers et chemins en Wallonie

Ex-assistant social ayant suivi une formation d'éco-conseiller, Christophe Danaux est concepteur du site Internet Sentiers.be. En s'intéressant aux chemins et sentiers de son village près de Walcourt en Belgique, il a créé l'association Chemins et sentiers de la vallée de l'Eau d'Heure pour recenser les sentiers de sa commune sur Internet et ainsi essayer de sauvegarder ce patrimoine méconnu.


En 2004, l'associaton devient Sentiers.be avec pour objectif de développer le site Web et donc l'information auprès du public mais avec la spécificité que les internautes puissent rédiger leurs propres articles. Avec le temps, Sentiers.be a grandi : cartographie, infos sur les sentiers et chemins vicinaux, lois relatives à l'urbanisme, règles de circulation, signalisation, balisage, un glossaire spécialisé et un forum participatif des chemins et sentiers de Wallonie.


Dans le cadre du programme européen LEADER+, cette expérience vise désormais à informer sur des liaisons inter-villages existantes (et parfois oubliées) de l'Entre-Sambre-et-Meuse (Cerfontaine, Florenne, Gerpinnes) permettant d'offrir à terme "la possibilité de rejoindre le village ou le quartier voisin en toute quiétude et dans des conditions de sécurité optimale. Destiné aux promeneurs, sportifs, écoliers, il encourage à pratiquer une mobilité "douce", non polluante en milieu rural".


Des citoyens volontaires assurent des repérages et un inventaire des sentiers et chemins pour Sentiers.be en coordination avec les autorités locales. Christophe Danaux gère la base de données cartographique, le site Internet (motorisé sur SPIP) et sa conception graphique.


Un superbe projet qui associe la sauvegarde et la conservation d'un patrimoine pour sa revalorisation locale en utilisant les technologies tout en tenant compte du bénéfice humain que cela représente pour redévelopper la mobilité rurale : marche ou sports de plein air comme le VTT ou l'équitation.

dimanche 28 janvier 2007

Lutte contre la Fracture Numérique : le Libre marque des points !, conférence à Solutions Linux 2007, le 31 janvier

Le Salon Solutions Linux 2007 (CNIT - Paris La Défense, Hall Marie Curie, du 30 janvier au 1er février 2007) propose une conférence gratuite sur le thème : "Lutte contre la fracture numérique : Le Libre marque des points !", le mercredi 31 janvier de 9h30 à 12h, axée sur le développement numérique en Afrique.

Parmi les intervenants de la matinée :

- Frantz Fongang, Chef de projet formations présentielles, Programme "Soutien des TICs à l'enseignement supérieur et à la recherche", "Rectorat-Services Centraux de l'Agence Universitaire de la Francophonie" : "Centre Linux et Logiciels libres pour le Développement (C3LD)et certification internationale (LPI)",

- William Turner, Coordinateur du projet Diaspora Knowledge Network, UNESCO,

- Pierre Bonis, Chef du bureau pour les NTIC, Ministère des Affaires Etrangères : "Lutte contre la fracture numérique : enjeux et perspectives",

- Papa Amadou Konté, Chargé des Nouvelles technologies à la Mairie de Dakar : "Logiciel libre et système d'information de de la Mairie de Dakar. Opportunités et craintes",

- Olakanmi Adewara, formateur ADEN - "Obafemi Awolowo University" Ile-Ife – Nigéria et Nicolas Pejout, projet ADEN (dispositif complet pour la création de points d’accès publics à l’Internet dans des zones numériquement enclavées) du Ministère des Affaires Etrangères : "Le libre au service du développement : l'exemple du projet ADEN",

- et Gonzague Ladmiral, président d'EAH - François Jaffrennou, vice-président et chef du convoi Burkina Faso 2007 - Aurélien Lemoine, chef du Projet Wedus.org avec l'école d'Ingénieurs EFREI. Il s'agit d'un portail éducatif à destination des collégiens et lycéens des pays en voie de développement.

lundi 15 janvier 2007

Journée portes ouvertes à l'Espace Public Numérique Cyberespace de l'Agora - Association Emmaüs, Paris 1er, le mercredi 17 janvier

L'Espace Public Numérique Cyberagora - Association Emmaüs est un lieu d'accès public à l'Internet complètement atypique. Il est situé dans l'Agora, plus grand centre d'accueil de jour de Sans Domicile Fixe à Paris (32 rue des Bourdonnais, 1er arrondissement) en plein centre de la capitale, tout près des Halles.


Depuis 2003, cet EPN accueille pour des initiations à l'informatique et à l'Internet, du libre service, des personnes défavorisées, à la rue, gratuitement avec un accompagnement spécifique assuré par un coordinateur travailleur social (Ricardo Parrilla) et des bénévoles de tous les âges et de toutes les professions.


Cette réelle mixité sociale au service des gens démunis en fait un lieu attachant où les ordinateurs sont des outils au service d'un réel plus pour ces personnes. L'EPN Cyberagora possède un blog depuis 2005 où usagers, bénévoles et salariés s'expriment ; un même espace en ligne pour une expression plurielle.


Le mercredi 17 janvier 2007, de 9h30 jusqu'à 17h, le Cyberespace de l'Agora propose une journée portes ouvertes. Au 32 rue des Bourdonnais, bénévoles, usagers et coordinateur vous guideront pour faire connaissance avec l'informatique et découvrir ce lieu où le bénévolat est toujours le bienvenu.


Voici ce qu'on fait au Cyberespace de l'Agora : "Repérer vos trajets. Regarder des vidéos. Faire de jolies présentations. Envoyer et recevoir des e-mails.Trouver des photos, et en envoyer. Regarder les actualités de tous les pays. Retrouver des personnes et leurs coordonnées. Regarder des vues de paysages ou de villages. Communiquer avec les administrations, CAF, ANPE, etc. Écrire des textes, lettres, poèmes, nouvelles, romans etc. Écouter des musiques, retrouver les paroles des chansons... Et ce ne sont là que quelques exemples!


Pour tout renseignements, contacter Ricardo Parrilla par courrier électronique agora@emmaus.asso.fr ou par téléphone au 01 55 34 74 84.

vendredi 5 janvier 2007

Braille postal de Handicap Zéro, une carte de voeux transcrite en braille et envoyée gracieusement par courrier

Hier, des instants merveilleux vécus dans le dédale des transports en commun : un enfant de 4 ans et demi tout au plus (voyant) guidait son père aveugle en lui indiquant tous les obstacles de la ville avec des phrases construites et imagées, des mots précis ; témoignage filial d'une solidarité qui relie et lie plus que tout. Moment rare de vérité et d'entraide.


Aujourd'hui, découverte via le blog de Laurence Hamonic, d'une très belle initiative de l'association Handicap Zéro qui oeuvre depuis 1987 sur la thématique du droit à l'information pour les personnes aveugles, malvoyantes ou avec des difficultés visuelles.


En cette période de voeux, Handicap Zéro propose un service gratuit solidaire baptisé Braille postal qui consiste pour toute personne à pouvoir rédiger des voeux sur Internet par un texte en minuscules dans un formulaire disponible à cette adresse. L'association se charge ensuite d'imprimer ces voeux en braille et de les envoyer gratuitement par voie postale au destinataire de votre choix malvoyant, aveugle ou avec des difficultés visuelles que vous connaissez dans votre entourage.

mercredi 6 septembre 2006

Création d'entreprise et solidarité numérique, questionnements sur l'appropriation à l'Internet, une coopérative d'activité TIC en Wallonie

Sébastien Cayrolles, créateur de Ceovia, une entreprise de services sur Internet en Région Dijonnaise ("nouveau média qui va donner enfin l'occasion aux particuliers et aux professionnels de communiquer localement"), compte son aventure sur son blog : Scayaux : un créateur d'entreprise à Dijon.


Habitant de Auxonne, il informe aussi sur l'activité d'une association locale "qui procure des séances d'aide pour maîtriser l'informatique" et se questionne dans un autre article sur Internet comme espace de solidarité avec une piste de solution technique en problématisant son propos sur la culture numérique :

"Outre ces problèmes techniques de raccord au web, il y a bien évidemment le problème de la culture numérique. Il y a de nombreuses personnes avec qui j'aimerais bien échanger des photos, des séances de webcam, des lectures. Mais je crois qu'il est à peu près impensable de les convertir à Internet en l'état actuel des choses."


Aujourd'hui, les enjeux de créations d'entreprises axées sur des activités locales numériques se heurtent à des interrogations liées à l'appropriation d'Internet par les utilisateurs : quelles sont les compétences développées, à développer ? Celles qui bien évidemment conditionnent des activités économiques sur des territoires...


Dans le domaine de la création d'entreprise, la solidarité numérique peut jouer à plein comme cette idée judicieuse qui est devenue réalité, l'association Technocité Asbl (centre de compétence de la Région Wallonne en Belgique, qui a pour mission de diffuser très largement les Technologies de l'Information et de la Communication et d'en favoriser l'usage par l'initiation, la formation et le perfectionnement) créée une coopérative d'activité avec le centre de formation d'Hornu qui a pour but de faciliter l'engagement vers une activité indépendante. Pour Technocité, Pascal Kaiser décrit cette action :

"On a formé énormément de gens, à 50 % des demandeurs d'emploi. Et nos formations sont high-tech. Elles coûtent cher en matériel et en formateurs. D'où l'idée d’avoir une certaine traçabilitéde ces formations. De permettre de transformer l'essai. Il y a un fort déficit d'esprit d'entreprise. Les jeunes qui débutent comme indépendants ne savent pas se vendre, hésitent à se lancer… Or, ça peut fonctionner très fort en free-lance. C'est pour ça qu'on veut proposer une formule relativement souple qui donnera la possibilité de travailler 1 an comme free-lance tout en gardant son droit au chômage si l'activité s'arrête. On va aussi proposer des coachings en comptabilité à la demande, et surtout la possibilité de se retrouver dans des groupes de personnes tous dans la même situation."

mercredi 30 août 2006

Rapporter ça rapporte, rapportez vos anciens cédéroms scolaires à la FNAC, ils seront redistribués par Action de Solidarité Internationale à des actions d'accompagnement scolaire

L'association Actions de Solidarité Internationale, ONG créée en 1983, (voir son site Internet) soutient des programmes de développement dans les domaines de la santé et du handicap, de la petite entreprise artisanale, du développement rural, de l'alphabétisation, de l'appui aux structures locales de développement et de l'enfance en difficulté. ASI travaille pour un développement solidaire.


Pour cette rentrée 2006, les magasins FNAC s'associent à ASI avec une action de solidarité numérique intitulée : "Rapporter, ça rapporte!". Du 15 août au 30 septembre, rapportez vos anciens cédéroms scolaires, la FNAC offre 5 Euros en bons de réduction à valoir sur l'achat d'un cédérom scolaire de sa sélection Rentrée 2006. La reprise physique des produits se situe au niveau du rayon logithèque de chaque magasin FNAC.


La FNAC se charge de remettre les cédéroms scolaires collectés à Actions de Solidarité Internationale, qui en disposera, dans le cadre de ses actions caritatives (équipement de maisons de quartiers, d'Espaces Publics Numériques Associatifs, d'hôpitaux).

mardi 29 août 2006

Canal Accessible : repérages et mises en ligne d’obstacles non accessibles dans Barcelone par 40 personnes handicapées

logohandicap.jpg 

C’est un projet étonnant et utile qui vient de remporter le grand prix de Digital Communities 2006 (Communautés Digitales) du festival d’art numérique international Ars Electronica (voir site) : Canal*Accessible (voir site), une initiative collaborative conduite à Barcelone par 40 handicapés qui ont mis en ligne depuis décembre 2005, avec des clichés pris à partir de téléphones photos, parfois avec du son et un repérage cartographique, les obstacles et lieux inaccessibles par des handicapés dans la ville de Barcelone.


Ce projet solidaire et bénévole qui utilise des ressources internet liées à la mobilité compte plus de 3500 contributions (lieux repérés) et le site Internet sur lequel figurent ces données ne s’arrête pas là. Des recommandations en terme d’accessibilité sont disponibles ainsi qu’un forum.


Des partenaires publics et privés se sont associés pour cette initiative dont Nokia et la Generalitat de Catalunya, Departament de Cultura.


Source :

Collectif (29 août 2006). Canal*Accessible [En ligne], Antonio Abad Roses, Barcelone, Site (Page consultée le 29 août 2006)

lundi 28 août 2006

Greenpeace : Guide pour une hi-tech responsable et classement environnemental des 14 constructeurs leaders mondiaux d’ordinateurs et de téléphones portables

classement-hi-tech.jpg

Isabelle Lemaitre fait état sur son blog d’un nouveau type de classement établi par l’ONG Greenpeace : Les mauvais élèves du marché électronique (voir site) qui “classe les entreprises en fonction de l’emploi de substances chimiques dangereuses et de leurs pratiques de recyclage des déchets électroniques”. Greenpeace classe les 14 plus importants constructeurs d’ordinateurs et de téléphones mobiles, “dont aucun, pour l’instant, ne peut se targuer d’être une entreprise “verte”.”


A cette occasion, Greenpeace publie Le Guide pour une hi-tech responsable (3 pages, à télécharger ici en .pdf), qui établit un classement “des entreprises leaders de production de téléphones mobiles et d’ordinateurs en fonction de leur politique mondiale en matière d’élimination des substances chimiques dangereuses et en matière de responsabilité exercée pour gérer les produits obsolètes des consommateurs. Les entreprises sont classées uniquement sur la base des informations disponibles publiquement”.


Sont notés et commentés (en partant du meilleur score) : Nokia, Dell, HP, Sony Ericsson, Samsung, Sony, LGE, Panasonic, Toshiba, Fujitsu-Siemens, Apple, Acer, Motorola et Lenovo.


Source :

Anonyme (25 août 2006). “Les mauvais élèves du marché électronique” [En ligne], Greenpeace France, Paris, 1 p. (Page consultée le 28 août 2006)

dimanche 20 août 2006

Guide pratique sur les Espaces Publics Numériques en Hongrie : “Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre”

telecottage-handbook.jpg

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (U.N.D.P. - United Nations Development Program) vient de publier un guide - vademecum en anglais sur l’expérience hongroise des telecottages hongrois (équivalents de nos Espaces Publics Numériques français, voir le site Telehaz.hu) : “Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre” (en .pdf, 90 pages, à télécharger à cette adresse) dans une dynamique de faciliter le développement de télécentres et d’EPN en se posant des questions sur le montage du projet : gestion du projet en amont,  idées d’activités à développer, questions financières à prendre en compte, indicateurs des effets de leviers créés par la fréquentation des telecottages.


Le point fort de ce guide pratique est d’insister sur les bénéfices locaux de l’implantation d’un telecottage en terme de dynamiques citoyennes participatives, d’administration électronique, de développement économique. Des bonnes pratiques sont présentées tout au long de ce guide, agrémenté de tableaux récapitulatifs et points explicatifs.


Ce guide est à compléter par un document pratique (livre d’exercices de 30 pages, à télécharger en document Word) co-écrit par Matyas Gaspar (fondateur du 1er telecottage en Hongrie en 1996, et actuel président de l’Europen Union of Telecottage Association, E.U.T.A. à Budapest), Eva Bernat et Peter Palvolgyi : “How community telecentres serve local development - guide for local practitionners” (Comment les Espaces Publics Numériques peuvent contribuer au développement local - guide pour les acteurs de terrain) qui aide à l’analyse des pratiques et de l’environnement d’un Espace Public Numérique dans le cadre d’une création d’E.P.N. ou d’une redéfinition de projet.


Source :

Misnikov, Yuri (June 2006). Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre. A practical guide for community development practitioners on strategies for ICT-enabled community empowerment (based on the Hungarian telecottage movement experience) [En ligne], Collection How to Build Open Information Societies, UNDP Regional Bureau for Europe and the Commonwealth of Independent States, Bratislava, 1 p. (Page consultée le 20 août 2006)

samedi 19 août 2006

Chantier de solidarité numérique Nord-Sud : création d’un Espace Public Numérique à Hamady Ounaré (Sénégal)

pc.jpg

A l’initiative de l’Union des Travailleurs Sénégalais en France (section de Champigny-sur-Marne, Val-de-Marne), une dizaine de jeunes du quartier du Bois-l’Abbé (Chennevières-sur-Marne, Champigny-sur-Marne) sont partis en vacances jusqu’au 2 septembre, dans le cadre d’un chantier de solidarité numérique au Sénégal. Ils sont en train d’aménager un centre internet / espace public numérique dans le village de Hamady Ounaré (région de Matam).


Plus de 10 ordinateurs dotés d’une connexion internet et des téléphones sont mis à disposition des habitants dans le cadre de ce chantier et les jeunes du Bois l’Abbé vont initier les villageois et les élèves de l’école à l’informatique.


Sont partenaires de ce chantier de solidarité numérique : la ville de Champigny-sur-Marne, l’Immobilière 3F, le Conseil Général du Val-de-Marne, l’État (via la politique de la Ville) et l’association des ressortissants de Hamady Nouaré.

- page 2 de 5 -