La rubrique tendance, c'est un mot, une expression, un lieu, une chose comme reflet de notre temps, miroir de l'instant ou inscrit dans l'avenir, porteur de sens dans les circonstances dans lequel on le prononce, dans son champ énonciatif et contextuel. Mot, expression à suivre, objet utile ou inutile, lieu en devenir...


Consultant en marketing, Thierry Maillet, signe chez M2 Editions (236 pages), un ouvrage avec le titre : Génération Participation : de la société de consommation à la société de participation. Qu'est-ce que la Génération Participation (ou Génération P) ? Une expression employée dans le champ des affaires.

"Cette génération, qui est d'abord une classe de valeurs, plus qu'une classe d'âge, même si les moins de 25 ans qui ont grandi avec Internet et le téléphone mobile y sont prédominants (...) Un individu hypermoderne devenu un hyperconsommateur sollicité par l'hyperchoix".


Thierry Maillet définit l'émergence de cette génération participation entre 1995 et 2000, connectée et "friande d'échanges horizontaux sur le Web et le mobile", habituée à l'abondance de l'information et qui se satisfait de la valeur d'usage des outils ou produire sur leur "capacité à produire du rêve ou de l'émotion". La Génération P prend-t-elle le pouvoir de manière informelle sur le marché ? A priori oui, selon Thierry Maillet qui tient un blog thématique sur son ouvrage Génération Participation.


Thierry Maillet a proposé en juin 2006, une définition large de la Génération Participation : "Une nouvelle génération est en marche" :

"Enfants de la modernité (internet) cette nouvelle génération voit la vie en réseau car elle est consciente de l'amenuisement des ressources naturelles, qui ont permis, "l'individualisme possessif" de la société de consommation (essentiellement le pétrole, mère nourricière de la voiture et du plastique).
Obligés de penser la vie autrement, les membres de cette génération sont représentatifs des valeurs montantes, qui sont de plus en plus féminines, au sein des sociétés développées. Jeunes dans leurs têtes, ces individus qui peuvent avoir de 14 à 84 ans ont trouvé dans les nouvelles technologies le vecteur nécessaire. La Génération P n’est pas une classe d'âge mais une classe de valeurs.

La société de la participation est le fruit de la rencontre entre le monde ancien (saturation de la société de consommation et diminution des ressources naturelles constitutives de cette société) et les ferments de la société en devenir (le facteur technique de la puce numérique et son capital humain, la diffusion des valeurs féminines).

La réappropriation par chacun de la puce numérique, dans ses modes de vie comme de pensée, est la marque d'appartenance à la Génération P. La rapidité du mouvement engagé souligne en creux la réalité de la fracture numérique et l’importance cruciale à la combler."