Question essentielle pour une collectivité locale désirant inscrire son action dans un développement économique et social et ainsi dynamiser vigoureusement l'emploi local, l'interrogation sur les critères d'attractivité d'un territoire devient prégnante. On pourrait croire que la réponse est tranchée avec des indicateurs pertinents qui permettent d'agir efficacement. Pourtant, cette question des critères d'attractivité est abordée de manière diverse selon la grandeur du territoire, son implantation géographique et la réponse s'inscrit dans un faisceau de variables connectées les unes aux autres.


Ainsi, le rapport du Conseil Economique et Social de la Région Ile-de-France "L'attractivité de l'Ile-de-France à l'horizon 2025" (207 pages, téléchargeable ici en .pdf) indique son choix du mot attractivité (qui comprend un volet de déterminants économiques et sociaux) par rapport au mot compétitivité (qui recouvre seulement le spectre du champ économique). Le rapport s'intéresse au panel de fonctions significatives de 2 espaces (entreprises et particuliers) pour cerner des évolutions possibles et en dégager des critères d'attractivité des territoires de façon prospective :

"Pour les entreprises, les fonctions étudiées sont :
Potentiel de recherche ; Système de formation ; Potentiel économique ; Marché du travail ; Critères d’implantation ; Qualité de vie ; Réseaux ; Cadre réglementaire et fiscal ; Climat social ; Efficacité des structures administratives et politiques.

Pour les Franciliens, les fonctions analysées sont les suivantes :
Urbanisme et habitat ; Réseaux de communication ; Potentiel culturel, sportif et de loisirs ; (Autres) Equipements collectifs ; Qualité (et coût) de la vie ; Climat (environnement) social ; Marché du travail ; Potentiel économique ; Système de formation."


Si on se situe dans des critères économiques et sur un territoire ville, les critères d'attractivité économique qui font autorité sont étudiés chaque année dans le rapport Cushman & Wakefield : "European Cities Monitor 2006", pour sa dernière publication (21 pages, téléchargeable ici en .pdf) en mêlant des données quantitatives et qualitatives. Ce sont avant tout des critères forts dans l'implantation d'entreprises sur un territoire qui sont analysés :

"Easy access to markets, customers or clients ; Availability of qualified staff ; Transport links with other cities and internationally ; The quality of telecommunications ; Cost of staff ; The climate governments create for business through tax and the availability of financial incentives ; Availability of office space ; Value for money of office space ; Languages spoken ; Ease of travelling around within the city ; The quality of life for employees ; Freedom from pollution."


... avec des indicateurs déterminants à classer dans 6 catégories :

"Demographics ; Labour force availability, quality and cost ; Business costs including real estate issues such as costs, availability and lease flexibility ; Access to markets and/or existing corporate locations ; Operating environment ; Quality of life."


L'évolution de 2005 à 2006 pour les entreprises souhaitant s'implanter dans les grandes villes européennes n'est pas marquée par une demande plus conséquente en connectivité internet. En revanche, il y a une demande plus importante d'infrastructures de transports et de mobilité.


Paris-Ile-de-France capitale économique a récemment publié avec Ernst & Young : "Bilan 2005 des implantations internationales dans les 15 métropoles européennes les plus attractives. L'Ile-de-France prend la tête du classement" (24 pages en .pdf, téléchargeable ici), une analyse de l'attractivité économique des territoires par les fonctions stratégiques c'est-à-dire :

"Les Quartiers Généraux ou sièges sociaux ; Les Centres de R&D ; Les Centres de Services parmi lesquels les centres dédiés aux clients internes (back-offices des entreprises, centres de services partagés…) et les centres de services clients externes (centres de relations clients, centres d’appels…).
Si les fonctions stratégiques ne sont évidemment pas les implantations les plus créatrices d’emplois, elles contribuent incontestablement et de manière décisive à la création de valeur, à l’attractivité et au futur d’une région. Elles jouent ainsi un rôle essentiel dans l’attractivité de l’Ile-de-France."


Selon Ernst & Young, les fonctions stratégiques sont à compléter par les fonctions décisionnelles et technologiques pour comparer la compétitivité des territoires.


Dans une étude de KPMG Entreprises pour OSEO : "Innovation plutôt que délocalisation : le choix des PME" (28 pages en .pdf, téléchargeable ici) :

"En complément du dynamisme économique d'une zone géographique, trois critères d'attractivité prédominent pour un projet de développement d'activité : le social, la fiscalité et les infrastructures (avec une insatisfaction en France sur les 2 premiers paramètres)."

Les critères technologiques d'attractivité des territoires ne sont pas si marqués qu'on peut le penser. Les critères de qualité de vie sociale sont tout aussi importants pour l'attractivité d'un territoire.