mattelart.jpg

Le Monde de l’Éducation de Juillet-Août 2006 (voir site) donne la parole à des enseignants, pédagogues, penseurs et praticiens sur le thème générique “Penser les savoirs du XXIe siècle”.


Armand Mattelart (professeur de sciences de l’information et de la communication à Paris-VIII et Président de l’Observatoire français des médias) plaide pour une éducation critique et une appropriation citoyenne des nouvelles technologies pour le plus grand nombre (qui fait écho à son article  :

“Il est effectivement souvent fait référence dans les enceintes internationales à la notion de société globale de l’information. Notion en phase avec une vision déterministe, coupée de la multiplicité des contextes culturels où est appelée à s’insérer la technologie. Branchons-nous, et le bonheur des peuples suivra. Mais une autre vision essaie d’émerger que cristallise la notion plurielle de société des savoirs. Elle suppose d’interroger les modes de production et de transmission des savoirs et cherche la façon dont il est possible de les enrichir. Le duo classique de la communication, l’émetteur du message et son récepteur, est potentiellement caduc : le récepteur peut interagir sur l’information reçue. Quel est le type de rapport possible entre les gens qui produisent une parcelle de savoir et les gens qui le reçoivent et peuvent à leur tour produire du sens ? Là aussi, il convient de combattre le phénomène d’accoutumance qui fait qu’on reçoit et s’en contente. Mais beaucoup de logiques s’opposent à cette interactivité sous le signe de l’échange démocratique. Celles qu’épinglait Wiener il y a un demi-siècle ont changé d’apparence mais sont toujours là. (…)

Enseigner l’aspect technique ne suffit pas. Il faut développer la réflexion et la distance critique, faire en sorte que se créent progressivement une culture et une écologie critiques qui favorisent l’appropriation par le plus grand nombre. Cela renvoie à l’interrogation sur la formation et la transmission des savoirs.”


Source :

Bonrepaux, Christian (juin-juillet 2006). “Armand Mattelart : “Le Web permet la démocratisation”, Le Monde de l’Éducation, Paris, n°349, pp. 46-47