La lettre du SESSI (Service des Etudes et des Statistiques Industrielles, Ministère de l'Economie et des Finances) du mois de novembre 2006 (n°223) consacre ses 4 pages aux "Technologies de l'Information et de la Communication et la productivité des entreprises" avec le sous-titre "Des liens forts" (édition à télécharger ici en .pdf).


L'analyse microéconomique conduite vise à établir un rapport entre l'utilisation des nouvelles technologies et la productivité des entreprises de l'industrie. Plus les sociétés utilisaient déjà les technologies en 2002, plus les gains ont été importants sur la période 2002-2004 mais ceux-ci restent relativement faibles : une productivité supérieure de 4 % est mesurée dans les entreprises fonctionnant avec un progiciel ou d'autres outils logiciels avancés.

Il semble que l'accompagnement humain est un facteur clé dans la productivité car ce "différentiel atteint 11 % lorsque les sociétés disposent d'un extranet, d'un call-center ou d'un outil de visioconférence." On voit là que le facteur d'assistance à la personne et d'aide en ligne fait quadrupler la productivité. C'est donc la formation dans son aspect formel et informel qui joue un rôle majeur dans l'amélioration des performances des entreprises.


Fait important : "les entreprises dont plus de la moitié des salariés utilisent le courrier électronique en 2002 ont eu une productivité supérieure de 17 % en 2004." Cela signifie clairement que l'utilisation régulière de l'Internet dans ses fonctions basiques (dans l'entreprise ou à l'extérieur de celle-ci) signifient une "montée" en compétence significative pour les employés. Il serait intéressant de quantifier et de qualifier comment ces personnes ont appris à se servir d'un ordinateur et de fonctions/outils liés à l'Internet : Est-ce dans un cadre familial ou amical ? Est-ce dans un Espace Public Numérique ? Est-ce au sein de l'entreprise lors d'une formation ou via l'entraide entre collègues ?


Ces statistiques sont toutefois à prendre avec prudence car la productivité est sujette au jeu et à la conjoncture des marchés. Enfin, cette question du lien entre productivité et Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) a été invalidée par l'économiste américain Robert Solow en 1987 avec son "paradoxe de la productivité" qui a montré que l'effet TIC dans les entreprises touche tous les aspects d'une entreprise à l'exception de la productivité.