vivianereding.jpg

Le coût élevé, l’accès, l’accessibilité, les compétences et la motivation sont quelques-uns des obstacles pour les 30 à 40 % d’Européens qui ne sont actuellement pas en mesure de bénéficier des Technologies de l’Information et de la Communication.


La déclaration ministérielle de Riga, comme on l’appelle désormais (voir le site de la conférence européenne Einclusion de Riga), a été signée le 12 juin 2006 par les ministres des États membres de l’Union Européenne, des pays en voie d’adhésion, des pays candidats et des pays de l’Association Européenne de Libre-Echange (A.E.L.E.) et de l’Espace Economique Européen (E.E.E.). Elle fixe les objectifs visant à promouvoir une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion qui a pour but de favoriser l’inclusion économique et sociale, à savoir :

“- diviser par deux d’ici à 2010 le nombre de personnes n’utilisant pas l’Internet dans les groupes menacés par l’exclusion, telles que les personnes agées, handicapées et sans emploi ;

- assurer à au moins 90 % du territoire européen un accès à l’internet haut débit ;

- veiller à ce que tous les sites Internet publics soient accessibles d’ici à 2010 ;

- émettre des exigences en vue d’améliorer les compétences numériques d’ici à 2008 ;

- formuler d’ici à 2007 des recommandations sur les normes d’accessibilité qui deviendront obligatoires pour les marchés publics d’ici à 2010;

- évaluer la nécessité de mesures législatives dans le domaine de l’accessibilité en ligne.”

Alors que 2010 est susceptible la date butoir pour nombre de ces objectifs, les ministres ont incité la Commission Européenne à traiter d’urgence avant 2006 certaines questions telles que le vieillissement actif et l’autonomie dans la société de l’information.


Concernant cette déclaration, la Commissaire Européenne en charge de la société de l’information et des médias, Viviane Reding, a indiqué :

“Permettre à tous les Européens de participer à la société de l’information sur un pied d’égalité n’est pas seulement une nécessité sociale, c’est également, sur le plan économique, une formidable chance pour l’industrie. La mise en oeuvre des mesures adoptées à Riga constituera pour les pays européens un grand pas vers la réalisation de cet objectif.”

Viviane Reding a également souligné la nécessité pour les pouvoirs publics à tous les niveaux, l’industrie et les utilisateurs “de travailler ensemble à une approche cohérente et systématique en vue de bâtir une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion”.


La Commission Européenne doit préparer une série d’initiatives spécifiques pour faire face à l’exclusion numérique conformément à la déclaration ministérielle. Ces initiatives feront partie d’une initiative communautaire plus large sur l’e-inclusion en 2008, dont le cadre politique sera présenté dans une communication en 2007. La Commission Européenne a également affirmé que ces initiatives sont également prévues au titre du 7e P.C. (Programme Cadre) et du P.C.I. (Programme pour la Compétitivité et l’Innovation).


Source :

Collectif (12 juin 2006). “L’internet pour tous: les ministres européens s’engagent en faveur d’une société de l’information accessible fondée sur l’inclusion” [En ligne], Press Release, European Commission, Brussels, 1 p. (Page consultée le 3 août 2006)