Dans le premier cahier de tendances sur le thème “Mobilités, la clé des villes” de Jean-Claude Decaux, publié en édition limitée en mai 2006, des chercheurs et penseurs de notre temps s’expriment les villes d’aujourd’hui et de demain.


Dans le chapitre, “La Ville digitale”, Fabien Girardin (ingénieur en informatique, qui prépare une thèse sur le travail collaboratif dans un contexte d’environnements mobiles et ubiquistes) évoque la connexion permanente en réseau et les risques d’exclusion liés aux technologies mobiles dans un article intitulé “Ubicity” ; extrait :

“La technologie, dans sa dimension pervasive, participe d’une reconfiguration de l’espace et des liens sociaux comme elle l’a fait de tout temps. Nous nous dirigeons résolument vers une connectivité généralisée, omniprésente, interconnectée certes et qui devrait servir l’hétérogénéité de nos demandes de citadins dans le mouvement. Admettons les limites d’une “intelligence” qui ne peut encore réellement servir une expérience riche dans la continuité à laquelle elle prétend. Admettons un niveau de complexité sur l’ensemble qui dépasse de très loin la somme de ces composants. Admettons qu’il faudra cheminer sur la ligne étroite qui sépare le pervasif de l’intrusif. Admettons que les modèles économiques sont encore peu clairs.

Dans une vision techno-optimiste, on a tendance à conférer à la technologie des valeurs humanistes, comme si elles étaient source de l’ordre et de la maîtrise, en oubliant que le désordre fait partie intrinsèque du paysage. Nous nous situons dans une phase pré-productive de l’intégration harmonieuse de nos mondes digitaux à notre vie physique. La mise en place de scénarios d’usages massifiés appelle à comprendre les impacts sociaux, humains et environnementaux. Dans ce sens, ne pas offrir au citoyens des moyens d’appropriation et d’accommodation de ces technologies prégnantes et invisibles risque de miner les bénéfices de la cité numérique.”


Source :

Girardin, Fabien (mai 2006). “Ubicity”, in “Mobilités, la clé des villes”, Cahier de tendances, Jean-Claude Decaux, Neuilly-sur-Seine, p.89