De la soirée et de cette journée dominicale qui a vu l'élection d'un nouveau Président de la République, je retiendrai deux articles de réflexion: Christian Fauré pour son analyse des années 30 et un parallèle intéressant : "Aristote nous avait prévenu : "ce n'est pas l'infini qui commande". Et pourtant c'est en tant que logique de l'infinité que la modernité avance. Car l'infinité est au coeur de la modernité, à l'image des travaux en mathématique et de la crise des fondements du début du XXe siècle. A ceci il faut rajouter la compréhension de nos sociétés contemporaines comme constituant des "corps productifs"" et les propos du chercheur d'André Gunthert via les Actualités de la recherche en histoire visuelle qui analyse une victoire : "Cette clarté des formulations a pesé dans le combat. On peut regretter cette façon de faire, au nom de la complexité du réel. On peut aussi penser que la pédagogie est un moyen de la politique, et qu'il appartient aux chercheurs et aux intellectuels de savoir ramasser dans des formules frappantes des analyses profondes." PS... Post Scriptum... Bis Repetita... Comprenne qui pourra.