Jean-Luc Raymond

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Evénement

Fil des billets

dimanche 16 juillet 2006

Le grand don à Paris : créer, nourrir ou recréer le lien social entre les personnes

granddon.jpg

Le grand don est né à Paris, il y a 3 ans, d’une idée simple : une femme habitante qui habitait près de Pont Marie et qui déménageait a demandé à ses amis de se servir parmi les objets qu’elle n’emportait pas. Les bibelots restants ont été disposés sur le pont afin que les passants se servent.

Depuis lors, le grand don se déroule à Paris environ tous les 2 mois le samedi, notamment sur le Pont Marie. Son principe : un rendez-vous de don collectif effectué par des inconnus à d’autres inconnus. Les donneurs volontaires sont avertis à l’avance via Internet pour qu’ils puissent réunir des objets qu’ils souhaitent offrir (livres, disques, vêtements, bibelots, bijoux, jeux, divers…), avec pour seule condition qu’ils puissent être transportés sans encombre par des personnes circulant à pied.

“L’ensemble des dons est disposé sur le rebord du pont, sans entraver le déplacement des personnes. Chacun des donneurs aborde aimablement les passants inconnus et leur propose de prendre un des objets, et d’en devenir immédiatement et sans condition le légitime propriétaire. Le grand don se termine quand tous les objets collectés ont été offerts.”

L’organisation du grand don de Paris encourage d’autres personnes à créer leur Grand Don car l’idée n’appartient à personne. Il existe aujourd’hui des grands dons à Toulouse, en Italie à Palerme et à Colazza. Vous pouvez retrouver en ligne quelques conseils avisés pour organiser un grand don.

On retrouve là les idées de Marcel Mauss, auteur d’ “Essai sur le don” (en 1923) et du mouvement M.A.U.S.S. (Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales, voir le site). Le don est caractérisé dans ce sens comme “toute prestation de bien ou de service effectuée sans garantie de retour, en vue de créer, nourrir ou recréer le lien social entre les personnes”.

Le site Internet du Grand Don joue un vrai rôle d’information sur l’initiative : il permet d’annoncer les rendez-vous du Pont Marie, relaie les projets locaux de grands dons, pose les principes éthiques du grand don, donne à voir des ressources sur le don.

Dernier grand don parisien en date, le samedi 1er juillet 2006 : un grand don nomade :

“Les dernières éditions ont vu l’apparition de personnes (brocanteurs, profiteurs, etc.) décidées à prendre plutôt qu’à offrir, ce qui a attristé beaucoup de gens. Le Grand Don ne se laissera pas parasiter et continuera à démontrer par l’exemple et le symbole que le don gratuit et désintéressé peut et doit se développer dans le monde marchant [et marchand ?] qui nous entoure.

Nous vous appelons donc à nous retrouver le samedi 1er juillet à 15 heures précises, sur le Pont Marie, avec des sacs à dos, cabas et caddies de marché (tous contenants vous permettant de vous déplacer à pied sans fatigue avec vos dons) remplis de tous les objets que vous souhaitez offrir aux inconnus.

A 15h30, nous entamerons une lente marche à pied dans le centre de Paris, un “Grand Don nomade” à la rencontre des passants et des Parisiens auxquels nous proposerons de prendre un de nos dons, sans aucune contrepartie, bien sûr. Cette randonnée du don, qui durera jusqu’à 18h30, sera ponctuée d’étapes dans des lieux publics, ouverts et calmes, dans lesquels nous “déballerons” les objets pour les offrir à ceux qui croiseront le chemin de notre “stand” nomade.”

Source :
Collectif (juillet 2006). Le Grand Don [En ligne], Enzo, Paris, Site (Page consultée le 16 juillet 2006)

Forum Mondial de la Démocratie et de l’Administration Electronique 2006 (eGov Forum) : la e-inclusion à l’honneur et la lutte contre la fracture numérique en discussion

digitaldivide.jpg

Le Forum Mondial de la Démocratie et de l’Administration Electronique (en anglais World eGov Forum) se tiendra à Issy-les-Moulineaux du 18 au 20 octobre 2006 sur la thématique “Quelle société connectée voulons-nous ?”.

A cette occasion, le forum consacrera une session plénière et deux tables rondes sur le thème de l’e-inclusion dont la liste des intervenants n’est pas arrêtée à ce jour.

A l’image des institutions européennes, le eGov Forum traduit ainsi les préoccupations relatives à la lutte contre l’exclusion numérique :

“La e-Inclusion a pour objectif de réduire de moitié le nombre de personnes n’utilisant pas l’Internet, d’assurer à 90 % du territoire européen un accès à l’Internet haut débit et de rendre accessibles tous les sites publics d’ici à 2010. Selon l’Union Européenne, le coût élevé, l’accès, l’accessibilité, les compétences et la motivation sont autant d’obstacles pour les 30 à 40 % d’Européens qui ne profitent pas des avantages de la société de l’information.”

Au programme :

Mercredi 18 octobre 2006 à 14h30 (Session plénière 1) : “E-inclusion : le vrai challenge pour construire la société connectée” en présence de Charles Lowe (Senior Advisor, eGovernment United Kingdom) :

“Digital Inclusion is the concept that if everyone in the community is able to benefit from the appropriate use of digital technologies, this will promote a fairer, more inclusive society in which everyone in that community has the best chance of setting and achieving realistic lifetime goals.”

Jeudi 19 octobre 2006 à 9h00 (Table ronde 9) : “Quel est le rôle des villes dans la Solidarité Numérique Internationale ?” avec Claire Klindt (Directrice de White Balance-Projects Pool Agency GmbH, Brême, Allemagne) :

“Les Villes et les Régions se mobilisent et s’organisent pour infléchir les usages des TIC dans les services publics. En outre, elles développent de plus en plus de projets de coopération décentralisée dans un cadre élargi de partenariats locaux et internationaux publics privés. Dans ce contexte, l’Atelier (…) mettra en exergue quelques initiatives axées sur la création d’emploi et l’amélioration de la qualité de vie des populations [et] Proposera une plate-forme de suivi ouverte à toutes les collectivités locales désireuses d’améliorer leurs services de e-gouvernement local.”

Vendredi 20 octobre 2006 à 9h00 (Table ronde 19) : ”Le bilan des meilleures expériences mondiales en e-inclusion” :

“La E-Inclusion c’est d’abord encourager la participation de TOUS dans TOUS les aspects de la société de la connaissance et des technologies de l’information, afin de réduire le fossé numérique, d’éliminer l’exclusion et d’améliorer les performances économiques, la cohésion et la participation sociales.

Cet atelier tirera les conclusions nécessaires a l’amélioration de l’e-Inclusion à travers l’analyse détaillée de plusieurs succès dans le domaine de la réduction de la fracture numérique, notamment par la mise en place de nouveaux canaux d’accès aux services en ligne, le PC n’ayant pas le monopole d’accès, loin s’en faut…”

Source :
Douchement, Nicolas (15 juillet 2006). World eGov Forum - Forum Mondial de la Démocratie et de l’Administration Electroniques [En ligne], 3e Millénaire, Boulogne Billancourt, Site (Page consultée le 15 juillet 2006)

samedi 15 juillet 2006

Précarité, médiation, lien social et TIC : compte-rendu des échanges au Forum des usages coopératifs de Brest et création d’un groupe de travail PSAUME “Populations socialement défavorisées et TIC”

usagecooperatif.jpg

Dans le cadre du 2e Forum des Usages Coopératifs à Brest du 5 au 7 juillet 2006, un fil rouge de rencontres sur le thème “Précarité, médiation, lien social et TIC” a eu lieu en matinée et en après-midi au cours des 3 journées :

“Cette session est un lieu de partage d’expériences et de réflexions sur l’usage des TIC auprès de populations en quête de réinsertion. Elle interpelle les chercheurs et acteurs de terrain sur la problématique de la médiation, tant elle implique des processus de reconquête de l’estime de soi et de re-création de liens avec les autres”.

Nicolas Jullien, chercheur et coordinateur du réseau MARSOUIN propose sur le site de P.S.A.U.M.E. (Populations Socialement défavorisées et TIC : Analyse des (non-)Usages, des Médiations et des Expériences) un Compte-rendu des échanges des trois jours de rencontre :

* Mercredi 5 juillet : Aller au-devant des publics éloignés (animatrice : Annabelle Boutet).

Intervenants : Nathalie Lareur (A.G.E.H.B. Le Phare), Yves Bucas-Français (espace multimédia Cyberagora, Association Emmaüs), Régine Roué (Centre Social Kérourien)

* Jeudi 6 juillet en matinée : Quel(s) public(s) pour les espaces publics (animatrice : Annabelle Boutet).

Intervenants : Catherine Bigot (Conseil Régional de Bretagne), Emmanuel Mayoud (CyberPlourin), Paul Person (Club informatique pénitencier, Brest), Gaël Ferragu (Résidence Ker Digemer, Bellevue, Brest) 

* Jeudi 6 juillet en après-midi : Invitation au dialogue entre chercheurs et acteurs (animateurs : Annabelle Boutet et Nicolas Jullien)

Intervenants : Florence Gallemand (CURAPP, Université de Picardie Jules Verne), Pascal Plantard (CREAD, Université Rennes 2), Serge Proulx (LabCMO, Université de Québec, Montréal)

* Vendredi 7 juillet en matinée : Illettrisme et ordinateur (animatrice : Annabelle Boutet)

Intervenants : Pascal Kieger (ASF Espace Formation, Gouesnou, Finistère), Abdel Boureghda (Centre ICOM, Handicap International, Lyon)

* Vendredi 7 juillet en après-midi : Invitation au dialogue entre chercheurs et acteurs (animateurs : Annabelle Boutet et Nicolas Jullien)

Intervenants : Paola Bazan Becerra (Programas Nuevas Technologias, ITDG, Pérou), Claire Lobet (Directrice de Recherche de Namur), Françoise Navarre (chercheuse en psychologie à l’Asbl C.I.G.E.R.), Véronique Laurent (chercheuse F.U.N.D.P. Namur).

Pour faire suite à ce fil de rencontres, le projet de recherche P.S.A.U.M.E. mené par le laboratoire des usages de Brest et la Ville de Brest propose la création d’un groupe de travail sur le sujet des “populations socialement défavorisées et TIC : Analyse des (non-)Usages, des Médiations et des Expériences” s’adressant aux acteurs impliqués dans ces pratiques de médiation, d’observation participante et de travail auprès des populations socialement défavorisées avec l’ouverture d’une liste de diffusion PSAUME et la restructuration du site Internet PSAUME pour accueillir les contributions. On s’appuie ici sur le travail réalisé dans deux projets de recherche antérieurs les projets Psaume et Internet de rue et les rencontres avec ATD Quart-monde, Emmaüs et d’autres acteurs en 2005-2006 en intégrant les apports des laboratoires présentant aux rencontres.

Source :
Jullien, Nicolas (12 juillet 2006). “Compte-rendu des échanges des trois jours de rencontre. Forum des usages coopératifs 2006” [En ligne], PSAUME, MARSOUIN, Brest, 1 p. (Page consultée le 15 juillet 2006)

page 3 de 3 -