babawame.jpg

Baba Wame est l’auteur d’une remarquable thèse (sous la direction de Francis Balle) sur : “Internet au Cameroun : les usages et les usagers. Essai sur l’adoption des technologies de l’information et de la communication dans un pays en voie de développement” présentée le 12 décembre 2005 à l’Université de Paris II-Assas (Institut Français de Presse). Le sommaire et l’introduction de la thèse sont téléchargeables en .doc à cette adresse.


Plusieurs articles ont été consacrés aux travaux de recherche de Baba Wame, notamment : “Les Camerounais ont une utilisation basique d’Internet” (Le Messager, Douala, 4 janvier 2005) et “Les Camerounaises ont transformé le Web en agence matrimoniale” (Afrik.com, 23 décembre 2005).


Dans le chapitre 2 de sa thèse, Baba Wame dresse le portrait de la création d’un environnement favorable à la société de l’information au Cameroun et dans un point précis, il demande de “Changer de regard sur la fracture numérique Nord/Sud” ; extrait :

“La fracture numérique entre le Nord et le Sud ne doit plus être perçue exclusivement sous l’angle de la connexion et des accès, bien que ce volet reste essentiel. Elle doit être considérée dans son acception large comme la différence qui existe entre les usagers dans la double capacité d’accéder au Web et de contribuer à la production de connaissances véhiculées sur Internet. Accéder au Web pour bénéficier pleinement des informations qui y circulent et en faire un usage approprié à ses besoins, ses intérêts, ses aspirations, ses capacités et sa culture. Contribuer à la production des connaissances par la création et la diffusion des contenus locaux.

Vu sous cet angle, le problème de la réduction de la fracture numérique peut s’offrir de nouvelles orientations. Ainsi, pour transformer le fossé numérique en opportunité numérique, les politiques publiques devront considérer l’accès proprement technique (infrastructures, points d’accès, etc.) comme nécessaire, mais non suffisant. Elles doivent prendre en compte les nombreuses barrières d’ordre éducationnel, linguistique, économique, social, physique, culturel, générationnel, de genre qui empêchent l’usager d’accéder et de contribuer à la production des contenus sur Internet.

La fracture numérique doit être intégrée dans une vision mondiale, et pas simplement sous l’angle du clivage Nord/Sud, car elle reproduit les anciens schémas de l’assistanat aux pays du Sud. Elle doit prendre en compte la problématique des usages et ne pas être considérée exclusivement comme une question marchande, mais bien plus comme un enjeu public. À ce titre, elle doit faire l’objet d’un traitement spécial par la communauté internationale. C’est pourquoi la Déclaration de principes et de Plan d’action issus de la première phase du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (S.M.S.I.) tenu à Genève du 10 au 12 décembre 2003 doivent être traduits en réalisations concrètes.”


Source :
 

Wame, Baba (12 décembre 2005). Internet au Cameroun : les usages et les usagers. Essai sur l’adoption des technologies de l’information et de la communication dans un pays en voie de développement, Thèse de Doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Institut Français de Presse, Université de Paris II Panthéon-Assas, p. 222