Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - administration

Fil des billets

vendredi 1 septembre 2006

Initiatives de solidarité numérique 2005-2006 de IRDC Canada : en Asie, au Pakistan et en Inde

IRDC (ou en français CRDI - Centre de Recherches pour le Développement International) vient de publier son rapport annuel d'activités (86 pages en .pdf. à télécharger à cette adresse). Parmi les initiatives relatives aux Technologies de l'Information et de la Communication, IRDC soutient des projets de développement dont :

- "L'informatisation de langues locales" (initiative décrite à la page 37) dirigé par le National University of Computer and Emerging Sciences du Pakistan qui a permis de créer et de former dans 7 pays des équipes regroupant des chercheurs, praticiens, linguistes... pour mettre au point des outils comme des jeux et polices de caractères, vérificateurs d'orthographe, correcteurs grammaticaux et systèmes de reconnaissance de la parole en 9 langues dont chacune présente des difficultés particulières. Le logiciel Nepalinux 1.0 lancé en décembre 2005, comprend un correcteur orthographique d'environ 22 000 mots népalais d'usage courant,

- "JuriBurkina, accès direct et gratuit à l'information juridique" (initiative décrite à la page 44) : fournir un accès intégral à l'information juridique publique, dont la loi et la jurisprudence, aux juristes et aux citoyens du Burkina Faso via un logiciel d'exploitation libre mis au point par LexUM, le Laboratoire d'informatique juridique de l'Université de Montréal. JuriBukina est en ligne et peut être consulté par tout internaute,

- "L'impact des TIC sur l'allègement de la pauvreté dans la région rurale de Pondichéry en Inde" (initiative décrite page 53) : Donner accès à de l'information fondamentale sur l'économie et l'environnement à 12 000 personnes de 7 villages via des Espaces Publics Numériques appelés "centres de savoirs communautaires". Ce projet est coordonné sur place par la MS Swaminath Research Foundation.


A souligner que IRDC a la particularité de disposer d'un financement conséquent de Microsoft Corporation (lire à ce sujet ce communiqué de Presse, le descriptif du partenariat Unlimited Potential ou encore ce communiqué) pour développer les activités de Telecentre.org, une plateforme d'échanges, de mise en réseau et développement des télécentres prioritairement dans les pays en voie de développement et plus largement à travers le monde.


Source :

Collectif (31 août 2006). Rapport annuel du CRDI 2005-2006 (En ligne), Centre de Recherches pour le Développement International, Ottawa, 86 p. (Page consultée le 31 août 2006)

dimanche 20 août 2006

Guide pratique sur les Espaces Publics Numériques en Hongrie : “Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre”

telecottage-handbook.jpg

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (U.N.D.P. - United Nations Development Program) vient de publier un guide - vademecum en anglais sur l’expérience hongroise des telecottages hongrois (équivalents de nos Espaces Publics Numériques français, voir le site Telehaz.hu) : “Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre” (en .pdf, 90 pages, à télécharger à cette adresse) dans une dynamique de faciliter le développement de télécentres et d’EPN en se posant des questions sur le montage du projet : gestion du projet en amont,  idées d’activités à développer, questions financières à prendre en compte, indicateurs des effets de leviers créés par la fréquentation des telecottages.


Le point fort de ce guide pratique est d’insister sur les bénéfices locaux de l’implantation d’un telecottage en terme de dynamiques citoyennes participatives, d’administration électronique, de développement économique. Des bonnes pratiques sont présentées tout au long de ce guide, agrémenté de tableaux récapitulatifs et points explicatifs.


Ce guide est à compléter par un document pratique (livre d’exercices de 30 pages, à télécharger en document Word) co-écrit par Matyas Gaspar (fondateur du 1er telecottage en Hongrie en 1996, et actuel président de l’Europen Union of Telecottage Association, E.U.T.A. à Budapest), Eva Bernat et Peter Palvolgyi : “How community telecentres serve local development - guide for local practitionners” (Comment les Espaces Publics Numériques peuvent contribuer au développement local - guide pour les acteurs de terrain) qui aide à l’analyse des pratiques et de l’environnement d’un Espace Public Numérique dans le cadre d’une création d’E.P.N. ou d’une redéfinition de projet.


Source :

Misnikov, Yuri (June 2006). Telecottage Handbook: How to establish and run a successful telecentre. A practical guide for community development practitioners on strategies for ICT-enabled community empowerment (based on the Hungarian telecottage movement experience) [En ligne], Collection How to Build Open Information Societies, UNDP Regional Bureau for Europe and the Commonwealth of Independent States, Bratislava, 1 p. (Page consultée le 20 août 2006)

mardi 8 août 2006

Trophée Service Plus : les services de demain à la personne

tropheeserviceplus.jpg 

Le premier Trophée Service Plus (voir le site), organisé par Senior Plus (voir site) et Good Futur (voir site) avec le soutien du Groupe Caisse d’Épargne (voir site) et sous le parrainage de l’Agence nationale des services à la personne (voir site), le 17 novembre 2006, récompensera l’innovation, la qualité et la croissance des services à la personne.


Un appel à projets est lancé : les candidatures peuvent être déposées entre le 13 juillet et le 16 octobre 2006. Le dossier d’inscription se télécharge sur le site Trophée Service Plus à cette adresse.


Le Trophée Service Plus a pour objectif d’encourager l’émergence de réalisations dans le secteur des services à la personne en repérant des prestataires répondant aux attentes d’un marché nouveau et d’accompagner sa structuration. Les principaux critères d’éligibilité sont l’innovation, la qualité et la croissance.

Le Trophée Service Plus décernera quatre prix :

- Prix de l’innovation
- Prix de la qualité
- Prix de la croissance
- Prix spécial du jury

Le Trophée Service Plus est ouvert aux projets conduits par des entreprises commerciales ou de l’économie sociale dans les cinq grands domaines définis par la Convention nationale pour le développement des services à la personne signée le 22 novembre 2004 : services à la famille ; services associés à la promotion de la santé à domicile ou sur le lieu de travail ; services associés à la qualité de vie quotidienne à domicile ou sur le lieu de travail ; services associés au logement et au cadre de vie ; services d’intermédiation.


Les lauréats présenteront leur projet devant les professionnels du secteur et des investisseurs qu’ils pourront rencontrer. Ils gagneront en visibilité et en crédibilité.


Le comité de sélection, composé de professionnels de la communication et de l’innovation, d’investisseurs et de créateurs d’entreprises reconnus, examinera tous les dossiers pour retenir douze lauréats. A l’issue de la sélection, le comité élira quatre gagnants.


Calendrier : 13 juillet – 16 octobre : Appel à projets ; 23 octobre : Sélection des 12 lauréats ; 7 novembre : Passage devant le comité de sélection, élection des 4 gagnants ; 17 novembre : Remise du Trophée Service Plus et présentation des 8 lauréats et 4 gagnants sur le Salon Senior Plus.


Source :

Edel, Laurent (juillet 2006). Trophée Service Plus [En ligne], Good Futur, Paris, Site (Page consultée le 8 août 2006)

Podcasting de services publics locaux : quelques exemples type d’utilisation et un portail local citoyen de podcasts

podcasting.gif

Est-ce un nouveau canal de communication intégré pour les sites Internet locaux de services publics ? On connait l’utilisation du podcasting ou balladodiffusion (”moyen habituellement gratuit de diffusion de fichiers audio ou vidéo sur Internet”) à partir de sites publics locaux pour :

- la rediffusion de conseils municipaux (à Fontenay-sous-Bois, France),

- un mini-journal local audio à diffusion régulière, hebdomadaire (informations municipales, sports et interviews, à Warren, Michigan, États-Unis… avec même un videopodcast sur le même thème),

- des infos mensuelles (agenda avec un axe très loisirs et culture, à Issy-les-Moulineaux, France),

- des nouvelles plus ou moins régulières avec une thématique différente traitée à chaque fois (à Boston, États-Unis),

- des podcasts audio et vidéos couvrant une actualité saisonnière (l’été, à Montélimar, France),

- des podcasts culturels facilitant la découverte et la visite d’un lieu (comme ceux du Musée Historique de la Ville de Haguenau, France).

Phénomène intéressant, certains citoyens et associations locales se regroupent pour créer des portails locaux de podcasts thématiques sous la forme d’un réseau structuré comme celui de Charlottesville (Virginie, États-Unis) : Charlottesville Podcasting Network. Il est question de sports, arts, politique, discours locaux, documentaires audio, critiques de films… Ce portail fourre-tout existe depuis avril 2005 et des bénévoles assurent une initiation et une formation audio pour que des citoyens découvrent comment manier le son sur Internet dans le but de les faire devenir des podcasteurs en herbe.


En Grande-Bretagne, le site Internet public du Lincolnshire County Council va plus loin avec des podcasts proposant les dernières nouvelles du Comté, un agenda et les offres d’emplois administratifs du Comté.


Va-t-on assister dans les prochains mois à une généralisation de podcasts offrant de nouveaux services à la population ? C’est une question majeure. Le podcasting peut aussi faciliter la vie de citoyens faiblement alphabétisés ; les services publics devraient s’atteler à cet aspect d’une administration en ligne plus respectueuse de la diversité des profils des publics.

jeudi 3 août 2006

700 ordinateurs pour les écoles au Maroc offerts par le Groupe Banque Populaire du Maroc

ecole.jpg

On a souvent tendance à évoquer la solidarité numérique Nord-Sud comme la panacée pour une lutte efficace contre l’exclusion numérique dans les pays en voie de développement. Ainsi, les dotations matérielles existent et nécessitent souvent la mise en place de structures logistiques lourdes à gérer dans le suivi et la livraison du matériel (ordinateurs, périphériques…) sans compter l’épineuse question de la maintenance sur place des équipements livrés.


La solidarité numérique Sud-Sud prend tout son sens lorsqu’elle est organisée avec soin et vise des programmes d’action concrets. Le journal marocain Libération (voir le site) relaie une information qui fait sens : la Fondation Banque Populaire du Maroc vient de faire un don de 700 ordinateurs au Ministère de l’Éducation Nationale du pays, destinés aux élèves d’établissements scolaires (lire également le communiqué de Presse du groupe Banques Populaires).


Comme le souligne l’article de Libération : “Maroc: Quand une banque pense à l’éducation”, ce n’est pas la première fois la Fondation Banque Populaire (voir son site) agit pour un public ciblé :

“Ce partenariat inattendu entre une banque et l’école a pris depuis 2003 une autre tournure, qui prend en compte non seulement l’enjeu de l’éducation des générations futures, mais aussi celui tout aussi important, et plus urgent encore, de l’alphabétisation des adultes. Ainsi une action commune entre le secrétariat d’État chargé de l’Alphabétisation et de l’Éducation informelle et la Fondation BP a-t-elle permis d’entreprendre l’alphabétisation des 2400 bénéficiaires de micro-crédit de BP, avec le projet de passer prochainement à 3500 bénéficiaires. Car bien souvent l’illettrisme met en péril la pérennité des micro-entreprises créées.”


Source :

Libération (3 août 2006). “Maroc: Quand une banque pense à l’éducation” [En ligne], All Africa Global Media, Washington DC, 1 p. (Page consultée le 3 août 2006)

Les ministres européens définissent des objectifs généraux en matière d’e-inclusion

vivianereding.jpg

Le coût élevé, l’accès, l’accessibilité, les compétences et la motivation sont quelques-uns des obstacles pour les 30 à 40 % d’Européens qui ne sont actuellement pas en mesure de bénéficier des Technologies de l’Information et de la Communication.


La déclaration ministérielle de Riga, comme on l’appelle désormais (voir le site de la conférence européenne Einclusion de Riga), a été signée le 12 juin 2006 par les ministres des États membres de l’Union Européenne, des pays en voie d’adhésion, des pays candidats et des pays de l’Association Européenne de Libre-Echange (A.E.L.E.) et de l’Espace Economique Européen (E.E.E.). Elle fixe les objectifs visant à promouvoir une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion qui a pour but de favoriser l’inclusion économique et sociale, à savoir :

“- diviser par deux d’ici à 2010 le nombre de personnes n’utilisant pas l’Internet dans les groupes menacés par l’exclusion, telles que les personnes agées, handicapées et sans emploi ;

- assurer à au moins 90 % du territoire européen un accès à l’internet haut débit ;

- veiller à ce que tous les sites Internet publics soient accessibles d’ici à 2010 ;

- émettre des exigences en vue d’améliorer les compétences numériques d’ici à 2008 ;

- formuler d’ici à 2007 des recommandations sur les normes d’accessibilité qui deviendront obligatoires pour les marchés publics d’ici à 2010;

- évaluer la nécessité de mesures législatives dans le domaine de l’accessibilité en ligne.”

Alors que 2010 est susceptible la date butoir pour nombre de ces objectifs, les ministres ont incité la Commission Européenne à traiter d’urgence avant 2006 certaines questions telles que le vieillissement actif et l’autonomie dans la société de l’information.


Concernant cette déclaration, la Commissaire Européenne en charge de la société de l’information et des médias, Viviane Reding, a indiqué :

“Permettre à tous les Européens de participer à la société de l’information sur un pied d’égalité n’est pas seulement une nécessité sociale, c’est également, sur le plan économique, une formidable chance pour l’industrie. La mise en oeuvre des mesures adoptées à Riga constituera pour les pays européens un grand pas vers la réalisation de cet objectif.”

Viviane Reding a également souligné la nécessité pour les pouvoirs publics à tous les niveaux, l’industrie et les utilisateurs “de travailler ensemble à une approche cohérente et systématique en vue de bâtir une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion”.


La Commission Européenne doit préparer une série d’initiatives spécifiques pour faire face à l’exclusion numérique conformément à la déclaration ministérielle. Ces initiatives feront partie d’une initiative communautaire plus large sur l’e-inclusion en 2008, dont le cadre politique sera présenté dans une communication en 2007. La Commission Européenne a également affirmé que ces initiatives sont également prévues au titre du 7e P.C. (Programme Cadre) et du P.C.I. (Programme pour la Compétitivité et l’Innovation).


Source :

Collectif (12 juin 2006). “L’internet pour tous: les ministres européens s’engagent en faveur d’une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion” [En ligne], Press Release, European Commission, Brussels, 1 p. (Page consultée le 3 août 2006)

mardi 1 août 2006

Mission Ecoter : colloque 2006 avec un point sur le thème : collectivités locales et non internautes

internaute.jpg

La Mission ECOTER, association regroupant des collectivités territoriales et partenaires privés (”pour échanger sur les usages et les services des réseaux de l’Internet”…) organise un colloque au Sénat (Palais du Luxembourg, Salle Monnerville, Paris) le 26 septembre 2006 avec un point sur une approche particulière : l’exclusion numérique vu sous l’angle relations collectivités locales-citoyens :

“11h50 - Les relations entre les collectivités locales et leurs “clients”

Seconde partie : pour leurs “clients” non-internautes

Pour répondre aux attentes économiques et sociales des administrés, les NTIC sont des outils précieux qui contribuent à favoriser l’inclusion – autant qu’elles peuvent être facteur d’accroissement de la fracture sociale et d’exclusion. 48% de la population est non internaute (personnes âgées, chômeurs, personnes immigrées, sans domicile fixe), 3.500 espaces publics numériques sont installés dans l’hexagone, 25% de leur fréquentation est constitué de demandeurs d’emploi; les collectivités locales installent des cyberespaces… Comment ces espaces sont-ils gérés par les collectivités ? Comment sont affectées les ressources humaines ?
Comment les collectivités intègrent-elles ces nouveaux services dans leur stratégie d’organisation et de modernisation ?
Comment les centres communaux d’action sociale font-ils l’usage des NTIC et comment appréhendent-ils les changements ? Le secteur privé peut-il être un soutien ?

Intervenants :
Dominique Blazy, Directrice -CCAS de Cannes
Julien Français, Chef de projet Cyber-Base -Caisse des Dépôts et Consignations
Philippe Oursin, Directeur général adjoint de la modernisation des services - Ville de Saint-Etienne
Syndicat Mixte Manche Numérique
Yannick Landais, Délégué Général - Artesi Ile de France”


L’accès au colloque est payant. Plus de renseignements sur cette page de la Mission ECOTER.


Source :

Collectif (juillet 2006). “Colloque Mission ECOTER” [En ligne], Association Mission ECOTER, Paris, 1 p. (Page consultée le 1er août 2006)

samedi 29 juillet 2006

Des gestes pour protéger la planète au quotidien avec la Famille Durable

ecologiedurable.jpg

Le site Internet FamilleDurable.com (voir le site) propose tout au long de l’année, mois par mois, le geste conseillé (”Un geste par mois”) dans sa vie quotidienne pour préserver la planète. L’aventure est ludique et les conseils sont donnés par une famille exemplaire (”la Famille Durable”) : Alain (39 ans, informaticien), Amélie (10 ans, souhaite devenir médecin), Jules (6 ans, voudrait être journaliste) et Sophie (35 ans, fleuriste).


Le site propose deux calendriers des gestes mois par mois pour protéger notre planète : 2005 et 2006.


Chaque mois présenté donne lieu à des chiffres de gaspillage des ressources de notre planète ou à l’utilisation de matières difficilement recyclables. En corollaire, des mêmes chiffres d’économie d’énergie, de ressources, d’utilisation de techniques et de trucs permettent d’adopter des attitudes pour respecter l’environnement au quotidien ; une sorte de guide en ligne lisible par les enfants, adolescents et les adultes.


Le site FamilleDurable.com a été élaboré dans le cadre de la Semaine du développement durable grâce à l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (A.D.E.M.E.) et en partenariat des sociétés privées engagées dans une démarche de développement durable.


Source :

Chauveau, Alain (juillet 2006). FamilleDurable.com [En ligne], Inlex Conseil, Paris, Site (Page consultée le 29 juillet 2006)

jeudi 27 juillet 2006

Sortir du fossé numérique : nouveau blog de Communautique qui relie les pratiques dans les CAC (Espaces Publics Numériques au Canada)

inforoute.jpg

Monique Chartrand, directrice générale de Communautique au Québec (“organisme [très actif] à but non lucratif visant l’appropriation collective des Technologies de l’Information et la Communication œuvrant pour les organismes communautaires et les populations à risque d’exclusion des technologies”, voir le tout nouveau site) a annoncé le 24 juillet que son organisme Communautique, avec l’équipe d’animation du Programme d’accès communautaire d’Industrie Canada, Initiative-Jeunesse (PAC-IJ), met en place en collaboration avec Parole Citoyenne un carnet web/blog pour l’été intitulé Sortir du fossé numérique.


13 articles ont déjà été publiés par les animatrices et animateurs de différents groupes communautaires à travers le Québec, des jeunes qui encouragent la population à s’initier à Internet et à la micro-informatique par le biais de formation et d’animation dans les Centres d’Accès Communautaire Internet (CACI). Des billets qui montrent des initiatives de lieux d’appropriation des nouvelles technologies comme :

- Le Chic Resto Pop du quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal (restaurant communautaire offrant des repas à prix modique et entreprise d’insertion portant un souci particulier à la conciliation de ses objectifs de rentabilité économique et de lien social),

- Le Collectif des femmes immigrantes du Québec à Montréal qui offre “des formations sur Internet, Word Excel, Windows XP, Microsoft Outlook, mais aussi des ateliers pour la préparation de CV, pour la recherche de travail et la préparation pour une entrevue d’embauche”


Au cours de l’été 2006, plus d’une centaine d’animatrices et d’animateurs offrent plus de 35 000 heures d’animation gratuite à la population.Le Programme d’accès communautaire d’Industrie Canada, Initiative-Jeunesse (PAC-IJ), favorise l’appropriation des nouvelles technologies par les populations potentiellement exclues dans une perspective d’inclusion numérique. En outre, il permet à des jeunes d’acquérir une expérience unique dans le domaine des technologies de l’information et des communications (TIC).


Source :

Collectif (juillet 2006). Sortir du fossé numérique [En ligne], Parole Citoyenne, Organisme National du Film du Canada, Montréal, Blog (Page consultée le 27 juillet 2006)

lundi 24 juillet 2006

Consultations à l’UNESCO du 16 au 19 octobre post-Sommet Mondial sur la Société de l’Information pour 5 lignes d’actions

unesco.jpg

A la suite du Sommet Mondial sur la Société de l’Information, l’U.N.E.S.C.O. organise à son siège de Paris du 16 au 19 octobre des consultations dans les 5 champs suivants/lignes d’actions : accès à l’information et à la connaissance; dimension éthique de la Société de l’Information, e-learning, e-science et médias.


L’U.N.E.S.C.O. a pour mission de mettre en relation des parties prenantes (”stakeholders” comme le définit R. Edward Freeeman : “groupes d’individus qui sont affectés ou qui peuvent affecter l’accomplissement des objectifs de l’organisation”, cf. l’article d’EducNet sur le développement durable à ce sujet) en terme de priorités et d’expertise sur l’implémentation d’initiatives sur chaque ligne d’actions avec l’établissement d’une équipe partie prenante et la nomination d’un facilitateur. Chaque équipe partie prenante devra définir une méthodologie de travail et les résultats attendus.


Les parties prenantes intéressées (déjà actives lors du Sommet Mondial sur la Société de l’Information) sont invitées à s’inscrire en ligne pour participer à cette phase.


Source :

Plathe, Axel (July 24, 2006). “UNESCO organizes consultations on post-WSIS action in October in Paris and Beijing” [En ligne], U.N.E.S.C.O., Communication et information, Service des actualités, Paris, 1 p. (Page consultée le 24 juillet 2006)

- page 4 de 5 -